Le Syndicat Agricole 07 novembre 2013 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Volailles - « Une nouvelle dynamique liée au retour des circuits courts »

Avec 10 nouveaux éleveurs en 2013, Licques Volailles annonce un bilan positif. 1200000 poulets ont été produits sur l’année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À ce jour, 40 % de la volaille est destinée à la découpe, 15 % à la transformation et le reste en « poulet entier ».
À ce jour, 40 % de la volaille est destinée à la découpe, 15 % à la transformation et le reste en « poulet entier ». - © Le Syndicat Agricole

La SAS Coopérative de Licques (62) a réuni adhérents et responsables dans les locaux de l’abattoir pour son Assemblée générale annuelle, le 31 octobre dernier. Julien Saint-Maxent, directeur, a qualifié de « meilleure année » celle de 2013 par rapport à 2012 au niveau de la production de volailles. Le chiffre d’affaires de Licques Volailles est de 6300000 €, soit une progression de 4,25 % par rapport à l’année précédente.

De nouveaux éleveurs
Le nombre de volailles de Licques est en hausse dans le secteur. « Dix nouveaux éleveurs nous ont rejoints durant l’année. C’est très important pour le mouvement. Il s’agit de jeunes agriculteurs installés dans le périmètre de Licques », précise Julien Saint-Maxent. Une majorité d’entre eux ont intégré la coopérative après l’arrêt du groupe Doux et avaient donc déjà une expérience dans la production spécialisée. De nouveaux bâtiments de poulets labellisés ont ainsi vu le jour en 2013. 10 nouveaux éleveurs ont rejoint la coopérative. Le groupement de producteurs de volaille de Licques (GPVL) compte désormais une centaine d’éleveurs sous contrat. Comme les nouveaux arrivants, ils doivent respecter un cahier des charges « Label Rouge de Licques » qui réglemente notamment les besoins alimentaires des animaux.

Le retour de la proximité
« Nous mettons la volaille en production chez les éleveurs selon les normes de traçabilité. Après 85 jours minimum en élevage plein air, nous reprenons le poulet à l’abattoir », poursuit le responsable. À ce jour, 40 % de la volaille est destinée à la découpe, 15 % à la transformation et le reste en « poulet entier ». Pour les périodes de fin d’année, Licques Volailles propose également dinde, oie ou encore chapon. En bout de chaîne, les produits finis partent pour 70 % dans la grande distribution (moyennes et grandes surfaces) et l’autre partie dans les collectivités, dans la restauration ou dans la boucherie. Le bilan 2012-2013 enregistre une moyenne de 1200000 poulets produits sur l’année. « C’est le signe que les produits locaux et authentiques retrouvent du succès auprès des consommateurs. Une nouvelle dynamique liée au retour des circuits courts semble s’être créée », observe Julien Saint-Maxent. La volaille fermière de Licques possède aussi une IGP (Indication géographique protégée), symbole de sa qualité. Une croissance qui accompagne le développement de points de vente de produits régionaux dans le secteur.

Simon Playoult

À savoir : Améliorations & renouvellement

Licques Volailles a transformé la présentation des emballages de ses produits sous atmosphère protégée et de découpe. « Nous avons fait l’acquisition d’une machine à operculer les barquettes afin de sceller hermétiquement le produit. Un gaz intérieur ainsi qu’un filtre de protection permettent une meilleure conservation », explique Julien Saint-Maxent. Les prochains investissements concerneront le matériel de conditionnement et l’amélioration de la chaîne par sa complète informatisation.

En chiffres : Licques Volailles

• 1200000 poulets produits sur l’année.
• 6300000 € de CA (2012-2013).
• 100 éleveurs partenaires.
• 1995 : date de la construction de l’abattoir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui