Le Syndicat Agricole 01 septembre 2016 à 13h00 | Par Le Syndicat Agricole

Une Miss agricultrice dans le Montreuillois

Rencontre avec une JA un peu particulière, qui défend avec ferveur le monde agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La jeune femme est fière de représenter le Montreuillois : « C’est un beau secteur, avec ses fermes typiques, son tourisme, la proximité de la mer… ». © DR Marie de Sainte-Maresville a été élue Miss Pays du Montreuillois en avril dernier pour une durée de un an. © DR « Cela peut surprendre mais j’ai voulu être Miss pour mettre à mal certains clichés sur le monde agricole, donner une autre image ». © DR

«Il ne faut pas se fier aux apparences ». Si le dicton est connu de tous, cela n’empêche pas que les clichés ont la vie dure. Ceux qui ont croisé Marie de Sainte-Maresville dans ses fonctions de Miss Pays du Montreuillois ne se doutent probablement de rien. Pour sa première participation à un concours de Miss en avril dernier, la jeune femme, âgée de 22 ans, a conquis le jury en parlant de son métier : l’agriculture ! Pendant un an, le Montreuillois est représenté par une Miss agricultrice au titre mérité. Avec son sourire franc, ses yeux en amande couleur noisette, teintés de reflets dorés, la jeune femme parle avec un certain aplomb de sa passion pour l’agriculture et de son choix de devenir Miss.
Entre une manifestation avec les Jeunes agriculteurs du Montreuillois à Paris, une réunion avec la coopérative betteravière, les tours de plaine du Geda, les travaux des champs ou encore les soins au troupeau de vaches allaitantes, Marie rêve dans un coin de sa tête de devenir Miss. « Un rêve de petite fille », confie-t-elle autour d’un café, dans la salle à manger de la ferme familiale, à Beaumerie-Saint-Martin, où elle travaille aux côtés de ses parents. Elle a pris seule la décision de s’inscrire au concours. « Mes parents n’y étaient pas forcément très favorables au départ mais maintenant ils sont fiers », assure-t-elle.

Parler du monde agricole
Force est de constater que la jeune femme n’a pas fait ça sur un coup de tête ; c’est un projet mûrement réfléchi. Sa démarche s’inscrit aussi dans un certain paradoxe : elle a à la fois voulu devenir Miss pour représenter le monde agricole mais aussi pour en sortir et voir autre chose. « Cela peut surprendre mais j’ai voulu être Miss pour mettre à mal certains clichés sur le monde agricole, donner une autre image », avance Marie. Et elle n’en rate pas une : maires, sénateurs, députés, préfets… lorsqu’elle rencontre un « officiel », elle n’hésite pas à lui parler du milieu et de ses problèmes. « C’est important, surtout en cette période qui n’est pas facile, confie cette JA dans l’âme. Donc, dès que j’en ai l’occasion, notamment quand je suis dans un milieu plus urbain, j’essaye de défendre l’agriculture ». Au-delà du monde agricole, Marie est aussi fière de représenter le Montreuillois : « C’est un beau secteur, avec ses fermes typiques, son tourisme, la proximité de la mer… »
Mais sa démarche a des aspects plus personnels : « J’ai aussi voulu participer pour sortir du milieu agricole, m’ouvrir à l’extérieur, rencontrer des gens que je n’aurais jamais eu l’occasion d’aborder autrement, confie-telle. Cela me permet d’apprendre des choses et de mieux connaître les différents acteurs du territoire ». En tant que Miss, Marie a déjà participé à de nombreux événements comme le Jumping du Touquet, l’accueil de l’Air Squadron au Touquet (anciens avions de guerre), le Grass cockpit warter tour à Berck, les Misérables (rencontre de Pierre Bonte), la Fête des peintres du 15 août à Montreuil-sur-Mer, l’émission de télévision « Le village préféré des français » (Montreuil-sur-Mer est arrivé deuxième en 2016) et diverses inaugurations.

Agricultrice avant tout
Si le monde des Miss est une nouveauté pour elle, il y en a un autre que la jeune femme connaît par cœur, c’est l’agriculture. « C’est un métier magnifique, à la base de tout en termes d’alimentation humaine et animale », rappelle Marie. Elle évoque aussi la plaine qui change tous les jours, la magie des vêlages, le contact avec la nature et enfin le plaisir d’être son propre chef. Marie a toujours su qu’elle voulait être agricultrice et assume parfaitement le fait qu’elle a, aussi, toujours fait attention à elle. « Petite, il m’arrivait de me mettre en robe et de m’apprêter pour aller m’occuper des bêtes », s’amuse-t-elle. Après l’école primaire et le collège à Montreuil, l’ado qu’elle est alors n’a aucun doute sur son choix : elle opte pour l’enseignement agricole pour apprendre le métier, se professionnaliser. Elle s’inscrit alors à l’Institut d’Anchin, dans le Nord, où elle va décrocher, un Bac STAV*. Machinisme, agronomie, gestion du vivant… tout l’intéresse. Le projet de Marie s’inscrit dans le temps : pour pouvoir un jour reprendre les rennes de l’exploitation familiale, elle sait qu’il lui faut des compétences en gestion et en comptabilité. C’est donc en tout logique qu’elle décide de poursuivre ses études avec un BTS Acse, Analyse et conduite de systèmes d’exploitation, à l’Institut de Genech. Après quelques stages dans d’autres fermes pour découvrir des productions qu’elle ne connaissait pas, Marie travaille maintenant depuis deux ans sur la ferme familiale. Travaux des champs, livraison des céréales au silo, alimentation des animaux, comptabilité, gestion, déclaration PAC : la jeune agricultrice souhaite restée polyvalente sur l’exploitation. Ses parents, Jean-Paul et Françoise, sont encore jeunes mais après quatre générations d’agriculteurs, la relève semble déjà assurée.

Virginie Charpenet

* Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant.

Le Comité aéronautique France

Miss aéronautique France est un concours de beauté féminin qui donne droit à la gagnante de porter le titre du même nom pendant une année. Le comité fut créé le 14 mai 2005 par Véronique Lamblin sous le nom provisoire de Comité Miss Pays d’Opale, puis a pris son nom définitif le 24 octobre 2015.
Marie de Sainte-Maresville a été élue Miss Pays du Montreuillois le 23 avril 2016 par le Comité aéronautique France qui compte en tout six Miss (Miss Pays du Boulonnais, Miss Pays de la Dentelle, Miss Pays vallée de la Hem, Miss Pays Audomaroise, Miss Fort-Mahon Plage, et Miss Pays du Montreuillois).
La finale de Miss aéronautique France consiste à faire élire, par un jury présidé par le président du comité Miss aéronautique France et composé de personnalités de l’aéronautique ainsi que par les votes du public, une jeune fille pour porter le titre de Miss aéronautique France pendant une année. La finale 2016 a été organisée à Samer le 16 juillet dernier (30 candidates sur scène). Marie s’est distinguée en recevant le prix de l’élégance.
Grâce au lien entre le comité et le milieu de l’aéronautique, Marie a eu l’opportunité d’effectuer un tour en avion, à Berck, avec une championne de France de voltige aérienne, Kathel Brageot, et un tour en hélicoptère avec Philippe Cotrel, pilote et ancien maire du Touquet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui