Le Syndicat Agricole 08 avril 2016 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Une Classique sur chemins agricoles

Dimanche, le Paris-Roubaix traverse la grande région. L’épreuve compte 53 km de secteurs pavés, passages habituellement empruntés par les exploitants agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© A.S.O.) Les élèves du lycée horticole de Lomme ont employé les grands moyens pour restaurer le secteur pavé de Mons-en-Pévèle. © F. Doulcier Les apprenants en « aménagement paysager » de Raismes se sont chargés du secteur reliant Haveluy à Wallers. © F. Doulcier L’état de la chaussée dépend beaucoup de l’entretien régulier des accotements et des fossés. © F. Doulcier La balayeuse est passée fin mars sur la Trouée d’Arenberg. Huit heures de travail ont été nécessaires pour enlever la terre, l’humus, les feuilles mortes qui recouvraient les pavés. Autant de risques en moins. © F. Doulcier

Surnommé « l’Enfer du Nord » ou « la dure des dures », le Paris-Roubaix est l’une des courses cyclistes professionnelles les plus difficiles au monde. Premièrement en raison de sa longueur (257,5 km) mais surtout à cause des axes insolites qu’elle emprunte : les 27 secteurs pavés du Nord-Pas de Calais. Ces anciennes voies de circulation, préservées du « bitumage » massif de l’après-guerre jusqu’aux années 80, sont utilisées au quotidien par les agriculteurs. Larges de 2 à 3 mètres maximum, la plupart d’entre-elles ont quasi-exclusivement une vocation agricole durant l’année.

Un travail conjoint de reconnaissance du parcours
Créée en 1977, l’association « les amis de Paris-Roubaix » se mobilise pour la préservation et l’entretien des secteurs pavés. Ses membres collaborent régulièrement avec la profession agricole pour engager des travaux de réfection en bordure de champs. « Une chaussée pavée qui traverse une plaine est forcément très fragile et demande une attention particulière », explique François Doulcier, président de l’association. Les aléas climatiques (stagnation d’eaux pluviales, gel, desséchement) ou la faune et la flore (racines, mousses, nuisibles…) peuvent en effet endommager le parcours. « Lorsqu’un problème de ce type est constaté, les agriculteurs sont souvent les premiers à prévenir la mairie de la commune concernée qui contacte ensuite l’association, indique le responsable. Nous avons un objectif commun : avoir des chemins carrossables, praticables autant par le monde agricole, les usagers, que par les coureurs cyclistes en assurant leur sécurité ». Les Amis de Paris-Roubaix effectuent par ailleurs leurs propres reconnaissances du parcours, en partenariat avec ASO (Amaury sport organisation), responsable de la course et du Tour de France.

Les lycées horticoles en charge du pavage
Une fois repérés, les chantiers sont réalisés par trois organismes différents. Les secteurs nécessitant les travaux les plus importants (fondations, grave, dalle…) sont réhabilités par des entreprises spécialisées. Ceux qui requièrent de petits aménagements (jointures, sablage) sont rénovés par les bénévoles de l’association. Enfin, un budget d’environ 10 000 € par an est attribué aux lycées horticoles de Raismes et de Lomme (59), qui dépendent de l’enseignement agricole régional, pour le pavage de certaines zones. « L’équipe qui organise l’épreuve fait confiance, depuis près de quinze ans, au savoir-faire des élèves en formation, rappelle François Doulcier. Ces exercices, qui dépendent beaucoup des conditions météo, leur permettent de mettre en application leurs connaissances en conditions réelles, ils sont très motivés ». Durant trois semaines cette année, les apprenants de Raismes ont restauré le secteur pavé reliant Haveluy à Wallers. Les étudiants en « aménagement paysager » de Lomme se sont chargés du secteur de Mons-en-Pévèle.

Intérêts et problématiques communes
Si l’entretien de la chaussée est une priorité pour les coordinateurs de la course, celui des bas-côtés l’est tout autant. « Certains agriculteurs prennent l’initiative de faucher les accotements du chemin en été ou à l’automne ce qui est très important, signale François Doulcier. Il faut parfois également couper des arbres ou élaguer haies et arbustes ». L’état des secteurs pavés dépend beaucoup du curage régulier des fossés, qui bordent la plupart des voies régionales, notamment dans la Pévèle. « L’essentiel est de les maintenir, évoque le président. Ils aident à drainer l’eau des champs et à évacuer celle des chemins ». Exploitants agricoles et membres de l’association partagent enfin une problématique commune aux abords du parcours : le passage de rats musqués. Ces dernières années, le rongeur est en effet très présent dans la région. « Nous ne pouvons généralement que constater et subir les dégâts occasionnés, remarque François Doulcier. Il creuse des galeries en diagonale de la piste qui fragilisent les joints à la surface et causent des déformations ». Des travaux de consolidation ont été entrepris le mois dernier à Ennevelin et à Auchy-lez-Orchies (59), en amont de l’épreuve. Pour les coureurs du peloton, chaque mètre linéaire de secteur pavé est à aborder avec minutie et stratégie. Sur la « Reine des Classiques » 2016, qui remportera le fameux pavé remis en guise de trophée ?

Simon Playoult

Les horaires de passage aux secteurs clés

Le Paris-Roubaix est l’une des plus anciennes courses cyclistes, créée en 1896 par Théodore Vienne, un industriel nordiste du textile français. La 114e édition de Paris-Roubaix partira dimanche 10 avril en fin de matinée de Compiègne pour rejoindre le vélodrome de Roubaix dans l’après-midi.
Entre 10 h 30 et 10 h 45 : Départ.
Vers 13 h 15 : Première grosse difficulté à Quiévy (3 700 m de pavés).
14 h 25 : Trouée d’Arenberg (2 400 m).
15 h : Secteur Tilloy à Sars-et-­Rosières (2 400 m).
16 h 20 : Passage du Carrefour de l’Arbre, près de Gruson (2 100 m).
Vers 16 h 50 : Arrivée à Roubaix.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui