Le Syndicat Agricole 17 octobre 2016 à 08h00 | Par Simon Playoult

Un poireau « tendance » pour relancer la consommation

La journée internationale du poireau, qui a lieu tous les deux ans, s’est déroulée à Kruishoutem en Belgique en présence de producteurs de toute l’Europe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur les cinq dernières années, la consommation de poireaux a diminué de 12 % en Europe.
Sur les cinq dernières années, la consommation de poireaux a diminué de 12 % en Europe. - © Le Syndicat Agricole

Récolté pour la première fois à grande échelle à l’époque romaine et emblème actuel du pays de Galle, le poireau est aujourd’hui principalement cultivé dans une zone allant de la Bretagne au Nord des Pays-Bas. Premier producteur d’Europe (avec 21 % de la production), la Belgique accueillait, dimanche 9 octobre, la journée internationale du poireau à Kruishoutem, près de Courtrai. L’édition 2016 avait pour thème central « Fermier recherche consommateur ». Plusieurs pistes ont été évoquées pour dynamiser les ventes et la consommation.

Adapter le poireau aux nouveaux modes de consommation
La consommation de légumes a diminué de 3 % l’année dernière en Belgique. Cette situation n’est pas une exception. En Europe également, les chiffres de ces cinq dernières années montrent une légère baisse de la consommation. La plus forte diminution a, en revanche, été enregistrée par le poireau (- 12 %). Face à une popularité en déclin, la filière doit se réinventer et adapter ses produits aux nouveaux modes de consommation, selon Luc Van Bellegem, de l’office flamand d’agro-marketing (VLAM). « Il y a aujourd’hui une diversité de consommateurs, explique-t-il. Pour être attractifs, les légumes, et notamment le poireau, doivent répondre à une multitude d’attentes ». Faire évoluer l’offre et le packaging permet en effet de toucher davantage de publics. « Les jeunes qui vivent en ville sont attirés par des concepts faciles à cuisiner, rapides à préparer ou “prêts à manger” (sachets pratiques, soupes…), poursuit le responsable. L’aspect convivial d’un produit est aussi en vogue (bouchées, tapas, toasts, livraisons à domicile…) ». La santé peut de la même façon être un argument de consommation, y compris en période estivale : les poireaux sont sources importantes de fibres, de vitamines et de minéraux. Autant de possibilités dont les acteurs de la filière peuvent s’emparer. La vente évolue également. Le e-commerce alimentaire est en progression constante depuis dix ans dans le domaine des fruits et légumes. Parallèlement, la vente directe chez le producteur trouve écho chez une partie de la population.

Supermarchés VS vente directe
Les dépenses en fruits et légumes des ménages (hors pommes de terre) représentent environ 10 % de leurs dépenses alimentaires totales (selon l’Insee). « Les différences de comportements à l’achat sont de plus en plus marquées chez leconsommateur, souligne Xavier Gellynck, de la faculté d’agriculture de l’université de Gand. Outre les aspects pratiques d’un produit, certains recherchent la formule la moins chère et d’autres sont prêts à payer un peu plus à condition que les légumes soient frais et cultivés à proximité et/ou de manière raisonnée ». Pour eux, la qualité des légumes est liée à leur fraîcheur et au respect des saisons. « Il y a un marché à prendre, affirme le professeur. La création de marques locales pour se différencier connaît un beau succès. Le consommateur associe ainsi un légume à un terroir, synonyme de savoir-faire et donc de qualité ». « Le producteur doit identifier les opportunités qui se présentent sur son territoire et s’engager dans une démarche stricte afin que son schéma puisse être rentable (étude de marché, ndlr) », complète-t-il. Des variétés disparues ou en perte de vitesse ont même été remises sur le marché. De même, des distributeurs automatiques apparaissent au bord des routes et la distribution de paniers de légumes se répand à la ville comme à la campagne. En France, un producteur sur cinq vend en circuit court. Ce circuit de distribution prend d’ailleurs une place de plus en plus importante dans l’agriculture.

En complément des visites aux champs consacrées aux essais, des démonstrations autour des techniques de pulvérisation et de la gestion intégrée des traitements ont rythmé la journée.
En complément des visites aux champs consacrées aux essais, des démonstrations autour des techniques de pulvérisation et de la gestion intégrée des traitements ont rythmé la journée. - © Le Syndicat Agricole

La récolte régionale en retrait

L’érosion des surfaces implantées en poireau se poursuit dans l’Hexagone selon la dernière note d’Agreste. Après une baisse de 2 % des superficies au cours de la campagne 2015-2016, la campagne 2016-2017 subirait un repli de 3 %, à 4 880 ha. Dans le bassin Ouest, première zone en termes de surface, la région Basse-Normandie accuserait notamment un repli marqué sur un an et par rapport aux cinq dernières campagnes, respectivement de 11 et 15 %. Les prévisions de production nationale sont à la baisse (161 300 t attendues), avec toutefois des évolutions contrastées selon les bassins. Les récoltes seraient en retrait de 2 % sur un an par rapport aux cinq dernières campagnes. Les volumes annuels du bassin Centre-Ouest progresseraient de 4 % sur un an. La récolte serait toutefois en repli par rapport à la moyenne 2011-2015, en lien avec une diminution des surfaces de ce bassin. Celle du bassin Nord s’inscrirait en retrait sur un an, touché par les excès d’eau qui ont provoqué des destructions de parcelles.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui