Le Syndicat Agricole 29 août 2015 à 14h00 | Par Laura Beheulière

Un camping au coeur du monde agricole

Au camping de la ferme de la Hooghe Moote, à Ghyvelde (59), activités de tourisme et exploitation agricole sont intimement liées. Suite et fin de notre série d'été.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Nous avons souvent l'occasion de parler du monde agricole avec les clients ».
« Nous avons souvent l'occasion de parler du monde agricole avec les clients ». - © Le Syndicat Agricole

Ce n'est pas une mais deux aires de camping qui encadrent la ferme de la Hooghe Moote, située à cheval entre les villes d'Uxem et de Ghyvelde, dans le Nord. À quelques kilomètres de la mer du Nord, le grand camping trois étoiles de la famille Maes, avec ses bungalows aux terrasses fleuries et ses emplacements pour camping-car et tentes, dispose même de cinq étangs de pêche pour aller titiller la truite. Et ce n'est pas tout. Sur le site de 6 hectares, il y a aussi une auberge, des jeux pour enfants, un terrain de pétanque, des salles pour les groupes... Bref, c'est un véritable petit village. Et ici, on travaille en famille. Maryline Maes gère l'ensemble du camping et ses différentes activités, aidée de sa mère et de son frère. Celui-ci gère l'exploitation au centre du site, tournée vers les céréales, les pommes de terre et les betteraves. Le mari de Maryline, enfin, est exploitant dans une autre ferme, non loin de là. « Le camping a été créé en 1991 par mon père et ma mère, explique Maryline. Le lieu se prêtait à cette diversification ». Son frère a repris l'exploitation tout en développement une activité atypique : la vente de mobil-homes. Elle a repris le camping, une véritable passion : « Il faut faire ce qu'on a envie de faire. Le plus beau métier, c'est celui qu'on aime », répète-t-elle. Le faire même si ce n'est pas toujours facile ; alors que nous visitons le site, Maryline en profite pour discuter avec les clients, vérifier les installations, gérer quelques détails ou de gros problèmes... sollicitée sur tous les fronts, elle semble ne jamais s'arrêter.

Produits du terroir
À la Hooghe Moote, une grande partie de la clientèle est habituée des lieux et revient chaque année, pour les deux mois d'été, parfois plus. Maryline les connaît et discute volontiers dans le jardin de chacun. Il y a aussi des touristes de passage et des étrangers, notamment des Portugais, qui habitent ici à l'année. « Beaucoup d'entre eux viennent ici pour travailler sur le chantier du terminal méthanier de Dunkerque », précise la gérante. Pour occuper tout ce petit monde, Maryline et sa famille ne manquent pas d'idées : ils organisent des lotos, des tournois de pétanque, des soirées dansantes, des spectacles, font venir des DJ... il y en a vraiment pour tout le monde. Les Maes proposent aussi des visites de la région, industrielles (avec le méthanier de Dunkerque), ou autour du monde agricole. « Nous informons nos clients sur les activités des fermes des alentours, explique Maryline. Les cueillettes libres, les marchés du terroir, tout ce qui se passe dans le secteur. » Les produits du terroir sont d'ailleurs disponibles au camping où l'on peut acheter, par exemple, du jus de pomme local ou encore le pâté du boucher d'à côté. « Nous avons organisé une fête champêtre lors de laquelle nous avons pu mettre en avant tous ces produits », ajoute-t-elle.

« C'est quand les pommes de terre ? »
Souvent, les discussions avec les clients tournent autour de l'agriculture. « Les gens qui viennent ici savent qu'ils vont être en milieu rural et sont curieux de le découvrir », poursuit Maryline. « Nous avons développé une activité de micro-pisciculture, donc j'organise des visites autour de ça, et je parle aussi beaucoup de la culture du lin, de l'orge, du colza, des pommes de terre. Ou encore des wateringues et de la sensibilisation à la gestion de l'eau. » Et il faut aussi expliquer les odeurs de fumier qui arrivent parfois jusque dans les allées du camping. « Nous avons souvent l'occasion de parler du monde agricole, et parfois aussi de la chasse quand c'est la saison ! » Mickael, un employé de la ferme, raconte : « Hier, j'étais dans les champs et les clients regardaient ce que je faisais ». Maryline, même si elle s'occupe à temps plein du camping, garde un pied fortement ancré dans l'exploitation de son frère : à travers l'association le Savoir Vert elle accueille des enfants à la ferme pour leur expliquer le métier. Et pendant la période des arrachages de pommes de terre, elle aide aussi son mari aux champs... Ainsi, camping et exploitation restent toujours intimement liés. D'ailleurs, lorsque nous rendons visite à un couple de retraités, dans leur bungalow tout confort, ils demandent à la gérante : « C'est quand les pommes de terre ? Pense à nous ! ». En effet, les filles de Maryline profitent de la récolte pour vendre quelques sacs de pommes de terre aux clients. « Ça fait leur argent de poche ! », dit-elle en souriant. Et de résumer son travail : « Nous avons toujours voulu faire un terrain de camping à notre image, c'est-à-dire à l'image du monde agricole, confortable, accueillant, dans un espace verdoyant. Nous participons ainsi à la sensibilisation du public au monde agricole. »

Au sein du camping, cinq étangs de pêche alimentés par des sources permettent aux clients et touristes de pêcher la truite.
Au sein du camping, cinq étangs de pêche alimentés par des sources permettent aux clients et touristes de pêcher la truite. - © Le Syndicat Agricole
Le site dispose également d'une auberge et de quatre salles de réception pouvant accueillir de 20 à 120 personnes.
Le site dispose également d'une auberge et de quatre salles de réception pouvant accueillir de 20 à 120 personnes. - © Le Syndicat Agricole

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui