Le Syndicat Agricole 04 mars 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Transition agro-écologique : enseigner à produire autrement

Le Programme régional de l’enseignement agricole pour la transition agro-écologique se met en place en Région.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les exploitations (de Radinghem, Le Quesnoy, Sains-du-Nord et de l’Institut de Genech) ont pour objectif d’acquérir des indications technico-économiques sur les systèmes d’élevage autonomes en région. © DR Frédéric Prince, chef adjoint du service régional de la formation et du développement (SRFD). © DR

Adoptée en septembre 2014 et instaurée par Stéphane Le Foll, la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt a pour objectif de placer la double performance économique et environnementale au centre des pratiques agricoles. Au cœur de cette législation, le projet agro-écologique doit tracer un avenir durable à l’agriculture et à la jeunesse en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés. L’enseignement agricole a donc un rôle de premier plan à jouer en tant que dispositif de formation initiale et continue des agriculteurs. À ce titre, le Nord-Pas de Calais se mobilise actuellement avec la mise en place d’un plan d’actions : le Programme régional de l’enseignement agricole pour la transition agro-écologique.


Des formations régionales pour anticiper
Grâce à la forte diversité de son agriculture, la région fait office d’exemple au niveau national concernant les formations proposées. En effet, les exploitations agricoles des lycées tiennent déjà compte, dans leur cursus, de nombreux systèmes et pratiques liés aux divers enjeux environnementaux : conversion biologique, extensification et/ou autonomie des élevages, diversité des assolements, agroforesterie, infrastructures écologiques, réduction des intrants, économies d’eau et d’énergie ou encore sélection variétale. « Même si la notion d’agro-écologie semble déjà bien ancrée dans les parcours pédagogiques des établissements d’enseignement, la première phase du plan d’action a consisté à diagnostiquer précisément la situation en région afin de définir au mieux les besoins », explique Frédéric Prince, chef adjoint du service régional de la formation et du développement (SRFD). Après avoir dressé les principaux points d’étude, quatre référents régionaux en agro-écologie ont été désignés pour les trois familles de l’enseignement agricole (public, privé et MFR). Ils sont chargés d’accompagner les directeurs et les équipes éducatives dans l’élaboration et le suivi de leur projet.


Des actions communes uniques en France
Le Nord-Pas de Calais a été retenu par un projet Casdar (compte d’affectation spéciale pour le développement agricole et rural, financé à hauteur de 20 000 € sur trois ans), pour mener à bien un projet collectif entre différentes exploitations de lycées. « Pour la première fois, des lycées agricoles publics et privés travaillent collectivement en comité participatif », souligne Frédéric Prince. Les exploitations (de Radinghem, Le Quesnoy, Sains-du-Nord et de l’Institut de Genech) ont pour objectif d’acquérir des indications technico-économiques sur les systèmes d’élevage autonomes en région. « Il s’agit de faire évoluer les divers systèmes d’élevage des établissements autour de deux enjeux : l’autonomie fourragère des systèmes de bovins lait et la qualité des fourrages pour les prairies pâturées et les prairies de fauche, détaille Frédéric Prince. Entamer des démarches durables en milieu scolaire doit permettre de créer des exemples avant-gardiste et concrets pour la profession ». Un autre projet va être proposé en 2015 qui vise à développer les circuits courts en restauration collective.


Favoriser les circuits courts dans la restauration collective
En marge de la loi d’avenir, le gouvernement a fixé comme objectif une part de 40 % de produits de proximité dans la restauration collective d’ici 2017. « Les circuits courts font partie intégrante de l’agro-écologie et le Nord-Pas de Calais est déjà bien engagé sur ce sujet ainsi que dans la lutte contre le gaspillage alimentaire », rappelle le responsable du service régional. En effet, le lycée de Le Quesnoy propose par exemple la vente de produits issus de son exploitation (supermarchés, boutique, Internet) et l’établissement de Tilloy-lès-Mofflaines collabore au projet Greencook avec l’installation de tables de tri à la sortie du restaurant scolaire et d’un système de pesée intégré. « Globalement, les élèves ont pris conscience de l’ampleur du gaspillage alimentaire et l’on remarque un engouement de la part du personnel de restauration pour agir de la sorte, même si les adaptations sont difficiles à mettre en place du fait des contraintes sanitaires et financières », remarque Frédéric Prince. Des opérations de repas uniquement composés de produits locaux vont être à nouveau mises en place cette année dans les établissements d’enseignement agricoles régionaux. À court terme, nous voulons associer la profession sur les territoires pour répondre aux besoins de la restauration collective. » Le GIEE (Groupement d’intérêt économique et environnemental) créé par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, sera un outil structurant qui permettra de porter ces projets collectifs.


Simon Playoult

Zoom sur... Des enseignants en immersion

Pour mener à bien l’ensemble de ces projets, le Plan d’actions envisage de rapprocher davantage le monde enseignant du monde professionnel. Les échanges vont donc se multiplier entre les deux corps de métier afin d’informer au mieux les professeurs des évolutions de la filière, des compétences et des besoins des exploitants agricoles. « Des immersions de sept à quinze jours vont être mises en place sur des exploitations régionales engagées dans la dynamique de l’agro-écologie, explique Frédéric Prince. Nous souhaitons également que les agriculteurs participent à la mise en œuvre des contenus pédagogiques et échangent davantage avec les équipes enseignantes et les élèves ». Les visites et les stages en entreprise agricole en partenariat avec la Chambre d’agriculture sont amenés à se développer afin de redynamiser les territoires ruraux ; des conférences thématiques par bassin géographique et des séminaires régionaux devraient aussi être mis en place.

Un forum agro-écologique franco-brésilien en octobre

Plus de 200 élèves et professeurs brésiliens ainsi que d’autres établissements français vont être accueillis du 19 au 22 octobre 2015 au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines pour un forum conciliant agro-écologie et santé. L’objectif est d’échanger sur les pratiques et de renforcer la coopération internationale entre ces deux pays.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui