Le Syndicat Agricole 21 avril 2016 à 16h00 | Par Le Syndicat Agricole

Stopper l’hémorragie de l’élevage équin

Le Conseil interrégional du cheval (CIC) a tenu son assemblée générale ordinaire lundi 18 avril près de Compiègne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À la tribune, Richard Crépon, secrétaire général du CIC, Hervé Delloye, président, et Emmanuel Biallais, secrétaire général. © DR L’observatoire économique réalisé pour la 4e fois pour notre grande région montre une filière en perte de vitesse, même si celle-ci représente un poids économique considérable. © V. Motin

C’est la dernière fois cette année qu’a eu lieu le vote de projet de budget distinctif pour le Nord-Pas de Calais et la Picardie. Au sein du Conseil interrégional du cheval également, la fusion des deux anciennes régions est maintenant réalisée. Lors de cette assemblée générale, le président Hervé Delloye a fait état d’une situation très difficile de la filière régionale équine, d’où la décision de réaliser courant 2016 un schéma directeur, dans lequel les socioprofessionnels réunis au sein du CIC vont définir les actions à mener au cours des 4 ou 5 ans à venir. Ce schéma directeur va reprendre essentiellement trois points :
- favoriser l’installation des jeunes, par une aide au financement et à la recherche du foncier en particulier ;
- aider au développement des structures existantes ;
- et favoriser le développement de nouveaux marchés.
Par ailleurs, l’action entreprise en 2014 d’un nouveau programme Interreg transfrontalier va se poursuivre, pour un partenariat durable avec nos voisins belges qui connaissent les mêmes difficultés.
La filière équine recouvre une multitude d’activités, les plus nombreuses et les plus valorisantes étant celles liées au sport et aux courses. Sur les 53 759 équidés recensés en région Nord-Pas de Calais – Picardie, les chevaux de sang, qui regroupent les chevaux de course et les chevaux de selle, sont largement majoritaires (70 %). L’observatoire économique réalisé pour la 4e fois pour notre grande région montre une filière en perte de vitesse, même si celle-ci représente un poids économique considérable, employant 7 730 personnes et enregistrant une augmentation du chiffre d’affaires (dont le montant atteint 405 millions d’euros). Mais le nombre d’entreprises continue de baisser. Et parmi celles-ci, les éleveurs sont, de loin, les plus nombreux (43,5 % des 3 191 entreprises de la filière équine de la région), mais ils ne réalisent que 10 % du chiffre d’affaires (chiffres 2013). Les surfaces valorisées par les équidés sont en baisse, n’atteignant que 106 450 ha. L’accès au foncier pose des difficultés aux éleveurs d’équidés. D’ailleurs, en présentant le rapport d’activité pour 2014, Richard Crépon, secrétaire du CIC, représentant l’association des entraîneurs de galop, disait la nécessité pour les professionnels du cheval de renforcer les relations avec le monde agricole qu’ils ont intégré en 2005. D’où leur participation aux activités des Chambres d’agriculture, qui concernent l’ensemble du monde agricole, dont par exemple celles liées à la directive Nitrates et au problème de la gestion du fumier chez tous les éleveurs.

Une baisse des aides
Les élevages les plus nombreux sont les élevages de chevaux de selle, détenus par des propriétaires n’ayant souvent, comme partout en France, qu’une seule jument. La diminution des élevages, entre 2009 et 2013, a été de 29,5 % dans notre région, la plus forte baisse touchant les ânes et les poneys. Notre région a profité du fonds Éperon, financé par une partie des enjeux sur les courses hippiques. Mais ce secteur enregistre aussi une activité en baisse, le PMU étant, auprès des parieurs, en concurrence avec la Française des jeux ; de même, le nombre d’entrées sur les hippodromes est en forte baisse. Et surtout, le nombre de chevaux à l’entraînement continue de diminuer fortement, à Chantilly en particulier, à cause de coûts trop élevés pour les propriétaires. Les revenus sont donc en baisse, ainsi que le nombre d’emplois, conséquence de la très forte hausse de la TVA. Cela a aussi joué sur les centres équestres, au nombre de 1 022 dans notre région qui compte 11,1 licenciés pour 1 000 habitant, un taux supérieur à la moyenne nationale. Mais le nombre moyen de licences par établissement équestre est trop faible : 85 en Picardie, 109 dans le Nord-Pas de Calais. D’où le choix de cibler les aides au soutien ou à la transmission des établissements ayant moins d’une centaine de licences, le niveau permettant d’atteindre l’équilibre économique étant autour de 100.
Il y a pourtant au moins une activité qui enregistre de bons résultats, c’est celui de l’exportation : il y a une forte demande, surtout de la part des États-Unis, du Maroc et de la Chine dont le marché est provisoirement fermé à la France, à cause de problèmes sanitaires. Des aides aux foals ont été apportées, surtout pour les chevaux de selle et les poneys, pour améliorer la qualité de l’offre.
Le CIC est un organisme qui fonctionne grâce aux subventions du Conseil régional essentiellement (164 800 € pour l’exercice 2015, sur un total budget de près de 200 000 €), les cotisations de ses membres représentant une faible part du budget. Le président Hervé Delloye a renouvelé son appel à l’adhésion de l’ensemble des associations du monde du cheval au sein de cet organisme, qui assure la promotion de l’ensemble des activités très diverses de la filière, et assure l’union des professionnels, étant l’interlocuteur unique auprès de l’administration et des différentes institutions.

Bernard Leduc

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui