Le Syndicat Agricole 08 août 2013 à 13h45 | Par Le Syndicat Agricole

Semis - Implantations de colza : avec ou sans labour?

Chaque technique ayant ses avantages et ses inconvénients, quelques éléments sont à prendre en considération.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un répartiteur de menues pailles et un faux semis de qualité sont nécessaires pour limiter la concurrence des repousses de céréales.
Un répartiteur de menues pailles et un faux semis de qualité sont nécessaires pour limiter la concurrence des repousses de céréales. - © J.C. Gutner

Comme souvent en matière d’implantation, chaque technique, avec ou sans labour, a ses avantages et ses inconvénients, avec une forte influence des conditions de sol ou de climat. Quelques éléments sont à prendre en considération en vue des futurs semis.
La réussite des implantations suppose avant tout d’atteindre un peuplement homogène (30 à 35 pieds par m2 en lignées, 20 à 25 en hybrides) en évitant les surdensités néfastes. Cela demande aussi que le colza atteigne une taille critique pour passer l’hiver (8 feuilles), avec un bon enracinement en entrée d’hiver (pivot peu fourchu de 15 cm de long et 8 mm de diamètre). La gestion du parasitisme (limaces, phoma, sclérotinia), du salissement (repousses notamment) et du risque d’élongation automnale doit également être intégrée aux choix techniques.

La levée reste l’étape déterminante
Le labour permet de s’affranchir des résidus ou repousses, mais peut assécher les sols et casser la capillarité:
- en limons et sols légers, limitez le délai labour-semis ou refermez rapidement le sol;
- en sols argileux, préférez les implantations sans labour.
En non labour, réalisez rapidement un déchaumage fin, appuyez pour faire lever les repousses ou adventices et perturber ainsi les populations de limaces.
L’exportation des pailles constitue une solution de facilité en améliorant le contact sol-graine, sans forcément compromettre les taux de matière organique (fréquence de retour souvent faible et effet humus très important du colza, équivalent à un maïs grain).
Lorsque les pailles sont enfouies, soignez leur broyage et leur répartition afin d’éviter les paquets (de paille) qui favorisent les limaces et l’élongation des hypocotyles. Un double déchaumage croisé et l’utilisation de herses de déchaumage aident à bien répartir les résidus. Un déchaumage profond (10-15 cm) plutôt que superficiel (4-5 cm) peut permettre de diminuer la quantité de pailles dans le lit de semences et de corriger des tassements de surface, mais risque d’assécher le sol (rappuyer). Concernant les semis, soignez les lits de semences plutôt que de renforcer les densités (ne pas dépasser 60 graines au m2), utilisez des semoirs à céréales à disques, ou mieux, des semoirs de précision, et anticipez un peu les semis lorsque les pailles sont enfouies ou en semis direct. Enfin, d’autres alternatives existent, comme le semis direct avec une coupe haute, ou encore la modification des rotations (semer après un pois par exemple).

Quelle profondeur en non labour?
Le colza est assez sensible à la structure du sol et n’apprécie pas les excès d’eau. Si la question ne se pose pas en labour, à quelle profondeur travailler en non labour? Tout dépend de l’état du sol, et bien souvent des dernières interventions (moisson, ramassage des pailles, épandages). En l’absence de compaction ou d’ornières, des itinéraires en semis direct ou en déchaumage superficiel conviennent. Dans le cas contraire, un passage d’outil à dents à 10-15 centimètres suffira souvent à installer le système racinaire (attention aux lissages des dents à pattes d’oie). L’utilisation d’un décompacteur sera rarement justifiée, mais peut s’avérer très commode lorsqu’il est couplé au combiné.
Enfin, concernant la gestion du parasitisme et du salissement en non labour, différents points doivent retenir votre vigilance. Le risque limaces est accru et doit être contrôlé par les déchaumages, une bonne répartition des pailles et un semis rappuyé. La lutte chimique est conseillée en situations à risque, surveillez attentivement les dégâts. Une bonne vitesse d’installation aidera la culture à passer les stades sensibles (3-4 feuilles). Les risques phoma ou sclerotinia sont accrus, notamment en rotations courtes: choisissez des variétés TPS phoma et déchaumez rapidement après récolte. Un répartiteur de menues pailles et un faux semis de qualité sont nécessaires pour limiter la concurrence des repousses de céréales. Attention également aux rémanences de sulfonylurées.

Pierre MORTREUX, Conseiller agronomie
Chambre d’agriculture de région Nord-Pas de Calais

Zoom sur... Que disent les essais? (cf. Résultats des essais de Gouzeaucourt)

Quelques essais ont été conduits en colza dans le Cambrésis, sans différences significatives de rendements entre les itinéraires testés.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui