Le Syndicat Agricole 13 novembre 2014 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Santé - « Vieillir mieux », ça commence maintenant !

L’Institut Pasteur de Lille va entreprendre la construction d’un centre de recherche sur la longévité, unique en France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Berche, directeur  général de  l’Institut Pasteur. © DR 40 000 vaccinations et 18 000 bilans de santé sont réalisés chaque année. © DR Au sein de l’unité U761 Inserm, cette plateforme robotique permet de tester des milliers de molécules avant de proposer des modèles de médicaments. © DR L’équipe de 30 chercheurs dirigée par le Pr Benoit Déprez explore les maladies infectieuses et métaboliques. © DR

«Vivre mieux, plus longtemps », tel est le nouveau défi lancé par la recherche nordiste. Spécialisé dans la recherche au service de la population, l’Institut Pasteur de Lille fait partie des trois fondations de recherche reconnues en France, avec l’Institut Curie et l’Institut Pasteur de Paris. À l’origine, ce sont les spécificités de la région Nord-Pas de Calais et ses 4 millions d’habitants qui ont guidé les orientations scientifiques. Aujourd’hui, les résultats bénéficient à l’ensemble de la population française. C’est pourquoi, après le lancement du pôle Nutrition santé longévité (NSL) en 2005, l’Institut Pasteur va entreprendre la construction d’un centre transdisciplinaire de recherche sur la longévité (CTRL) qui devrait voir le jour en 2017. L’ensemble des unités lilloises va y collaborer.


Le CTRL, une réponse à un enjeu de société : la longévité
En 1950, on comptait 200 centenaires, en 2014, ils sont 23 000. À l’horizon 2020, une petite fille sur deux sera centenaire. En 2060, le nombre sera proche des 250 000. Au-delà de l’allongement de l’espérance de vie, la priorité des chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille est surtout de permettre à la population de rester en bonne santé le plus longtemps possible. « La création du CTRL constitue une façon de mutualiser les forces vives de l’Institut, de faire collaborer généticiens, cliniciens, épidémiologistes, microbiologistes, biochimistes, et immunologistes autour de cet objectif », explique Patrick Berche, directeur général de l’Institut Pasteur. Plus largement, la dernière partie de vie constitue un enjeu majeur pour la société. Tenter de prévenir la dépendance et de préserver l’autonomie des personnes âgées sont les clefs d’une adaptation de la société au vieillissement. Les recherches menées par les équipes de l’Institut Pasteur de Lille intègrent ces objectifs. « Plutôt que de rêver de vivre un siècle et demi, mieux vaut viser le centenaire sans problèmes cardiovasculaires, sans perdre la tête et en restant autonome », estime le Pr Patrick Berche.


Regrouper la matière grise en un pôle « recherche » dédié
La création du centre transdisciplinaire de recherche sur la longévité (CTRL) regroupera à l’horizon 2017 des équipes de recherche de manière cohérente et organisée. Ce centre s’inscrit dans le cadre d’un projet plus global de réaménagement spacial du campus actuellement à l’étude. « Il est vital pour notre avenir de restructurer le site ; la sécurité est notre premier devoir », souligne le directeur. Le pôle « recherche » représenterait pour sa part, un investissement global d’environ 28 M€ (foncier, démolition et construction pour 18 M€, équipements pour 10 M€), comprenant un bâtiment de 7 000 m2 de surfaces utiles et l’ensemble de ses équipements et plateformes techniques. Un tel projet pourrait être financé par des fonds publics (Europe, Région, LMCU) et des fonds propres de la fondation. Pour ce faire, certains bâtiments devront être réhabilités (transformations de laboratoires en bureaux) et modernisés. Pour Patrick Berche, « la création du CTRL est le premier pas d’un vaste projet de réorganisation des services de l’Institut Pasteur de Lille par pôle d’activités ». Les activités au service de la santé publique ainsi que la formation dispensée aux professionnels seraient réunies dans un Pôle « santé publique – formation ». L’accès direct sur rue de ces activités accueillant du public permettrait d’en améliorer la visibilité et de faciliter la gestion des flux de personnes. Ce nouveau pôle de 3 500 m2 est estimé à un coût global de 9 M€, équipements compris. Un pôle « tertiaire supérieur » constitué de bureaux et d’une résidence hôtelière pour des chercheurs-étudiants s’inscrit dans ce
projet.

Simon Playoult

Zoom sur... 2 prix Nobel dans l’infiniment petit

Le centre de bio-imaging, que l’Institut Pasteur utilise depuis trois ans, est le seul au monde à combiner en un même lieu les trois technologies de microscope. Les deux plus récentes, la microscopie moléculaire (PALM) et la microscopie de déplétion à émission stimulée (STED) ont valu à leurs inventeurs le nobel 2014. Les 26 et 27 novembre prochains, un symposium réunira des spécialistes mondiaux des nouvelles techniques d’imagerie de pointe au niveau national et international à l’Institut Pasteur de Lille.

L’Institut Pasteur de Lille

- 51 571 m2.
- 6 unités pluri-disciplinaires.
- 660 chercheurs, ingénieurs et techniciens.
- 3 000 stagiaires.
- 32 laboratoires.
- 40 000 vaccinations par an.
- 18 000 bilans de santé.
- 53 pays collaborateurs.
- 29 M€ de bugdet (80 % de dons).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui