Le Syndicat Agricole 21 février 2013 à 11h26 | Par Le Syndicat Agricole

Pommes de terre - La bonne gestion des plants, gage d’une plantation réussie

La gestion des plants a été difficile l’an dernier... espérons que cette année sera plus clémente. Message du Comité technique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La disparition des poudres étant inéluctable, il faut réfléchir dès maintenant à s’équiper pour un traitement liquide des plants dans les meilleures conditions.
La disparition des poudres étant inéluctable, il faut réfléchir dès maintenant à s’équiper pour un traitement liquide des plants dans les meilleures conditions. - © Le Syndicat Agricole

Le printemps 2012 a été marqué par une météo atypique. L’importance des pluies et les températures plus basses que la moyenne ont fortement compliqué les plantations. De nombreux problèmes de levée ont également été recensés. Les dégâts observés étaient très variables, allant d’un simple échelonnement des levées à des manques pouvant conduire à replanter... Ces problèmes soulignent l’importance d’une gestion optimale des plants à la ferme.

De la réception à la plantation, des étapes à ne pas manquer
Pour mettre toutes les chances de son côté et réussir ses plantations 2013, quelques règles de base de gestion des plants à la ferme sont à connaître et à respecter :
• Ranger le plant par variété et par lot (la traçabilité au lot est nécessaire en cas de problème).
• Contrôler la qualité des plants en ouvrant au moins un big-bag par lot.
• Mettre le plant à l’abri du gel, de la pluie et de l’humidité.
• Ne pas le stocker dans un stockage ayant reçu un antigerminatif.
• Prévoir le stockage dans un endroit aéré pour éviter les phénomènes de condensation.
• Si l’utilisation des big-bags n’est pas prévue sous 15 jours, transvider les plants en pallox ou sur un béton propre (30 cm maximum de haut).
• Attention à la manipulation : ne pas choquer les plants

En cas de plantations étalées :
• Ne pas laisser les plants en big-bags ou en benne.
• Contrôler régulièrement les plants (température, germination, qualité).
• Si un égermage doit être réalisé, le prévoir le plus délicatement possible, vérifier la sensibilité à l’égermage de la variété.
• Ne pas effectuer de traitement de plant juste après l’égermage (attendre la cicatrisation).

Traitement des plants : choisir le produit adapté à sa situation
Quand un traitement anti-rhizoctone seul est suffisant pour une production destinée à la transformation ou la fécule, une protection contre la gale argentée doit être ajoutée en pommes de terre de consommation, surtout si la récolte est conservée longtemps (cf. tableau ci-dessous).

Peut-on encore traiter les plants avec des poudres ?
L’utilisation des poudres n’est pas interdite... mais le nombre de spécialités utilisables se réduit. Un seul mancozèbe reste aujourd’hui homologué (Barky), la matière active du Rizolex P n’existe plus que sous forme liquide, et l’Oscar sera hors d’usage après 2014 (PPNU le 31 mai 2014).
Le principal problème des poudres est le risque utilisateur : le risque d’une contamination lors de l’application est trop important. On peut également se poser des questions sur la qualité du traitement selon le mode d’application de la poudre.

L’avenir est-il dans le traitement liquide des plants ?
De nombreux produits sont disponibles pour le traitement par pulvérisation des plants. Ce mode d’application demande un équipement spécifique et une grande technicité pour s’assurer d’une efficacité et d’une sélectivité optimales. Le guide de pulvérisation des plants par pulvérisation rassemble tous les conseils pour effectuer le traitement dans les meilleures conditions. On retiendra notamment qu’il faut :
- traiter sur des tubercules secs ;
- traiter sur des tubercules à la température minimale de 8 °C afin d’éviter les endommagements liés aux chocs ;
- traiter sur des tubercules non germés ;
- assurer un séchage rapide des plants (ne pas remettre en big-bags ou en benne) ;
- ne pas traiter des tubercules de semences malades ;
- ne pas traiter par temps humide et forte hygrométrie, car cela augmente le temps de séchage, et un équipement réfrigéré est alors nécessaire.
L’achat d’un appareil de traitement, d’une table à rouleau, mais aussi de pallox pour le séchage (ou prévoir une aire bétonnée abritée assez grande) sont à prendre en compte. Contrairement à la poudre, le traitement liquide demande un investissement conséquent, mais indispensable pour éviter tout problème d’efficacité et surtout de sélectivité. La disparition des poudres est inéluctable, il faut donc réfléchir dès maintenant à s’équiper pour un traitement liquide des plants dans les meilleures conditions.

Et le traitement de sol
Technique alternative au traitement du plant, le traitement de sol Amistar appliqué en localisé dans la raie de plantation présente une bonne efficacité contre le rhizoctone du sol et possède une homologation sur dartrose.

Céline Oliver, Conseillère Pommes de terre
Chambre d’Agriculture de région nord-pas de calais


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui