Le Syndicat Agricole 03 février 2015 à 16h00 | Par Le syndicat agricole

Pomme de terre : Relancer la consommation et freiner la production

Pour rééquilibrer le marché de la pomme de terre, la filière doit agir à plusieurs niveaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les achats des ménages ont baissé de 2,9 % par rapport à la période correspondante de 2013, malgré des prix de détail particulièrement attractifs pour le consommateur.
Les achats des ménages ont baissé de 2,9 % par rapport à la période correspondante de 2013, malgré des prix de détail particulièrement attractifs pour le consommateur. - © JC. Gutner

L'automne exceptionnellement doux n'a pas été favorable à la consommation de la pomme de terre et les chiffres des achats des ménages, communiqués par l'interprofession pomme de terre (CNIPT), pour la période d'août, début de campagne, à fin décembre dernier s'en ressentent. Ces achats ont baissé de 2,9 % par rapport à la période correspondante de 2013, malgré des prix de détail particulièrement attractifs pour le consommateur, - 26,6 % sur la précédente campagne. Pour la période du 1er au 28 décembre dernier, la baisse de consommation s'est ralentie, avec -1,5 %.


Une baisse des surfaces insuffisantes
Un hiver rigoureux pourrait stimuler la consommation, mais la filière, à travers le CNIPT poursuit son effort promotionnel par un nouveau programme télévisuel important, du 1er au 28 février, sur le thème « chaque pomme de terre s'exprime à sa manière », fondé sur la segmentation culinaire du produit. Le film réalisé à cet effet est largement diffusé sur les chaînes France 2, France 3, D8, W9, TMC, NT 1 et 6 Ter. Le programme est épaulé par des actions sur le Web. FranceAgriMer et le ministère de l'Agriculture participent financièrement à cette promotion collective. Si le soutien de la consommation par la publicité constitue une démarche permanente, la régulation de la production représente un facteur déterminant de l'équilibre du marché. La production pléthorique de cette campagne s'est traduite par un effondrement des cours à la production. La surproduction actuelle, en France et chez les grands producteurs du Nord-ouest de l'UE (sauf le Royaume-Uni) a pour principale origine, une expansion non maîtrisée des surfaces. Les très bas prix perçus par les producteurs cette campagne vont sans doute ralentir les plantations, mais le NEPG, qui représente les cinq grands producteurs du Nord-Ouest de l'Europe, « a le sentiment, dans l'état actuel des choses, que les surfaces ne vont pas suffisamment baisser pour garantir des prix suffisants aux producteurs ». Entre l'expansion des surfaces et un panel variétal plus performant, la production totale a augmenté de 14,6 % entre 2009 et 2014, alors que les besoins de l'industrie progressaient de 12 %, la consommation en frais étant plutôt sur une tendance baissière. Ces dossiers seront débattus à l'occasion de l'assemblée générale de l'UNPT (Union des producteurs) qui se tiendra à Saint-Quentin (Aisne) le 10 février.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui