Le Syndicat Agricole 01 février 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Plus de 66 millions d’habitants en France

Les données de l’Insee viennent d’être publiées : la France a passé la barre des 66 millions d’habitants et l’espérance de vie continue à augmenter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plusieurs indicateurs placent la France parmi les pays en tête du classement démographique européen.
Plusieurs indicateurs placent la France parmi les pays en tête du classement démographique européen. - © blvdone - Fotolia

Au 1er janvier 2015, la France comptait 66,3 millions d’habitants. Ce chiffre se répartit ainsi : 64,2 millions en France métropolitaine et 2,1 millions dans les cinq départements d’Outre-mer. Ce sont 297 000 personnes de plus qu’un an auparavant, soit une augmentation de 0,4 %. Cette progression est, comme les années précédentes, due au solde naturel, soit la différence entre les nombres de naissances (820 000) et de décès (556 000), c’est-à-dire (264 000) à laquelle vient s’ajouter le solde migratoire (33 000). Dans l’Hexagone, les naissances se stabilisent et le pays se situe parmi les nations européennes les plus fécondes. En 2014, 820 000 bébés sont nés en France. Alors qu’elles tendaient à diminuer depuis 2010, les naissances sont restées stables en 2014 par rapport à 2013 (hors Mayotte). L’âge moyen de l’accouchement est de 30,3 ans et les femmes ont en moyenne 2,01 enfants. L’an passé, 556 000 personnes sont décédées en France. Hors Mayotte, le nombre de décès a diminué de 14 000 personnes par rapport à 2013. « L’an passé, il y a eu un surcroît de naissances par rapport à des décès qui, eux, ont été en baisse. Cette baisse de la mortalité est liée à des facteurs conjoncturels comme un hiver peu froid et à une épidémie de grippe peu longue et peu sévère », explique Marie Reynaud, chef de l’unité des études démographiques et sociales.


Espérance de vie en hausse
L’an dernier, l’espérance de vie d’une femme à la naissance était en moyenne de 85,4 ans et de 79,2 ans pour un homme. En 20 ans, l’espérance de vie des femmes a progressé de 3,6 ans et celle des hommes de 5,6 ans. « Ce rapprochement des chiffres est dû au rapprochement des modes de vie des hommes et des femmes. Les hommes prennent plus soin de leur santé, ils fument moins et réduisent leur consommation d’alcool. Mais les femmes ont tendance à augmenter leur consommation d’alcool et de tabac », commente Marie Reynaud. L’espérance de vie à 60 ans augmente aussi. Au cours des deux dernières décennies, elle a connu une progression de 2,7 % pour les femmes et de 3,5 % pour les hommes. Aujourd’hui, elle est de 27,7 ans pour les femmes et de 23,2 ans pour les hommes. La part des personnes âgées de 65 ans ou plus est de 18,4 % alors qu’elle était de 17,9 % en 2013, ce qui signifie que la pyramide des âges est toujours marquée par le baby-boom.
Pour ce qui est des unions, 241 000 mariages ont été célébrés dans l’Hexagone l’an passé. Les mariages entre personnes de sexe différent baissent tendanciellement depuis l’an 2000 pour atteindre le nombre de 231 000 en 2014. En parallèle, on compte 17 500 mariages entre personnes de même sexe depuis mai 2013 après la promulgation de la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe : 75 000 en 2013 et 10 000 en 2014. Il y a davantage de mariages d’hommes que de femmes : 54 % en 2014 après 59 % en 2013.


Une France féconde
Toujours pour les couples de même sexe, l’an dernier, les femmes se sont mariées en moyenne à 41 ans (43 ans en 2013) et les hommes en moyenne à 46 ans (50 ans en 2013). À titre de comparaison, pour les mariages de personnes de sexe différent, en 2014, les femmes se sont mariées à 35 ans et les hommes à 37 ans. Entre 2012 et 2013, alors que le nombre de mariages de personnes de sexe différent a diminué, le nombre de Pacs entre personnes de sexe différent a progressé pour atteindre 162 000. Parallèlement, le nombre de Pacs entre personnes de même sexe a diminué entre 2012 et 2013 et s’est établi à 6 000. « L’adoption de la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe explique sans doute en partie cette baisse récente », confie Marie Reynaud.
Si l’on place l’Hexagone dans un contexte européen, le pays est bien situé en termes de fécondité. Ainsi, avec l’Irlande, la France est le pays le plus fécond de l’Union européenne à 28. Elle est par ailleurs dans le trio de tête pour l’espérance de vie des femmes mais pas pour les hommes. Elle est en tête pour l’espérance de vie à 60 ans pour les femmes comme pour les hommes. Enfin, la part des personnes de 65 ans et plus dans la population française est inférieure à ce qu’elle est en moyenne en Europe du fait de sa plus grande fécondité.


Valérie Godement

Une famille sur 5 est une famille nombreuse

En 2011, la France métropolitaine comptait plus de 1,7 million de familles nombreuses, c’est-à-dire des familles hébergeant simultanément trois enfants ou plus (dont au moins un mineur). Ainsi, une famille sur cinq est une famille nombreuse. Quatre sur six sont « traditionnelles » tandis qu’une sur six est recomposée et une sur six monoparentale. Mais ce sont les familles recomposées qui sont les plus grandes : 37 % hébergent trois enfants ou plus, contre 21 % parmi les familles traditionnelles. Avoir trois enfants ou plus simultanément à la maison est plus fréquent pour les non-diplômés, hommes comme femmes. Les immigrés vivent également plus souvent avec trois enfants ou plus à la maison, par rapport aux personnes sans lien avec l’immigration : 36 % contre 20 % pour les personnes qui ne sont ni immigrées ni descendantes d’immigrés. En revanche, les descendants d’immigrés vivent quasiment dans les mêmes proportions que les autres non-immigrés avec trois enfants ou plus (22 % contre 20 %).
Le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans varie nettement selon le nombre d’enfants : de 92 % pour celles qui vivent avec un seul enfant à 59 % pour celles qui vivent avec quatre enfants ou plus. Par ailleurs, 35 % des couples avec quatre enfants ou plus et 58 % des familles monoparentales avec trois enfants ou plus vivent sous le seuil de pauvreté. L’endroit où l’on naît a une influence sur la descendance. Il est ainsi plus fréquent d’avoir trois enfants ou plus lorsque l’on est né dans l’Ouest ou le Nord de la France ou en Outre-mer. Les enfants reproduisent en partie le modèle familial : par exemple 35 % des quinquagénaires ont une famille nombreuse lorsqu’ils sont issus d’une famille de quatre enfants ou plus, contre 22 % de ceux qui étaient enfants uniques.
Parmi les 50 ans ou plus qui ont eu deux enfants du même sexe, 52 % ont un troisième enfant, contre 47 % de ceux ayant déjà une fille et un garçon.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui