Le Syndicat Agricole 30 avril 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Plus de 4 millions d’asthmatiques en France

Lutter contre les idées reçues : tel est le message de la Journée mondiale de l’asthme, pour aider les personnes qui en souffrent à mieux le gérer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Le 5 mai est la Journée mondiale de l’asthme. À cette occasion, l’association Asthme et allergies, parrainée par l’Agence européenne de santé, lance une grande campagne de sensibilisation sur le sujet. En 2015, elle a choisi de rappeler que les idées reçues ou erronées sur cette pathologie ont la vie dure.


Facteurs de méconnaissance
Il existe plus de quatre millions de personnes souffrant d’asthme en France. Cela représente 6,7 % de la population totale et 9 % des enfants sont atteints. C’est même la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant. L’asthme reste sous-diagnostiqué, insuffisamment pris en charge et incomplètement contrôlé dans 6 cas sur 10.
Cinq grands facteurs sont identifiés pour expliquer cet état de fait : encore trop d’asthmatiques sont non-diagnostiqués et sous-traités, ou ne recourent pas à des traitements adaptés à la gravité de leur asthme. Il persiste de nombreuses craintes vis-à-vis des traitements, des idées fausses, des croyances erronées, qui retardent la prise en charge ; des enfants, des jeunes, des adultes se trouvent trop souvent restreints dans leurs activités à cause de leur asthme ; de nombreux adolescents méprisent leur traitement et s’exposent à des aggravations ; on dénombre encore un trop grand nombre de décès par asthme, pourtant évitables.


Idées fausses
Il est faux de penser que l’asthme se réduit à la gestion des crises, seulement quand on ressent une gêne respiratoire. La crise est le reflet d’une aggravation, or il existe une inflammation sous-jacente qu’il faut traiter en dehors des crises. C’est le traitement de fond de l’asthme. Il en va de même pour le fait de considérer que l’asthme est une maladie d’ordre psychologique : c’est un frein à prendre les bons traitements. L’asthme n’est pas une maladie psychosomatique. La sensation d’étouffer est anxiogène, mais il ne faut pas confondre la cause et les conséquences : manquer de souffle crée beaucoup d’anxiété, ce qui est normal. Par ailleurs, déclencher plus volontiers une crise d’asthme dans un moment de stress est tout à fait possible. Mais l’origine de l’asthme et les mécanismes d’inflammation et de constriction au niveau des bronches n’ont rien de psychologique.
Il est tout aussi faux d’imaginer que l’asthme va forcément disparaître à l’adolescence : ceci est une croyance populaire bien enracinée qui pose problème, car elle pousse à ne pas suffisamment soigner les enfants asthmatiques. Seulement 4 % des asthmes disparaissent à la puberté. S’il est vrai que l’influence des hormones peut aggraver ou au contraire diminuer l’asthme, un enfant ou un adulte insuffisamment ou pas traité court le risque de voir son asthme s’aggraver. Enfin, croire qu’on ne peut pas faire de sport parce qu’on est asthmatique est erroné. On pourrait penser que cette idée reçue n’est plus courante, mais malheureusement il n’en est rien : encore trop souvent, les enfants sont dispensés de sport parce qu’ils ont de l’asthme. Trop d’adultes se disent que leur asthme les empêche de courir ou de faire du sport et qu’il vaut mieux se préserver. Alors que c’est tout le contraire : bien pratiqué, avec un échauffement adéquat et la prise d’un bronchodilatateur avant l’effort, le sport est bénéfique pour l’asthmatique.
Il existe bien d’autres idées comme celle qui consiste à croire qu’il ne faut pas prendre son traitement lorsque l’on est enceinte, penser que la cortisone est dangereuse, que tous les médicaments sont équivalents, que l’asthme est une maladie banale, peu grave, voire à traiter par le mépris...
D’où l’importance, pour Asthmes et allergies, des messages d’information afin de faire reculer toutes ces idées reçues et faire évoluer les mentalités.

Thierry Michel

Informer

Une cinquantaine d’actions sont prévues à travers l’Hexagone pour favoriser la diffusion de l’information sur l’asthme. Entre autres, 150 000 brochures gratuites et 15 000 posters seront mis à disposition du public. On pourra notamment les voir dans les cabinets des médecins généralistes participant à l’opération mais aussi dans les centres de santé et d’autres lieux de vie. Tout personnel de santé peut demander la brochure ou le poster. Pour en savoir plus, on peut appeler le 0800 19 20 21 ou consulter le site www.asthme-allergies.org. Le 5 mai, de 12 h à 19 h, un tchat sera animé sur ce site.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui