Le Syndicat Agricole 03 janvier 2013 à 10h52 | Par Le Syndicat Agricole

Phytosanitaires - Pulvérisation à bas volume : intérêt et enjeux

Après plusieurs années d’expérimentation sur la pulvérisation à bas volume, Arvalis nous livre ses recommandations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est de plus en plus difficile d’obtenir des champs de céréales propres. Intervention précoce à l’automne et rattrapage au printemps améliorent grandement cette efficacité.
Il est de plus en plus difficile d’obtenir des champs de céréales propres. Intervention précoce à l’automne et rattrapage au printemps améliorent grandement cette efficacité. - © DR

En grandes cultures, depuis plusieurs années, les volumes d’eau utilisés ont tendance à se réduire. Si hier, le volume moyen utilisé était proche de 150 l/ha, couramment, de nos jours, les émules du bas volume (de 50 à 100 l/ha) sont monnaie courante. En dessous de 50 litres, la technique est beaucoup plus confidentielle et requiert, souvent, un matériel spécifique et une très bonne expertise de la méthode. La réduction des volumes de bouillie correspond largement à une volonté d’augmenter les débits de chantier, de transporter moins d’eau, mais avant tout de se positionner sur des fenêtres d’interventions optimales, tant en matière d’hygrométrie, que de température ou de vent. Une fois ce premier palier maîtrisé vient en général la tentation de réduire les doses de produits utilisés, avec souvent, en parallèle, l’emploi d’adjuvant ou de mouillant.
Après donc 8 années de tests et 9 essais réalisés entre 2004 et 2012, Arvalis nous livre son verdict sur l’une des familles chimiques les plus utilisées pour le désherbage des céréales, les sulfonylurées. Baisse des volumes, utilisation d’adjuvant, réduction de dose sont autant de questions auxquelles a tenté de répondre l’Institut technique.


Les conditions d’application doivent être optimales
Le premier enseignement est sans appel: selon les expérimentations entreprises par Arvalis, « une baisse du volume d’eau ne contrarie en rien l’efficacité de l’application ». Mais attention, il semble que pour des volumes inférieurs à 65 l/ha, les conditions d’application (hygrométrie, vent et température) deviennent prépondérantes. Ce que l’on peut faire à 150 l/ha en conditions difficiles avec un certain succès, est beaucoup plus aléatoire avec des volumes d’eau plus restreints. Dans ces configurations, l’ajout d’un adjuvant est toujours un plus. En sécurisant l’application des produits, il procure bien souvent un confort de travail.
Si par conséquent, la réduction des volumes appliqués est envisageable, pour Arvalis « la baisse des doses est beaucoup plus aléatoire, et ne peut, là aussi, s’envisager qu’en conditions optimales et pour de faibles infestations parasitaires ». Ainsi, dans les différentes expérimentations entreprises, une application d’Atlantis à demi-dose obtient les mêmes résultats que la pleine dose, le tout à 65 l/ha, et ce avec l’application d’un adjuvant et d’un sel (Silwett et Epsotop), le tout en conditions optimales (90 % d’hygrométrie, sur sol humide et en application précoce fin février). Dès qu’il manque un de ces facteurs, les résultats sont beaucoup plus aléatoires, d’autant qu’on diminue la dose d’eau épandue!
Dans tous les cas de figure, le bas volume ne s’improvise pas et il n’est en rien synonyme de réduction de dose, ce sont avant tout les conditions d’intervention et, plus encore, la nuisibilité attendue qui doit guider l’agriculteur dans ses réflexions!


C.D.

 


À savoir... Les résistances aux herbicides se multiplient

Les premiers cas de résistances aux herbicides sont apparus au début des années 70 sur la famille des Triazines (atrazine, simazine...). Mais le phénomène s’est réellement accentué au milieu des années 1990 avec l’apparition de nouvelles familles chimiques comme les Fops, Dymes et autres Sulfonylurées. Mais le plus inquiétant, c’est sans conteste la rapidité avec laquelle se manifestent ces résistances. Alors qu’il a fallu 20 ans aux adventices pour venir à bout du mode d’action des Triazines, il n’en a fallu que 10 pour les Fops, et à peine 5 ans pour les Sulfonylurées. Même si elles sont touchées, les Urées (isoproturon, chlortoluron...) le sont dans une moindre mesure et leur efficacité reste tout à fait honorable.
Autre constat qui s’impose dans ce tour d’horizon: même le glyphosate est touché. Ainsi, dans le monde, une dizaine de plantes sont résistantes à cet herbicide total, qui est, rappelons-le, la matière active chimique la plus vendue sur la planète.
Dans l’hexagone, la présence de populations de graminées résistantes aux Sulfonylurées date de 2006, soit 6 ans à peine, après le lancement du mésosulfuron (Atlantis, Absolu...) qui reste LA référence pour contrôler vulpins et Ray-grass dans nos régions. C’est plus généralement aux ALS (mode d’action des Sulfonylurées) que sont résistantes les graminées. Ces résistances se développent aussi chez les dicotylédones, avec quelques cas sur les matricaires et les coquelicots! Le problème c’est que ce type de fonctionnement chimique est le plus utilisé en France et se retrouve quasiment dans toute la rotation: Milagro, Peak, Cubix sur maïs, Spéléo sur Lin, Elden sur pomme de terre, plus récemment sur le colza et probablement, demain, sur la betterave.
L’alternance des familles chimiques doit donc être de rigueur, car il est de plus en plus difficile d’avoir des champs de céréales propres, même en dépensant 100 € à l’hectare...

C.D.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui