Le Syndicat Agricole 28 août 2014 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Oriacoop - 4 projets pour valoriser la trituration locale

La société de Warlincourt-lès-Pas (62) diversifie ses débouchés régionaux à destination de l’élevage laitier et du bio-carburant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Damien Bricout, président d’Oriacoop, et Bertrand Benoît, responsable de production. © DR Les graines de colza sont pressées et filtrées 2 fois pour finalement être  stockées sous forme d’huile et de tourteau. © DR

En avril 2009, les premières gouttes d’huile et les premiers tourteaux sortaient des presses d’Oriacoop, unité de trituration de graines de colza. Malgré le doublement de sa production annuelle dès 2011 et l’arrivée d’une nouvelle presse la même année, Oriacoop a dû faire face à une volatilité extrême des marchés du colza depuis deux saisons, alliée à l’augmentation du prix des matières premières et à la concurrence directe de l’huile de palme. « Plusieurs grosses usines de trituration ont fermé leurs portes en France et sur la période, certains de nos adhérents ont été payés en dessous de la valeur moyenne du colza, souligne Damien Bricout, président d’Oriacoop. Avec 13 000 t de graines triturées sur l’exercice 2013-2014, notre petite structure sort d’une complexité conjoncturelle difficile ». Cette année, avec la mise en place de 4 mesures collaboratives, la société qui transforme 11 % de la récolte régionale compte désormais dynamiser sa production en progressant dans les filières courtes avec la perspective de retrouver l’efficience de l’outil de transformation.


Les tourteaux gras testés dans 15 élevages
Depuis sa création, Oriacoop privilégie la proximité pour son fonctionnement basé sur la mutualisation. Dès l’automne, la société va mener une expérimentation en partenariat avec la Chambre d’agriculture de région, la coopérative Prospérité fermière et le Pays du Ternois (communauté de communes) afin d’adapter les tourteaux gras (ou d’expeller) à la ration des élevages laitiers. « Ces tourteaux issus de la pression à froid mécanique des graines de colza contiennent 12 % de matières grasses en moyenne, explique Damien Bricout. Ils conviennent très bien à l’engraissement des porcs ou de la volaille, mais l’objectif de cette expérience est de contrôler leur incorporation dans les rations pour ruminants et de maîtriser au mieux leurs qualités nutritives ». En production laitière, la substitution partielle du tourteau de soja par du tourteau de colza gras est intéressante puisqu’elle ne modifie pas le taux de protéines du lait et peut contribuer ainsi à augmenter sa qualité et sa valeur. « L’objectif est aussi de produire, récolter, transformer et consommer dans la région, argumente le président d’Oriacoop. L’éleveur pourrait atteindre une certaine indépendance en protéines en utilisant un produit local, tracé, sans OGM et apporter une plus-value à sa conduite d’élevage ». Quinze éleveurs vont participer à la réflexion soutenue dans sa globalité par le ministère de l’Agriculture (cf. encadré).


La réorientation de l’outil de production
Parallèlement à cette démarche et dans le cadre de Clim’Agri, Oriacoop ouvre depuis quelques mois l’unité de trituration à ses adhérents en proposant des prestations de services. « Les agriculteurs qui le souhaitent peuvent venir triturer leur colza à façon, c’est-à-dire à tout moment de l’année où selon des procédés moins dénaturants par exemple, indique le président. L’usine se doit d’être un laboratoire de valorisation locale à disposition des acteurs ». Dans le même esprit, la société warlincourtoise vient de mettre en place un programme de recherche avec Adrianor (centre technique agroalimentaire régional) avec la finalité de créer une huile de colza à destination de l’alimentation humaine. « Une expérimentation est en cours pour normaliser l’huile que nous produisons, déclare Damien Bricout. C’est actuellement à l’état de projet, mais nous désirons à terme lancer la première huile alimentaire de colza régionale ». Pour ce faire, Oriacoop a dernièrement reçu le label Saveurs en’Or et n’exclut pas de standardiser son usine pour parfaire la production.


Du biocarburant dans les camions arrageois
À partir de cet hiver, l’ensemble de la flotte camion (bennes à ordures ménagères, entretien...) du Syndicat mixte Artois valorisation (SMAV), qui assure la collecte et le recyclage de l’Arrageois, tourneront à l’huile végétale pure (HVP) produite par Oriacoop. Il s’agit d’un biocarburant issu directement de la trituration du colza pouvant être utilisé jusqu’à 30 % dans un moteur diesel sans modification du moteur. Cette 4e démarche structurée d’Oriacoop enthousiasme son président : « Elle va permettre de maintenir une économie de proximité en instaurant un débouché local pour la production mais aussi d’améliorer le bilan des émissions de gaz à effet de serre par l’instauration d’une filière courte d’approvisionnement ». Des études de l’Institut français de l’huile végétale pure (IFHVP), qui suit ce projet, ont démontré que cette dernière a le meilleur bilan énergétique de l’ensemble des carburants alternatifs actuellement sur le marché. « Nous sommes constamment à la recherche de ce type de collaborations qui développent les circuits courts, conclut Damien Bricout. C’est un devoir de s’ouvrir aux partenaires locaux, de décloisonner les parties et de trouver des synergies ».

Simon Playoult

Zoom sur... Le trophée de l’économie responsable 2014

Un an après avoir reçu le trophée de « l’innovation en groupe » par la FNGeda, Oriacoop a été décorée, le 3 juillet dernier, du trophée de l’économie responsable. Remis par le réseau Alliances, qui accompagne les TPE dans leurs démarches environnementales, il récompense la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) : filière courte, limitation des déplacements, entretien des locaux...
Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture a distingué 103 projets au niveau national, suite à l’appel à projets lancé en 2013 « mobilisation collective pour l’agro-écologie », projets financés dans le cadre du Programme national de développement agricole et rural (PNDAR). La Chambre d’agriculture de région Nord-Pas de Calais a été sélectionnée pour le projet « favoriser l’autonomie des élevages du Ternois en développant et valorisant les ressources locales », auquel participe Oriacoop.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui