Le Syndicat Agricole 15 décembre 2016 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

Vente directe : « Notre leitmotiv, ce sont les produits fermiers et locaux »

Onze agriculteurs des Flandres ont ouvert ensemble un « supermarché » fermier à Bailleul (59).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'inauguration officielle du magasin s'est déroulée le 18 novembre dernier en présence des élus de la Région, du Département du Nord et des collectivités locales. © DR Pour l’occasion, tous les producteurs associés, ainsi que leurs proches, étaient également présents. © DR  © DR

Pari réussi. Onze exploitations agricoles des Flandres se sont regroupées pour créer le « Rond-point fermier », un nouveau point de vente collectif situé à Bailleul (à proximité de l'hypermarché E. Leclerc). « Notre leitmotiv, ce sont les produits agricoles fermiers et locaux. Aujourd'hui, les habitudes des consommateurs ont changé. Nous voulions leur proposer en un seul et même lieu l'ensemble de la gamme alimentaire », affirme Bernard Abelleyt de la ferme des Quatre chemins, un des producteurs associés qui élève des lapins à Sainte-Marie-Cappel. Produits laitiers, fruits et légumes, produits carnés, oeufs, plats préparés, charcuteries et même une activité traiteur, le Rond-point fermier s'apparente à un véritable « supermarché ». On y trouve même du savon et des cosmétiques fabriqués à partir de lait d'ânesse.

La genèse du projet
Tout démarre avec le « Panier flamand », un des premiers magasins de vente collective de produits fermiers de la région, situé sur la Grand'Place d'Hazebrouck. « Certains adhérents souhaitaient se lancer dans une nouvelle aventure », explique Edith Macke de l'Earl du Clocher à Wemaers-Cappel et présidente du Rond-point fermier. En octobre 2015, commence alors les recherches pour un nouvel emplacement, d'abord à Hazebrouck puis à Bailleul. « Le maire nous avait proposé la friche Nordlys en centre-ville, mais nous avons finalement opté pour une cellule commerciale idéalement située près des grands axes routiers, et surtout qui dispose d'un parking », souligne-t-elle. Les six associés du « Panier flamand » ont ensuite été rejoints par cinq nouveaux producteurs (cf. carte). Ensemble, ils ont investi 250 000 EUR pour la création du magasin et d'un laboratoire qui transforme une partie des produits de chaque exploitant en plats préparés et autres charcuteries.
« Nous avons tous la fibre de la vente directe, confie Bernard Abelleyt. Nous avions déjà un magasin à la ferme ou participions à un point de vente collectif (le « Panier flamand », mais aussi « Talents de ferme » à Wambrechies, ndlr). Nous avons ainsi pu profiter de toute cette expérience pour faire avancer plus vite notre projet et ouvrir le 15 juin cette année ».

Des permanences à tour de rôle
Chaque associé assure une permanence à tour de rôle pendant les heures d'ouverture. « Ce point de vente est la continuité de nos exploitations, assure l'éleveur de Sainte-Marie-Cappel. Tous les producteurs associés assurent la livraison de leurs produits et en sont responsables jusqu'à la vente. Autrement dit, chacun doit gérer ses invendus ». Afin d'offrir une gamme de produits la plus large et diversifiée possible, le Rond-point fermier fait également appel à d'autres agriculteurs des secteurs alentours qui ont, eux, le statut de dépôt vendeur. « La seule différence avec les producteurs associés est qu'ils n'assurent pas de permanence en magasin et versent une commission sur leurs ventes, précise Bernard Abelleyt. L'idée est quand même de limiter les frais logistiques avec une zone d'approvisionnement la plus locale possible ». À l'image d'un supermarché « classique », chaque produit est référencé et dispose d'un code-barres, ce qui permet de garantir leur traçabilité. Par ailleurs, quatre salariés ont été embauchés : deux pour la partie vente et logistique et deux pour la partie transformation et traiteur. « Ce sont nos relais au quotidien, observe Bernard Abelleyt. Ils permettent de faire le lien entre tous les associés, et de gagner ainsi en efficacité ». À noter que le magasin reste fermé le lundi et le mardi : « C'est pour nous permettre d'être présents sur nos fermes et de préparer les produits », indique Édith Macke.

S'adapter à la clientèle
Afin d'offrir à leurs clients les meilleurs produits, tout en leur simplifiant la vie, les producteurs associés n'ont pas hésité à modifier les horaires d'ouverture du point de vente : « Au bout de deux mois, nous avons décidé d'ouvrir le magasin en non-stop, du mercredi au samedi, pour mieux coller au rythme de vie des gens, insiste Édith Macke. Car certains clients profitent de leur temps de pause du midi pour faire leurs courses ». Les producteurs se veulent à l'écoute et ont même installé une boîte à suggestions dans le magasin. Ils utilisent également les réseaux sociaux (notamment Facebook) pour communiquer et toucher une autre clientèle. Une stratégie payante puisque celle-ci a permis de fidéliser une clientèle d'habitués et leur permet de continuer d'attirer de nouveaux clients. « Ils goûtent à des produits qu'ils ne connaissaient pas, et reviennent », observe Bernard Abelleyt. Quid du prix ? « Il se justifie par la qualité des produits, estime l'éleveur de lapins. Par exemple, pour les animaux que je vends en magasin, j'utilise de la graine de lin pour l'alimentation et met en oeuvre des pratiques d'élevage plus extensives ». Et d'ajouter : « Nous proposons des produits certes un peu plus chers qu'en grande surface, mais accessibles à toutes les bourses ».

MDS

Infos pratiques

Au « Rond-point fermier », boulevard de l’Europe à Bailleul. Le magasin ouvre ses portes du mercredi au vendredi, de 9 h 30 à 19 h, et le samedi, de 9 h 30 à 18 h 30.
Facebook : Au Rond Point fermier. Tél. : 03 28 50 43 99.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3703 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3703 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui