Le Syndicat Agricole 15 novembre 2012 à 11h26 | Par Le Syndicat Agricole

Mobilisation - Grande manifestation contre VNF au Pont d’Hennuin

Quelque 150 personnes et 40 tracteurs se sont réunis le 6 novembre suite à l’appel lancé le matin même par les FDSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La raison de cette mobilisation: un ras-le-bol général envers 
le laxisme sur la gestion des canaux de VNF.
La raison de cette mobilisation: un ras-le-bol général envers le laxisme sur la gestion des canaux de VNF. - © Le Syndicat Agricole

Ce sont presque 150 personnes et 40 tracteurs qui se sont réunis le mardi 6 novembre sur le Pont d’Hennuin, suite à l’appel lancé le matin-même par les responsables syndicaux de la FDSEA du Pas-de-Calais et du Nord. On imagine alors l’importance du sujet sur le secteur de la région du Calaisis et de l’Audomarois, au vu de la mobilisation qu’il a engendrée en quelques heures !
La raison est simple : un ras-le-bol général envers le laxisme sur la gestion des canaux des Voies Navigables de France (VNF)... En effet, on retrouve des inondations à répétition depuis ces dernières années dans les wateringues, où les parcelles agricoles servent de zones d’expansions de crues ! Comment accepter cela, alors que ces parcelles servent aux exploitants agricoles à dégager leurs revenus au quotidien ? Avec la météo exceptionnelle que l’on connaît, nombreux sont les agriculteurs qui n’ont pas pu mettre un tracteur dans ces champs-là, et c’est encore le cas à ce jour ! Des répercussions économiques sont obligatoires pour ces exploitations, des impacts agronomiques vont s’en suivre, et c’est déjà la saison 2013 qui est touchée.
Dans ce cadre, les agriculteurs mobilisés ont demandé des explications à deux responsables des structures de VNF qui ont fait le déplacement ce mardi, Jean-Michel Ropital, responsable de l’UTI Flandres Lys, et son collègue, Georget Vanniuwenbourg.

Mise en place d’un interlocuteur privilégié
Après des échanges sur le pont avec les agriculteurs du secteur, une discussion avec les représentants syndicaux a été engagée pour éclaircir quelques points.
Tout d’abord, la nécessité de gérer la situation d’urgence : les représentants de VNF se sont engagés à faire le maximum pour que les niveaux d’eaux baissent le plus rapidement possible, afin que les exploitants agricoles puissent sortir leurs récoltes automnales lorsque les sols auront ressuyé.
Ensuite, la mise en place d’un interlocuteur privilégié pour une gestion d’ensemble de l’eau des canaux et des wateringues est indispensable : c’est Francis Ringo qui sera le principal référent.
Les représentants de VNF vont faire le maximum au quotidien pour que la hauteur d’eau reste à 1,20 m, afin de pouvoir faciliter l’évacuation de l’eau vers la mer. Il est urgent que les Voies Navigables de France sollicitent l’État pour réaliser des travaux au niveau du port de Calais, où l’évacuation de l’eau à la mer est insuffisante.
Cette mobilisation soudaine est le signe que cette problématique est réelle. Les professionnels n’hésiteront pas à employer à nouveau des méthodes similaires pour se faire entendre si des améliorations rapides ne sont pas mises en place...

Christelle Hanquez

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui