Le Syndicat Agricole 18 juillet 2006 à 00h00 | Par Élodie Legrand

MIA - "J’épands des engrais organiques (fumiers, lisiers et boues)"

Nous entamons une série d’articles hebdomadaires sur ce système présenté dans notre édition du 7 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour ce premier article, un parallèle est fait dans l’enregistrement des informations concernant l’épandage des produits organiques sans ou avec le système MIA.

Aujourd’hui sans MIA
Les épandages ont commencé cet hiver : d’abord les fumiers puis, à partir du 15 janvier, les lisiers. À l’aide de la fiche outil « Estimation de l’azote produit par le
cheptel », j’ai pu au préalable calculer la quantité d’engrais organique produit par mon cheptel. Compte tenu des différents coefficients de rejet azoté dans les effluents d’élevage, mon troupeau de 30 laitières, et 40 génisses produit annuellement 4085 kg d’azote. Durant les 6 mois de stabulation, cela représente 2286 kg d’azote entièrement sous forme de fumier, puisque je suis en stabulation libre paillée. Si on considère la valeur fertilisante azotée moyenne de 5,5 kg/t pour le fumier de bovins, ce sont 415 tonnes de fumier que je dois épandre annuellement.
À chaque épandage, je consigne les informations concernant l’intervention dans un cahier d’épandage (obligatoire dans le cadre de la conditionnalité des aides) : date, îlots et cultures concernés, surface et quantité épandues, nature du produit…).
Au 30 novembre, j’épands sur les îlots 4 et 11 pour du maïs mes 415 tonnes de fumier sur 12,5 ha soit 33 t/ha, j’inscris donc cette intervention.
Aujourd’hui, je réalise ces enregistrements sur mon agenda, mon carnet de plaine, ou à l’aide d’un tableur sur mon poste informatique.

Prochainement avec MIA
Demain le système MIA me permettra d’évaluer directement la production d’effluents du troupeau à partir des informations déjà saisies dans le module élevage en tenant compte notamment des durées de stabulation et du mode de logement des animaux.
Toutes mes interventions d’épandage pourront être renseignées sur les îlots et parcelles crées dans le module culture, comme sur mon carnet de plaine actuel ou, de manière plus visuelle, en sélectionnant mes parcelles à partir de la cartographie PAC de mon exploitation.
A tout moment, d’un simple clic, je pourrai visualiser mon cahier d’épandage et l’imprimer. Si je décide de l’envoyer à mon conseiller en utilisant les fonctionnalités d’échanges sécurisés, un message m’avertira de sa bonne réception par le destinataire.
Naturellement, le système MIA permettra de vérifier que je suis en conformité avec la réglementation Zones Vulnérables.
MIA est aussi capable de reprendre l’historique des interventions sur mes parcelles d’une campagne sur l’autre, ce qui permet un gain de temps non négligeable.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3678 | septembre 2016

Dernier numéro
N° 3678 | septembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui