Le Syndicat Agricole 14 avril 2011 à 13h55 | Par Le Syndicat Agricole

Marchés - Un pré-rapport propose des pistes pour traiter de la volatilité des prix

La France avait demandé à 9 organisations internationales d’élaborer un rapport sur le traitement de la volatilité des prix en vue du G20.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au-delà de divergences sur les causes de la volatilité, un début de convergence semble se dessiner sur les remèdes à y apporter.
Au-delà de divergences sur les causes de la volatilité, un début de convergence semble se dessiner sur les remèdes à y apporter. - © DR

Les organisations internationales préparent le terrain avant la réunion que les ministres de l’Agriculture du G20 consacreront, les 22 et 23 juin à Paris, à la volatilité des prix des matières premières. Si aucun consensus n’existe à ce stade sur la question du lien entre les hausses des prix et la spéculation financière, en revanche des pistes d’action ont été évoquées dans un pré-rapport émanant du travail de 9 organisations internationales (OCDE, FAO, Banque mondiale, OMC, ONU, PAM, FIDA, IFPRI, Cnuced). Un travail fait à la demande de la France pour préparer le G20 agricole qu’elle présidera, et qui a fait l’objet de quelques fuites.
Au-delà de divergences sur les causes, un début de convergence semble se dessiner sur les remèdes. L’objectif est en premier lieu d’améliorer la transparence des indicateurs de marché provenant des grands pays producteurs, à l’instar de ce qui se pratique pour le secteur pétrolier. Rien n’est encore décidé quant à la structure qui accueillerait ces indicateurs, mais tout le monde est convaincu qu’il s’agit d’une des clés du problème.



Encadrer les positions financières
Deuxième objectif évoqué dans le pré-rapport, la régulation financière et des produits financiers dérivés des matières premières. Alors que les États-Unis sont en train de réglementer les positions et les abus de marché sur ces produits dérivés, rien n’existe en Europe. L’une des pistes qui pourraient être retenues concerne l’encadrement des positions adoptées par les opérateurs classés comme institutions financières.
En troisième lieu, le pré-rapport plaide pour un accord dans le cadre du cycle de Doha, mais émet l’idée d’une certaine réglementation pour les décisions qui bouleversent le libre commerce. Ainsi, tout pays suspendant ses exportations de matières premières pourrait être incité au respect d’une procédure de notification et de consultation. En outre, la suspension de ces exportations pourrait ne pas s’appliquer à des livraisons prévues dans le cadre de l’aide alimentaire.
Quatrièmement, l’idée d’une structure de gestion des crises est avancée, afin de permettre aux principaux pays concernés de se concerter et d’élaborer des parades aux crises alimentaires. Rien n’est arrêté quant à la forme qu’aurait cette structure, mais elle pourrait également être envisagée sur un plan régional.
Enfin, l’idée de stocks régionaux est abordée, non pas dans l’esprit de réguler les prix mondiaux, mais d’être géographiquement positionnés dans certaines zones fragiles afin d’intervenir sous forme d’aide alimentaire d’urgence. Une doctrine qui revient quelque peu en arrière sur ce qu’avait décidé un G8 en Italie qui avait remis en cause l’aide alimentaire pour privilégier le soutien à l’investissement dans les agricultures locales.



Réserves sud-américaines
La bataille pour la régulation des prix agricoles est en tout cas loin d’être gagnée. Quelques jours avant la venue du ministre français Bruno Le Maire au Brésil, les ministres de l’Agriculture de 6 pays d’Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Paraguay, Uruguay) exprimaient, dans une déclaration commune, leurs réserves à l’égard de « certaines initiatives des pays développés qui veulent lutter contre l’insécurité alimentaire avec la mise en place de mécanismes qui limitent les prix internationaux des matières premières ».
Selon eux, les prix élevés des denrées alimentaires ne constituent pas « la principale cause de l’insécurité alimentaire dans le monde », celle-ci étant plutôt liée à « la pauvreté structurelle dans laquelle se trouve une grande partie de la population mondiale ».
Les ministres sud-américains sont, en revanche, favorables à l’amélioration de l’information sur les marchés, et considèrent que le cycle de Doha est essentiel pour dégager des solutions aux problèmes soulevés par les pays développés, et notamment par la présidence française du G20.



Restrictions à l’exportation : une proposition soumise à l’OMC
Pour leur part, les pays en développement ont fait écho, à Genève, à l’un des dispositifs avancés par le pré-rapport sur la volatilité. Lors d’une session des négociations agricoles de l’OMC, le 5 avril à Genève, le groupe des pays en développement importateurs net de denrées alimentaires ont d’ailleurs soumis une proposition visant à leur permettre de continuer d’importer des produits en provenance de pays qui pratiquent des restrictions à l’exportation.
Ce projet précise que, lorsqu’un pays fournisseur « instaure une nouvelle interdiction ou restriction à l’exportation sur des denrées alimentaires (...), ce membre de l’OMC n’appliquera pas l’interdiction ou la restriction aux pays en développement importateurs net de denrées alimentaires ni aux pays les plus démunis ». Il a été plutôt bien accueilli par les autres négociateurs, le Japon, la Suisse et l’UE notamment, qui ont toutefois souligné la nécessité de l’analyser soigneusement.

Zoom sur... Paris accorde une « place particulière » à Moscou

Les ministres français de l’Économie et de l’Agriculture ont rencontré le 5 avril à Moscou leurs homologues russes pour évoquer la lutte contre la volatilité des prix des matières premières, l’une des priorités de la présidence du G20. « La Russie est l’un des premiers producteurs de matières premières au monde, donc il était légitime que, dans le cadre du G20, les Russes aient une place particulière », a expliqué Bruno Le Maire, qui a évoqué comme un projet commun aux deux nations certaines idées incluses dans le pré-rapport. La France a d’ailleurs demandé à la Russie de faire la synthèse, en novembre, pour le sommet des chefs d’État du G20, de l’ensemble des questions liées aux matières premières. Sur tous ces points, il est prévu, semble-t-il, d’avoir des discussions bilatérales entre la France et la Russie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui