Le Syndicat Agricole 26 janvier 2017 à 11h00 | Par Le Syndicat Agricole

Londres vise le libre-échange avec l’UE et des accords commerciaux avec d’autres pays

Sortie du marché unique, accord de libre-échange et accords commerciaux sont les objectifs de Londres pour les négociations qui doivent être lancées d’ici fin mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Royaume-Uni « veut rester un bon ami et voisin de l’Europe », assure Theresa May.
Le Royaume-Uni « veut rester un bon ami et voisin de l’Europe », assure Theresa May. - © T. Haley

Theresa May a annoncé le 17 janvier ses douze grands objectifs pour les négociations sur le retrait de son pays de l’UE qu’elle compte enclencher d’ici fin mars et qui devraient durer au moins deux ans. La première ministre britannique a affiché notamment sa volonté de sortir du marché unique européen, de chercher un accord de libre-échange « ambitieux » avec l’UE et de passer de nouveaux accords commerciaux avec les autres pays.
« Je ferai tout pour que cette négociation aboutisse à une solution équilibrée, dans le respect intégral de nos règles », a réagi le lendemain le président de la Commission de Bruxelles, Jean-Claude Juncker, devant le Parlement européen à Strasbourg.

« Nous ne serons plus membres du marché unique »
Le Royaume-Uni veut, selon Theresa May, contrôler l’immigration en provenance d’Europe et reprendre le contrôle de la loi britannique en mettant fin à la compétence de la Cour de Justice européenne. Il cherchera à obtenir un nouvel accord de libre-échange « ambitieux » avec l’Union, avec le meilleur accès possible au marché unique sans en faire partie. « Et puisque nous ne serons plus membres du marché unique, nous ne serons plus tenus de contribuer pour des sommes énormes au budget de l’UE », a déclaré la première ministre.
En août dernier, le chancelier de l’échiquier, Philip Hammond, avait déjà garanti que le niveau actuel des financements agricoles au titre du 1er pilier de la PAC serait maintenu jusqu’à 2020, en tant que transition vers de nouveaux arrangements nationaux.
Londres a, parallèlement, l’intention de conclure de nouveaux accords commerciaux avec le reste du monde. Theresa May s’est félicitée à ce propos que le président américain Donald Trump ait « dit que la Grande-Bretagne n’est pas à l’arrière de la file pour un accord commercial avec les États-Unis, mais au début ».
Elle souhaite aussi un accord douanier entre son pays et l’UE sans dépendre pour autant du tarif douanier commun, mais n’a pas sur ce point de « position préconçue ».

Mise en garde
Pour que le Brexit soit « fluide et ordonné », la Première ministre préconise une mise en œuvre par étapes. Le Royaume-Uni « veut rester un bon ami et voisin de l’Europe », a-t-elle dit. « Je sais que des voix appellent à un compromis qui (le) punit et décourage d’autres pays de suivre la même voie. Cela serait un acte d’automutilation calamiteuse pour les pays d’Europe ».
Theresa May a confirmé que son gouvernement soumettrait l’accord final avec l’Union au vote des deux Chambres du Parlement avant qu’il n’entre en vigueur.
Et, d’ici fin janvier, la Cour suprême du Royaume-Uni doit se prononcer sur la nécessité ou non de consulter les parlementaires avant d’activer l’article 50 du traité européen, ce qui déclenchera un processus de négociations avec l’UE.

Précisions... Des risques pour la PAC et son budget

La Brexit pourrait se traduire par un « déficit important dans le financement » de la PAC, des modifications dans les règles de gestion du marché, y compris les prix d’intervention, et un risque significatif de perturbations commerciales, selon une note établie par les services de la commission de l’agriculture du Parlement européen. Les mécanismes actuels de la PAC continueraient de fonctionner « sous leur forme actuelle », mais le budget disponible dépendra de la volonté de l’UE de compenser la perte de la contribution du Royaume-Uni et de maintenir la part de cette politique dans le budget communautaire (environ 33 %), souligne cette note destinée au négociateur du Parlement européen pour le Brexit, le libéral belge Guy Verhofstadt.
Le départ du Royaume-Uni pourrait aussi, ajoutent les auteurs, obliger l’UE à renégocier ses accords commerciaux avec les pays tiers compte tenu de la perte du marché britannique.

« Économiquement catastrophique » pour l’Écosse

Lors de la présentation de sa stratégie pour le Brexit, la première ministre britannique Theresa May a annoncé le 17 janvier qu’elle voulait renforcer l’union entre les quatre nations composant le Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord). Nicola Sturgeon, la première ministre écossaise, a néanmoins dit redouter que le retrait britannique du marché unique européen soit « économiquement catastrophique ». Selon elle, l’Écosse doit à présent se choisir un « autre futur ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3703 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3703 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui