Le Syndicat Agricole 26 février 2016 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Les jeunes s’installent malgré la crise agricole

Malgré un contexte difficile pour la profession, le cap de 100 installations a été franchi dans la région en 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Louis Sommain, responsable de l’installation des Jeunes agriculteurs du Nord-Pas de Calais.
Louis Sommain, responsable de l’installation des Jeunes agriculteurs du Nord-Pas de Calais. - © Le Syndicat Agricole

Depuis quelques mois, le volet « installation » des Jeunes agriculteurs (JA) est en pleine mutation. Création d’une « charte installation régionale », nouvelle grille de modulation pour la DJA ou projet de régionalisation viennent renouveler le parcours à l’installation. Louis Sommain, polyculteur-éleveur à Viesly (59) et responsable de l’installation pour le syndicat des JA Nord-Pas de Calais, a répondu à nos questions.

2015 a-t-elle été une bonne année pour l’installation dans la région ?
Avec 109 dossiers d’installation déposés dans les Commissions départementales d’orientation de l’agriculture (CDOA), 2015 est plutôt une bonne surprise. C’est un peu en-deçà d’une année moyenne, qui compte généralement plus de 130 installations. Il faut dire que les candidats ont été contrariés dans leur parcours. La période de transition avec la nouvelle PAC a créé un ajournement des attributions d’aides. De fait, les premières installations de l’année n’ont pu se réaliser qu’à partir de septembre 2015, après l’octroi de la DJA. Les résultats de l’année restent néanmoins réconfortants étant donné le contexte actuel dans lequel se trouve le monde agricole.

La crise agricole a-t-elle des répercussions directes sur l’installation ?
Elle ne décourage pas les jeunes à s’installer. C’est important de le signaler. La motivation est toujours là pour les repreneurs et les porteurs de projets, y compris pour les filières d’élevage dans lesquelles ont compte encore le plus d’installés cette année. Les inscriptions dans les formations scolaires agricoles sont constantes et notre dernière « journée installation » à l’Institut d’Hazebrouck en décembre a attiré de nombreux jeunes. En revanche, pour les agriculteurs installés depuis plusieurs mois ou même quelques années, la situation est plus inquiétante. L’impact de la crise est forcément plus direct pour eux puisqu’ils ne disposent pas ou peu de trésorerie. De même, les JA en monoproduction (lait, porc...), dont les pertes ne peuvent être comblées par une activité distincte, tirent la sonnette d’alarme. Beaucoup reportent leurs intentions de développement de l’exploitation.

Quelles mesures des plans national et régional de soutien concernent les JA ?
Suite aux annonces du ministère et à la création de Cellules départementales d’urgence (CDU) l’été dernier, les premiers dossiers éligibles au fonds d’allégement des charges (FAC) ont été déposés en août 2015. Certains de ces éleveurs, les plus endettés et fragilisés, et dont les dossiers ont pourtant été instruits, attendent toujours le versement de l’aide. Les délais sont trop longs et le dispositif manque clairement de réactivité. Dans son plan de soutien, le Conseil régional a promis l’instauration d’audits-conseil dans les exploitations. Ce dispositif peut être bénéfique pour faire évoluer les installations et les développer. Nous sommes toujours dans l’attente des modalités de mise en œuvre de cette mesure et espérons qu’elle puisse profiter directement à l’éleveur.

Qu’en est-il de la création d’une « charte installation régionale » ?
Le projet, lancé à la rentrée 2015, suit son court. L’idée est d’établir une liste complète et actualisée des dispositifs d’aides, des démarches à réaliser pour l’installation et des organismes partenaires (OPA) des JA, le tout à l’échelle régionale. La charte nationale, qui avait été signée à Saint-Pol-sur-Ternoise, va fêter ses 20 ans en 2016. Il était important de clarifier et de simplifier le parcours à l’installation. Pour cela, des fiches thématiques vont aussi être créées et mises à disposition de tous. Nous avons à nous entretenir avec plus de 100 organismes différents et les rencontres ont déjà débuté. L’ensemble des acteurs se doit de donner des signaux positifs pour assurer le renouvellement des générations. La nouvelle « charte installation régionale » doit être validée durant l’été prochain. Sa présentation officielle devrait avoir lieu lors de la finale régionale de labour (Terre en folie), le 28 août 2016 dans le Boulonnais.

Le parcours à l’installation va-t-il être harmonisé entre le Nord-Pas de Calais et la ­Picardie ?
Parallèlement à la régionalisation, les discussions sont effectivement en cours entre les syndicats des deux anciennes régions, mais le volet installation ne devrait pas connaître spontanément d’aménagements. Après deux ans de travaux, la nouvelle « grille de modulation » du Nord-Pas de Calais, regroupant les principaux critères à prendre en compte pour évaluer un projet d’installation et mesurer le niveau de la DJA, a été validée en septembre dernier. Les critères sont différents de ceux de  Picardie. Ce sont, par exemple, les JA qui administrent le Point accueil installation (PAI) alors qu’il est géré par la Chambre d’agriculture dans le Nord-Pas de Calais. Cet effort d’harmonisation va constituer le principal travail des responsables installation pour les prochaines années.

Quels sont les prochains rendez-vous organisés par les JA pour les futurs jeunes installés ?
L’installation fera partie des débats lors de l’assemblée générale à Frelinghien (59). Mais la prochaine grande manifestation sera la 2e édition de Graines d’avenir. Plusieurs milliers de personnes avaient participé à l’événement en 2015 à Enquin-les-Mines (62). Nous renouvelons donc l’expérience, cette fois dans le canton de Quesnoy-sur-Deûle (59) au mois d’avril. Le but est de promouvoir les métiers de l’agriculture régionale et ses débouchés. Une journée spéciale installation sera à nouveau organisée lors du dernier trimestre 2016.



Propos recueillis par Simon Playoult

 

Zoom sur... « L’agriculture au féminin » comme grand thème de l’assemblée générale des JA

L’assemblée générale des Jeunes agriculteurs Nord-Pas de Calais se tient ce vendredi 26 février à Frelinghien. Cette année, les discussions seront axées sur « l’agriculture au féminin ». « C’est un thème d’actualité, indique Louis Sommain. Il y a de plus en plus de femmes qui s’installent en agriculture dans la région et beaucoup mettent en place des projets de diversification. » L’occasion de donner la parole aux jeunes agricultrices à quelques jours de la journée internationale des femmes (8 mars).
16 h, à la salle des fêtes, rue d’Armentières à Frelinghien (59).

En chiffres

- 109 installations en 2015
- 6 installations sur 10 bénéficient des aides de l’État
- 60 ha de surface moyenne
- 2/3 d’installations sous forme sociétaire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3661 | mai 2016

Dernier numéro
N° 3661 | mai 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui