Le Syndicat Agricole 26 février 2015 à 08h00 | Par Le syndicat agricole

Les innovations 2015 en agroéquipements

Les Sima innovation awards 2015, qui récompensent les constructeurs pour leurs nouveautés les plus innovantes, mettent en avant le développement des technologies de l'information et de la communication (TIC) en agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette année, trois grandes tendances se dégagent aux Sima innovation awards. L'une d'elles, le développement de l'AgroTIC(TM), marque un tournant majeur dans les rapports entre la machine et l'agronomie. (© Sima 2015) La nouvelle structure de cabine des Arion T4f de Claas offre une vue optimale sur le chargeur frontal et/ou le relevage avant, grâce à un large champ de vision continu de 90°. © Claas Sur ce semoir John Deere, les graines sont transférées de manière active du système de dosage vers une courroie-brosse, qui les transporte à vitesse verticale contrôlée jusqu’au fond du sillon. © John Deere Le dispositif B-safe de Berthoud propose une solution sécurisée d'introduction des produits phytosanitaires dans les pulvérisateurs. © Berthoud Le combiné presse-enrubanneuse Fastbale de Kverneland Group est constitué d’une presse à balles rondes pourvue de 2 chambres, accolée à une enrubanneuse double satellite sans système de transfert. © Kverneland Le système d’attelage AutoConnect de John Deere est entièrement automatisé. © John Deere

À chaque édition du Sima, les Sima innovation awards récompensent les constructeurs pour leurs nouveautés jugées les plus innovantes. L'étude des candidatures est réalisée par un jury international composé des meilleurs spécialistes de la recherche, de l'enseignement supérieur et du développement, épaulé par plus de 120 experts européens. Le président du jury est Jean-Marc Bournigal, président exécutif de l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea).
Cette année, trois grandes tendances se dégagent. L'une d'elles, le développement de l'AgroTICTM, marque un tournant majeur dans les rapports entre la machine et l'agronomie. (Palmarès 2015 à télécharger ci-dessous)

1. Le développement de l'AgroTICTM * : La machine se positionne au coeur du système d'information de l'exploitation agricole, et ses différents composants (mécaniques, électroniques, automatismes, informatiques) sont étroitement associés et interdépendants. Les machines participent à « l'agriculture mesurée » ou l'AgroTICTM, car elles collectent des informations qui seront transmises, analysées et valorisées en terme agronomique. De plus, ces machines seront capables de moduler leurs actions à partir du retour qui leur en sera fait (ce que les Anglo-saxons nomment « Data Driven Agriculture »).
Applications sur smartphones et tablettes, réseau Isobus, connections Internet... sont autant d'outils et de systèmes qui se sont généralisés sur les exploitations agricoles. Aujourd'hui, ce sont les fonctions proposées par ces outils, arrivés à maturité, qui font l'innovation.
- Le réseau Isobus permet de proposer de nouvelles fonctions ou d'améliorer celles existantes : la commande des organes internes devient plus précise et plus individualisée. Il s'agit des prémices de l'agronomie assistée par ordinateur. Il est ainsi possible de moduler les doses d'engrais, de produits phytosanitaires ou de semences, avec précision, et élément par élément à l'image du semoir de précision à grande vitesse par John Deere (Médaille d'or) ou de la modulation automatique et indépendante sur distributeur d'engrais centrifuge signée Sulky Burel (Citation). La collecte de données s'effectue à la fois sur le travail de la machine (enregistrement de la position GPS et des paramètres de travail), et aussi sur la culture elle-même, afin de valoriser ces informations sur le plan agronomique, comme sur le semoir à grande vitesse John Deere. Ce type d'approche se retrouve également sur des outils qui ne sont pas Isobus, à l'image du système de guidage d'une bineuse par visionique et GPS centimétrique de Razol (Citation) ou du robot autonome de binage et d'acquisition de données de suivi des cultures de Carré (Citation).
- Le transfert d'informations entre différents systèmes reste encore assez compliqué, l'utilisateur se trouvant confronté à des problèmes de compatibilité. Le module logiciel d'agriculture de précision de MaFerme-Néotic/SMAG (Citation) permet des échanges de données fluides, sans problème de compatibilité et dans les 2 sens (transmission de données et réception de conseils), entre le réseau Isobus de la machine agricole et le prestataire de service de télédétection par satellite ou drone.
Grâce à l'utilisation d'outils nomades (tablette informatique...), Müller Electronick propose un outil de diagnostic de détection et de localisation de pannes pour outils Isobus, efficace et pratique (Citation). S'agissant de la compatibilité entre matériels, l'AEF met à disposition une nouvelle application web permettant de vérifier la compatibilité entre tracteurs et outils Isobus (Citation).
- L'utilisation de tablettes et de smartphones est en forte progression, avec des applications destinées principalement à faciliter le recueil de données et la traçabilité des produits. C'est le cas de l'application et outil d'aide à la gestion de l'exploitation de Hardi-Evrard (Citation) qui scanne et enregistre automatiquement les produits phytosanitaires utilisés.
- L'utilisation des motorisations électriques est en forte progression, certains outils comme des distributeurs d'engrais et des semoirs sont maintenant entièrement animés par des petits moteurs électriques en lieu et place des transmissions mécaniques ou hydrauliques. Mais cette tendance récente suppose que le tracteur puisse fournir l'énergie électrique nécessaire. Avec son système de partage d'électricité entre la ferme, le tracteur et les outils (Citation), John Deere propose une solution complète, depuis le stockage de l'électricité produite à la ferme, jusqu'à son utilisation pour entraîner les différents moteurs présents sur les outils attelés et/ou donner un surplus de puissance au tracteur.
- En matière de TIC et de nouvelles technologies pour la collecte de données de terrain et pour des interventions de plus en plus ciblées dans les parcelles, la tendance est aussi à l'utilisation de robots et de drones. Dans ce secteur des drones pour l'agriculture, les propositions de services pour les agriculteurs sont nombreuses et souvent identiques. Cela va de la collecte d'images de télédétection ou d'autres informations, jusqu'à l'épandage de produits liquides ou solides.

2. La sécurité des machines et des opérateurs : L'augmentation de la taille des machines ayant entraîné un plus grand nombre de risques pour leurs utilisateurs, les constructeurs innovent pour résoudre des problèmes tels que l'attelage des machines, les risques de renversement ou la détection d'obstacles.
- Pour lutter contre les risques de troubles musculo-squelettiques, certains constructeurs tentent d'apporter des réponses pour éviter au chauffeur de devoir se contorsionner. Ainsi Claas propose une cabine panoramique (Médaille d'or) sur laquelle a été supprimée la traverse haute horizontale pour un champ de vision plus large.
Le système « Vision tête haute » proposé par Agrotronix (Citation) permet, tout en continuant à regarder dans l'axe d'avancement, de voir affichées sur le pare-brise du tracteur les informations sélectionnées et les images des caméras embarquées.
Enfin, IFM Electronic propose un détecteur 3D intelligent pour engins mobiles (Citation), capable de détecter la position, la taille, la trajectoire et la vitesse relative d'une vingtaine d'obstacles placés dans son champ de vision.
- Pour lutter contre le risque de renversement du véhicule, Merlo propose un système de contrôle longitudinal et latéral de la stabilité de la machine (Citation), en complément du contrôle longitudinal existant.
- Pour lutter contre les accidents en phases d'attelage et dételage des outils, plusieurs constructeurs proposent des systèmes d'assistance ou d'automatisation de l'attelage du tracteur et des outils, ou d'attelage des outils entre eux. Ainsi le système d'attelage entièrement automatisé de John Deere (Médaille d'argent) permet d'atteler tous les outils semi-portés sans descendre de sa cabine. Il suffit de placer le tracteur devant l'outil et d'enclencher l'opération : le tracteur, guidé par une caméra, recule vers l'outil pour l'accrocher. Lors du verrouillage du dispositif d'attelage, l'ensemble des servitudes sont connectées.
De son côté, Remorques Rolland propose un système d'attelage facilité pour remorque à essieux autopilotés (Citation) qui permet d'atteler seul et sans effort les vérins des essieux pour véhicule 2 ou 3 essieux. Le système se verrouille automatiquement dès les premiers mètres parcourus.
- Enfin, pour lutter contre les accidents liés à la manipulation des produits phytosanitaires, Berthoud propose un système d'incorporation sécurisée (Médaille d'argent) qui évite tout risque en phase d'utilisation et de rinçage des bidons.

3 - La performance des machines et les débits de chantier : Ces dernières décennies, la progression des débits de chantier a été assurée par l'augmentation de la taille des machines et, en particulier, des largeurs de travail. Cette évolution pose le problème de la circulation sur route des machines agricoles. Les fabricants se tournent désormais vers d'autres optimisations telles que l'amélioration de la vitesse de travail, la réduction des temps morts ou l'augmentation des performances des circuits internes des machines.
- En matière de semis, la vitesse a longtemps été l'ennemi de la qualité et de la précision. Avec le semoir de précision à grande vitesse de John Deere (Médaille d'or), il est possible de semer à grande vitesse (> 16 km/h) tout en obtenant une excellente qualité de semis.
- Dans le domaine du pressage et de l'enrubannage, de nombreux constructeurs proposent des innovations cette année, en matière d'augmentation des débits de chantier et/ou de simplification des opérations d'enrubannage. Avec son combiné presse-enrubanneuse non-stop, Kverneland (Médaille d'argent) obtient une forte augmentation des débits de chantier. Son système à 2 chambres qui se remplissent alternativement de fourrage permet un pressage et un enrubannage sans interruption.
Avec le système intégré d'enrubannage de bottes rondes, le constructeur McHale (Citation) propose une balle enrubannée sans liage par ficelle ou filet. Le film d'enrubannage assure la tenue de la balle, et une meilleure qualité du fourrage par le fait que l'air est chassé de la balle au moment du liage par le film d'enrubannage.
- Le passage de la récolte d'une culture à l'autre (blé/colza par exemple) impose désormais d'effectuer rapidement les modifications nécessaires sur la machine. Avec la barre de coupe de Claas (Citation), il est possible de réaliser les modifications de coupe en moins d'une minute et sans outil.
Toujours dans le domaine de la récolte des céréales, la tendance est à l'amélioration de la performance des circuits internes des machines (séparation/ventilation notamment), et aussi à la valorisation des menues pailles. Utilisables comme litière ou à des fins énergétiques, elles contiennent des graines d'adventices nuisibles pour les cultures suivantes. Perard propose un système de valorisation des menues pailles (Citation) qui permet à la fois de les collecter, de les conditionner et aussi de se débarrasser d'une bonne partie des graines d'adventices.
- S'agissant de la maintenance des installations d'irrigation, Lindsay Europe présente une roue anti-crevaison, sans pneumatique ni chambre, pour rampe d'irrigation (Citation). Cette roue ne demande ni surveillance ni entretien.
- En matière de performances, la tendance est à la chasse aux dépenses inutiles. Comer Industries propose ainsi un système visant à améliorer l'efficacité des freins à bain d'huile (Citation). En marche normale, l'huile n'est pas en contact avec les disques de freins, mais injectée uniquement lors du freinage, ce qui réduit la dissipation d'énergie puisque l'huile n'est plus brassée par les disques.
- La tendance est également à la qualité des travaux, en particulier dans le domaine de la pulvérisation. Horsch présente un pulvérisateur (Citation) muni de buses à fentes avec angle de 80° et disposées tous les 25 cm. Combinées au système de stabilisation de la rampe, ces buses rendent possible l'abaissement de la rampe au plus près de la végétation et améliorent ainsi la pénétration des produits tout en limitant la dérive.

* AgroTICTM est une spécialisation commune aux écoles d'ingénieurs de Montpellier SupAgro et Bordeaux Sciences Agro. Depuis 20 ans, elle forme des ingénieurs à double compétence Agronomie et TIC (technologies de l'information et de la communication).


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3669 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 3669 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui