Le Syndicat Agricole 18 mai 2015 à 08h00 | Par Le syndicat agricole

Les apiculteurs américains ont perdu 42 % de leurs colonies d'abeilles en un an

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les apiculteurs américains ont perdu 42 % de leurs colonies d'abeilles entre avril 2014 et avril 2015, la seconde plus grande perte sur un an, selon un rapport préliminaire de l'organisme Bee Informed Partnership et du ministère de l'Agriculture. Ces pertes sont jugées trop fortes pour être surmontées - comme les pertes l'ont été depuis 2006 -, ont indiqué l'organisme et le ministère. Ce rapport relance l'inquiétude sur la disparition des abeilles aux États-Unis, importants pollinisateurs pour de nombreuses cultures, comme les amandes ou les pommes. «Des pertes de colonies si importantes durant l'été et toute l'année reste très inquiétantes», a dit Jeff Pettis, entomologiste à la section recherche du ministère de l'Agriculture et co-auteur de l'étude. La mortalité importante des abeilles ces dernières années reste à ce stade inexpliquée. Les mites, parasites, maladies, pesticides et autre pollution ont tous été montrés du doigt pour tenter d'apporter une réponse au phénomène appelé «colony collapse disorder», soit l'effondrement des colonies.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui