Le Syndicat Agricole 27 février 2014 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Légumes - La défense du revenu des producteurs passe par plus d’organisation

L’assemblée générale du Marché de Phalempin a permis de faire le point sur l’organisation de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Tondeur, président du Marché de Phalempin, Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, Laurent Verhaeghe, président de la FDSEA 59 et du Comité de promotion, Jean-Luc Detavernier, président de la communauté de communes Espace Pévèle et Bernard Delaby, vice-président de LMCU.
André Tondeur, président du Marché de Phalempin, Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, Laurent Verhaeghe, président de la FDSEA 59 et du Comité de promotion, Jean-Luc Detavernier, président de la communauté de communes Espace Pévèle et Bernard Delaby, vice-président de LMCU. - © DR

« S’organiser pour mieux équilibrer le pouvoir de négociation avec nos clients ». Pour André Tondeur, président du Marché de Phalempin, la défense du revenu des producteurs passe par plus d’organisation. Il a tenu ces propos à l’occasion de l’assemblée générale de la coopérative le 20 février à Phalempin. Après le rapport d’activité et le rapport financier, les adhérents ont assisté à une table ronde consacrée aux conséquences du développement de nouveaux circuits de distribution pour les coopératives. Le débat a surtout porté sur l’importance, pour les producteurs, de s’organiser face à la distribution, quel que soit le circuit de vente.


Redonner de la valeur aux produits alimentaires
Olivier Dauvers, journaliste spécialisé dans les questions de consommation et chargé d’animer la table ronde, rappelle que la pression sur les prix n’a jamais été aussi forte dans un contexte où les consommateurs cherchent à utiliser au mieux leurs ressources pour satisfaire leurs besoins; leur « vouloir » d’achat étant souvent plus élevé que leur pouvoir d’achat. Un autre aspect pèse sur les prix: une offre commerciale toujours plus importante (+ 3 millions de m2 supplémentaires par an de surfaces commerciales) qui incite la distribution à faire la cour aux consommateurs.
Pourtant, il affirme que des perspectives existent pour redonner de la valeur aux produits alimentaires en exploitant l’envie de territorialité de plus en plus exprimée par les consommateurs. Cette tendance est favorable aux circuits courts, mais peut aussi être utilisée dans les circuits longs. La GMS affiche, par exemple, la photo des agriculteurs qui approvisionnent le rayon fruits et légumes pour redonner de la proximité. Un terme qui, dans l’esprit des consommateurs, est associé à l’idée de qualité. « Dans un monde de plus en plus globalisé, on observe une méfiance vis-à-vis du “loin”, le commerce local est un élément qui redonne de la valeur au produit », constate Olivier Dauvers. Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France confirme: « Les consommateurs accordent de plus en plus de crédit au “Made in France”».
Mais ce qui préoccupe particulièrement le représentant professionnel, c’est la défense du revenu des producteurs dans un contexte de diversification des circuits de distribution. « Il faut mettre en place des partenariats gagnant-gagnant avec la distribution et pour relever ce défi, il est nécessaire d’être bien organisé », souligne Jacques Rouchaussé. Pour défendre un prix, il faut montrer la valeur du produit (territorialité, qualité...), mais l’atomisation de l’offre joue en faveur de la grande distribution. « Cela n’est possible que si les producteurs sont unis face à la distribution », assure-t-il.


Être organisé pour adapter l’offre à la demande
Deux élus des collectivités locales conviés à la table ronde, Jean-Luc Detavernier, président de la communauté de communes Espace Pévèle et Bernard Delaby, vice-président de LMCU, ont aussi souligné qu’une meilleure organisation des producteurs faciliterait la mise en place de circuits courts pour approvisionner la restauration collective, notamment scolaire.
Aujourd’hui, seule 50 % de la production de fruits et légumes est regroupée à travers une organisation collective. « C’est insuffisant, considère Jacques Rouchaussé. Il faut avoir une meilleure idée des volumes produits pour ne pas déstabiliser les marchés ». Pour Christian Durlin, président de la FDSEA 62, « le regroupement est la seule solution pour gérer des flux de produits et adapter l’offre à la demande ». Et Jacques Rouchaussé de conclure: « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ».


Virginie Charpenet

Zoom sur... Le dossier des plans de campagne pèse sur les comptes de la coopérative

Pour la coopérative de Phalempin, l’année 2013 a été marquée par le dossier des plans de campagne. Pour rappel, il s’agit d’aides accordées par l’État français entre 1998 et 2002 aux producteurs de fruits et légumes. Elles ont été jugées non conformes par la Commission européenne qui exige aujourd’hui le remboursement des sommes perçues. Le Marché de Phalempin a été dans l’obligation de faire un emprunt pour rembourser les 1119733 euros qui lui sont réclamés. Si le résultat net de la coopérative aurait dû s’élever à près de 200000 €, c’est finalement un déficit de 290000 euros qu’elle enregistre, malgré les sommes provisionnées dans la perspective du remboursement. « Nous constatons amèrement que l’engagement pris par les pouvoirs publics de compenser intégralement les sommes réclamées n’a pas été tenu », regrette André Tondeur, le président du Marché de Phalempin.

38 millions d’euros
C’est le chiffre d’affaires (CA) dégagé pendant la campagne 2012-2013 par les 190 adhérents de la coopérative. L’endive représente 75 % du CA, le reste des fruits et légumes, 25 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui