Le Syndicat Agricole 24 janvier 2013 à 09h30 | Par Le Syndicat Agricole

Lait - « Obtenir ce qui est juste pour les producteurs »

La FNPL demande aux laiteries d’intégrer son nouvel indicateur charges dans la détermination du prix du lait. Le syndicat souhaite que cet outil devienne à terme un indicateur interprofessionnel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Thierry Roquefeuil avait prévenu en fin d’année dernière que la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) veillerait à ce que le prix du lait reflète bien les indicateurs de marché et les coûts de production des éleveurs laitiers. Le syndicat a validé le 17 janvier dernier un indicateur « charges ». L’objectif: la prise en compte par les entreprises des hausses de charges subies par les producteurs de lait.
Le président de la FNPL avait notamment appelé les transformateurs à revaloriser le prix du lait à 340 €/1000 l dès janvier 2013, afin de « redonner de l’air aux trésoreries et lancer un signal encourageant aux éleveurs pour continuer la production laitière. » « Face à des entreprises qui, pour certaines, n’ont répondu que partiellement à cette revendication, cet indicateur sera diffusé au réseau et aux négociateurs des organisations de producteurs », explique la FNPL. Celle-ci souhaite que cet outil se décline dans les contrats ou règlements intérieurs, et qu’il devienne à terme un indicateur interprofessionnel. « L’enjeu est d’obtenir ce qui est juste pour les producteurs de lait », insiste le syndicat.

Les modalités
Comment fonctionne le nouvel indicateur proposé? Celui-ci est basé sur un calcul de marge qui correspond à la différence entre le prix du lait (source FranceAgriMer) et les charges alimentation achetée (source Ipampa). Il est présenté sous forme d’indice. La base 100 définie en 2005 correspond au seuil de déclenchement, et évolue en fonction du taux d’inflation. Le calcul de la marge peut être effectué par rapport à un prix mensuel ou un prix moyen 12 mois glissants (cf. graphique). « Dans le premier cas, les évolutions sont impactées de la saisonnalité mais réactives. Dans le deuxième cas, c’est l’inverse », précise la FNPL. Le montant défini en €/1000 l est à appliquer sur le mois suivant sous forme d’un ajustement « charges ».

Quelques centimes de plus sur les produits laitiers
Cet outil permet de calculer l’incidence de la hausse des charges subie par les éleveurs sur des produits laitiers comme le litre de lait UHT, les 200 g d’emmental râpé, ou sur les 4 pots de yaourts nature. D’après la FNPL: « Les 30 e/1000 litres de charges supplémentaires supportées sur l’année 2012 se traduisent par une hausse de 2 centimes d’euro pour le prix du litre de lait UHT, de 6 centimes pour 200 g d’emmental râpé ou 250 g de camembert, et de 1,3 centime pour les 4 pots de yaourts nature à 125 g ». Et de poursuivre: « Au regard de l’impact de la hausse importante des charges qui se limite à quelques centimes d’euro de plus sur les produits laitiers, les éleveurs ne comprendraient pas que ces quelques centimes ne puissent être intégrés par l’aval de la filière. »

MDS


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui