Le Syndicat Agricole 06 janvier 2017 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

La cheville ouvrière du syndicalisme agricole

Les présidents de syndicats agricoles sont des acteurs incontournables du syndicalisme. Voici quelques portraits et un éclairage sur leur rôle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Leveugle, président de syndicat à Flesquières (59). © DR Julien Wyckaert, président du syndicat communal de Renescure depuis 2014. © DR Le conseil d’administration du syndicat agricole de Coutiches.  Il y a en tout une quinzaine d’exploitations sur la commune. © DR

La campagne syndicale 2017 vient de débuter avec les réunions des présidents de syndicats agricoles (PSA). Ils sont un peu plus de 700 dans le Nord-Pas de Calais. Ils assurent le lien avec les adhérents. Répartis sur l’ensemble du territoire, ils sont des rassembleurs, à l’écoute de tous les agriculteurs, au-delà des différences. Ils sont en charge de l’animation et de l’information des adhérents dans leurs communes, avec l’aide des animateurs de territoire. Cela peut se faire sous différentes formes : réunion locale, documents à distribuer mais aussi convivialité, notamment au moment de la Saint-Éloi ou lors du ramassage des cotisations en début d’année. Ils ont aussi un rôle de sensibilisation et de mobilisation auprès des agriculteurs lors des manifestations organisées par la FDSEA ou la FNSEA. Enfin, leur participation aux réunions de canton et d’arrondissement permet de faire remonter les problématiques de territoire. Pour assurer leur mission, les PSA ont besoin du soutien actif et de la participation de l’ensemble des adhérents. L’agriculture est un beau métier, même si les paysans sont souvent malmenés (manque de revenu, contraintes de toutes sortes, manque de reconnaissance...). L’engagement de chacun, à son niveau, est la meilleure réponse.

Portrait de Julien Wyckaert, président du syndicat communal de Renescure depuis 2014

« Ensemble on fait plus et on va plus loin »

Cette année encore, Julien Wyckaert compte bien se représenter pour un nouveau mandat. Il faut dire que l’éleveur laitier a la défense du monde agricole chevillée au corps : « C’est quasiment dans mes gènes, plaisante-t-il. J’ai un peu marché sur les traces de mon père (Jacques Wyckaert, président du syndicat cantonal, ndlr) en m’impliquant bénévolement très tôt dans des actions syndicales et festives du secteur ». Ce dernier s’est d’abord investi au sein du conseil d’administration des JA du canton des Flandres. Il est également membre du bureau de l’OP Danone Bailleul depuis sa création. « Le collectif est une valeur forte que j’ai toujours voulu mettre en avant, affirme Julien Wyckaert. Ensemble, on fait plus et surtout, on va plus loin que seul ». En tant que président de syndicat communal, il se veut être le relais des agriculteurs de son secteur auprès de la FDSEA. Ce rôle de trait d’union s’avère selon lui primordial pour garder de la proximité avec les attentes du terrain : « Dès qu’il faut se mobiliser, la dizaine d’agriculteurs présents sur la commune (syndiqués à 90 %) répond souvent présent, souligne-t-il. Il existe une réelle bonne entente au sein du village. L’objectif est de garder cet esprit de solidarité et d’entraide ». Côté relation avec les élus de la commune, « cela se passe de manière constructive, précise Julien Wyckaert. Pour l’élaboration du PLU, à laquelle nous avons été associés, cela a notamment permis d’aboutir à quelque chose d’intelligent. Il faut dire aussi que le maire est lui-même agriculteur, ce qui permet une meilleure prise en compte de l’activité agricole dans les décisions ».

MDS

3 questions à... Emmanuel Leveugle, président de syndicat à Flesquières (59)

« Une section bio pour défendre tous les agriculteurs »

Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ainsi que votre parcours ?
Je me suis installé en 1992 et dès 2000 j’ai converti une partie de mon exploitation en bio. Je suis devenu président de syndicat agricole il y a trois ans car le président communal de Flesquières cherchait un successeur. Cela m’a particulièrement touché puisque mon arrière-grand-père avait créé ce syndicat lors des tumultes de 1936. Alors je me suis engagé. Je représente également le Nord au conseil d’administration de la FOP (Fédération des producteurs d’oléagineux et de protéagineux) à Paris. Enfin, je suis vice-président de l’interprofession bio au niveau national (Groupe Bio intercéréales-Terres univia).

Quel est le rôle d’un président de syndicat et qu’est-ce qui vous motive ?
Le rôle d’un président de syndicat est de défendre les intérêts des producteurs à différents niveaux. J’ai par exemple un rôle de conciliateur, je suis aussi amené à régler des problèmes pour des agriculteurs en grande difficulté ou à tenir des agriculteurs informés en cas de remembrement par exemple. Je dois aussi faire remonter l’information au niveau départemental, notamment lorsqu’il y a un problème d’invasion de nuisibles.
Il faut toujours être en contact avec le maire du village. Ce que je fais beaucoup également est d’être un relais de l’information, notamment en envoyant des tweets (Emmanuel Leveugle peut être suivi sur Tweeter sous le nom biomanu59, ndlr).
Ce qui me motive est la défense de nos droits et de nos devoirs. Défendre les intérêts des jeunes, des retraités et des salariés.

Quels sont vos projets pour 2017 ?
Nous allons lancer, avec d’autres volontaires, une section bio au sein de la FDSEA 59. Le bio est en train de progresser, il y a de plus en plus de conversions donc il faut pouvoir accompagner les agriculteurs concernés, les défendre. La mise en place de cette section se fera lors des prochaines élections syndicales au niveau départemental, en février-mars. Ceux qui le souhaitent peuvent se joindre à nous.

Propos recueillis par Laura Béheulière

« C’est le collectif qui nous permet d’avancer »

Élu président du syndicat agricole de Coutiches depuis le début des années 1990, Jean-Pierre Dujardin, en EARL avec son épouse et son fils aîné sur une exploitation de polyculture-élevage, nous explique sa vision du rôle d’un PSA.

Pourquoi êtes-vous devenu président de syndicat agricole et quelle est votre vision de la fonction ?
J’ai été élu à la suite du départ en retraite du président de l’époque. À l’occasion d’une formation à l’Institut de formation des cadres paysans (Ifocap), j’ai eu envie de m’impliquer davantage au niveau local. Il y a deux façons de considérer le rôle d’un PSA : il y a celui qui est là pour représenter les autres et être la voix du collectif et il y a celui qui dicte ses idées sans concertation. Pour ma part, je pense que notre rôle est d’être le représentant de l’ensemble des agriculteurs. C’est parfois difficile, car il faut savoir accepter que sa propre vision des choses ne fasse pas toujours l’unanimité et que nos idées ne soient pas toujours retenues.

Comment se passe concrètement la vie du syndicat de Coutiches ?
Il y a une bonne implication des membres du bureau, du conseil d’administration, du référent local et des adhérents. Nous organisons une assemblée générale tous les ans. J’invite toujours le maire de Coutiches et ses adjoints à participer à nos discussions. Au-delà de l’aspect statutaire, il y a toujours une thématique particulière avec un intervenant extérieur. C’est aussi l’occasion de parler des problématiques du moment. L’an dernier, l’AG a permis d’entamer un travail de recensement des cours d’eau et fossés de la commune qui a été suivi de nombreuses réunions.

Pourquoi est-ce important d’avoir un réseau syndical de proximité ?
Cela nous permet d’agir collectivement et c’est le collectif qui nous permet d’avancer. Sans l’appui des agriculteurs engagés à mes côtés, je n’aurais pas le même poids pour faire remonter les problématiques de terrain auprès des élus de la commune et des services administratifs mais aussi auprès des élus syndicaux au niveau du canton, de l’arrondissement et du département. L’important est que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice en faisant profiter de ses compétences.

Propos recueillis par V.CH.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui