Le Syndicat Agricole 03 février 2017 à 14h00 | Par Le Syndicat Agricole

L’élevage : un sujet mal connu des consommateurs

La parole sur le bien-être animal semble monopolisée dans les médias par les associations anti-viande, mais la profession agricole souhaite faire entendre sa voix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un sondage Ifop réalisé en juin 2016 révèle que les Français connaissent mal l’élevage, et qu’une majorité n’est pas prête à arrêter de consommer de la viande.
Un sondage Ifop réalisé en juin 2016 révèle que les Français connaissent mal l’élevage, et qu’une majorité n’est pas prête à arrêter de consommer de la viande. - © C. Pruilh

«On nous a confisqué la parole », a résumé Étienne Gangneron, vice-­président de la FNSEA et éleveur bio, à la fin de la journée organisée par la FNSEA sur le bien-être animal, le 24 janvier.
En effet, les agriculteurs ont parfois le sentiment que les médias ne relaient que le discours extrême de certaines ONG qui, sous couvert de défendre le bien-être animal, prônent le véganisme. Mais la parole de l’éleveur compte pour le grand public ! Si la tâche est parfois ingrate, elle ne décourage pas ces professionnels passionnés qui doivent apprendre comment et auprès de qui communiquer. Car ce n’est pas aux ONG qu’ils doivent s’adresser en premier lieu, mais à la société civile et derrière elle, aux consommateurs de viandes et de produits laitiers qui constituent encore 98 % de la population française.

Évolution de la demande sociétale
Si les débats autour de la viande se sont multipliés ces dernières années, c’est qu’ils reflètent l’évolution des attentes sociétales autour de l’alimentation. Comme l’a rappelé Véronique Pardo, anthropologue et membre du comité scientifique de l’Observatoire Cniel des habitudes alimentaires (Ocha), un tiers des grandes questions sociétales actuelles portent sur le bien-être animal et l’environnement. Ainsi, d’après une étude menée avec le Crédoc et l’université de Toulouse sur les inquiétudes alimentaires, les deux principaux facteurs d’inquiétude pour les viandes ont changé ces dernières années, passant en 2009 de l’alimentation animale et de l’origine au bien-être animal et à l’hygiène (maladies animales, DLC...) en 2016, avec un niveau d’inquiétude croissant. La thématique des conditions d’élevage apparaît également en 2016 pour ce qui concerne les produits laitiers comme un facteur d’inquiétude. Si l’inquiétude est moins forte concernant ces produits (57 % en 2016), les interrogations sur l’hygiène et la fraîcheur sont prédominantes. Depuis 1996 et la crise de la vache folle jusqu’au scandale des lasagnes à la viande de cheval en 2013, le contexte a permis la montée en puissance d’associations environnementales et d’activistes animalistes, reconnus aujourd’hui comme des lanceurs d’alerte légitimes.

Communication et réseaux sociaux
Cette montée en puissance a été efficacement relayée par le développement des réseaux sociaux. « La formation et les réseaux sociaux sont essentiels, c’est là que se forge l’opinion », a souligné Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA, lors de la conclusion. « On n’a pas été formé à communiquer sur le métier », regrette de son côté Jérôme Pitot, membre du conseil d’administration des Jeunes agriculteurs, éleveur de vaches allaitantes. Pour reprendre la parole, il ne faut donc pas se tromper d’outils, ni de discours, constatent l’ensemble des participants. « Il faut assumer le lait qu’on élève des animaux pour faire de la viande pour que le consommateur puisse la manger », ajoute Christiane Lambert. L’atout principal des éleveurs, c’est de pouvoir parler de ce qu’ils font avec simplicité et sincérité. « Il faut à notre tour être plus proactif, montrer des images et témoigner, car il y a un vrai risque pour l’élevage, un vrai risque de désaffection pour la viande, un risque de perte de moral pour les éleveurs, un risque de désintérêt pour les jeunes agriculteurs. Notre stratégie, c’est de s’adresser beaucoup plus au consommateur pour restaurer la confiance, aux politiques pour faire savoir ce que nous faisons, aux ONG, pas les abolitionnistes mais celles qui sont constructives et avec qui nous allons multiplier les contacts. Enfin, nous voulons nous adresser à l’opinion publique, pour faire passer les messages, dire ce que nous faisons pour retisser une image positive de l’élevage », a ainsi affirmé la première vice-­présidente de la FNSEA. Le 14 février, une journée sur ce thème sera ainsi organisée. Des éleveurs témoigneront de leurs pratiques et du lien particulier qu’ils entretiennent avec leurs animaux, un lien dont la qualité est indispensable pour assurer la durabilité de leur activité.

De la réglementation européenne à la mise en place de standards mondiaux
En 1976, la convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages était une initiative des législateurs, posant la base des 40 années suivantes en matière de protection animale en Europe, explique Luc Mirabito, chef de projet Bien-être animal à l’Institut de l’élevage. La convention a instauré cinq grands points : tout animal doit bénéficier de conditions de vie appropriées à ses besoins physiologiques et éthologiques, sa liberté de mouvement ne doit pas être entravée de manière à lui causer des souffrances inutiles, il doit bénéficier d’une alimentation suffisante, son état de santé doit faire l’objet de contrôles réguliers, et les conditions ambiantes doivent être adaptées à ses besoins. L’Europe a poursuivi la législation sur le sujet, notamment avec le traité d’Amsterdam en 1997 (comprenant un protocole additionnel sur le bien-être des animaux en tant que créatures douées de sensibilité) et l’article 13 du titre II du traité de Lisbonne promouvant le bien-être animal. Aujourd’hui, on assiste à un basculement : l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE) intègre progressivement dans ses plans stratégiques la nécessité de mettre en place des standards internationaux en matière de bien-être animal. La montée en puissance de cette organisation correspond aux nouveaux enjeux : « le monde à venir sera moins réglementaire, plus ouvert, mais aussi plus exigeant », explique Luc Mirabito. Tout l’enjeu sera, pour la profession agricole, de jouer son rôle dans l’élaboration et la diffusion de standards en matière de bien-être animal.

Témoignage de Vincent Faidherbe, éleveur laitier à Somain (59)

« C’est à nous de prendre la parole pour montrer la réalité de notre métier »

En tant qu’éleveur, comment vivez-vous le traitement médiatique à l’égard des pratiques d’élevage ?
Je suis absolument stupéfait de renvoyer cette image ! L’impact est très négatif pour nous. Beaucoup de promeneurs passent le long de ma ferme le week-end et les réflexions qu’ils ont ne correspondent pas toujours à la réalité. Pour répondre aux normes réglementaires, notamment en termes de bien-être animal, mon bâtiment d’élevage est neuf, et cela suscite des suspicions de leur part. Pourtant, avec mon élevage laitier composé de 60 vaches laitières, installées sur aire paillée, je n’ai pas le sentiment d’être dans un système irrespectueux pour les animaux, au contraire.

Quels sont les leviers à disposition des éleveurs pour changer cette image ?
C’est compliqué pour nous, car ces associations ou ONG qui prennent la parole sur le sujet du bien-être animal ont une bonne maîtrise des médias et des réseaux sociaux. De notre côté, nous ne prenons sans doute pas assez le temps de communiquer sur notre travail. Aujourd’hui, les consommateurs souhaitent avoir des informations sur ce qu’ils consomment, c’est donc à nous de prendre la parole pour montrer la réalité de notre métier. Il faut rappeler toutes les procédures et réglementations auxquelles nous sommes soumis, notamment en ce qui concerne la traçabilité. Ce qui me choque, c’est qu’on se focalise sur nos pratiques tandis qu’en parallèle, on importe des produits qui, eux, n’ont pas été soumis à la même réglementation.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer et quel est, à votre avis, le meilleur moyen de le faire ?
Il faut rappeler aux consommateurs que notre objectif est de produire du lait ou de la viande afin d’en tirer un revenu et que, pour y parvenir, il est essentiel d’avoir un troupeau en bonne santé et bien nourri. C’est dans notre intérêt. Aujourd’hui, les réseaux sociaux constituent un excellent moyen de communication pour s’adresser au grand public, notamment pour toucher les plus jeunes.

Propos recueillis par Virginie Charpenet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui