Le Syndicat Agricole 18 janvier 2017 à 17h00 | Par Le syndicat agricole

L’agroécologie et le bio fondent l’ambition agricole de Benoît Hamon

Après avoir traité la primaire de la droite et du centre, les candidats à la primaire de la gauche s'expriment à leur tour sur les orientations agricoles de leurs programmes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Benït Hamon
Benït Hamon - © M. Delmestre

Sollicité depuis septembre par notre rédaction, Benoît Hamon n’a finalement jamais répondu à nos questions malgré un premier accord de son équipe. Il est vrai que le programme de cet élu urbain, député des Yvelines et peut-être peu familier des questions agricoles, s’adresse davantage à la société civile qu’aux agriculteurs. L’ancien ministre de l’Education nationale prône une PAC plus verte, une réduction importante des pesticides et le renforcement du principe de précaution. « Face au marché, les États doivent être les garants de la protection des ressources naturelles et les citoyens les vigies de cette protection », indique Benoît Hamon dans ses 12 propositions pour une transition écologique. Il souhaite pour cela « aller au-delà du principe de précaution en constitutionnalisant les biens communs et en développant une démocratie environnementale ».

Favoriser l’agroécologie
Cette transition nécessite une transition agricole basée sur l’agroécologie : le candidat à la primaire de la gauche entend, dans le cadre des agences régionales de développement des nouveaux modèles de production et de consommation qu’il veut mettre en place, généraliser les contrats de filière agro-écologique et développer le mieux-disant environnemental. L’agroécologie doit par ailleurs constituer un levier de différenciation à l’export, pour « cesser de faire reposer notre stratégie d’exportation sur le seul secteur agro-alimentaire », considère-t-il. Pour encourager ce modèle, il lancera un programme d’investissements agricoles de 5 milliards d’euros, également pour soutenir les circuits-courts, les coopératives et « l’installation des jeunes agriculteurs qui souhaitent reconvertir des exploitations en fermes bio ou agroécologiques », indique le programme du candidat, disponible sur son site. Dans le même objectif, il souhaite réserver le foncier agricole en priorité à l’agriculture biologique ou à l’agroécologie : « je modifierai les critères de l’examen des dossiers de reprise d’exploitation afin de favoriser systématiquement les projets en agriculture biologique ou agroécologique. 40 % des agriculteurs devraient partir à la retraite d’ici 2020, ils chercheront donc des repreneurs dans les années à venir. Il faut se saisir de ce moment pour engager une conversion de notre agriculture ».

Pesticides
« J’interdirai immédiatement les pesticides dangereux et les perturbateurs endocriniens pour prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé de nos enfants et de nos concitoyens », met en avant Benoît Hamon dans la partie « Transition agricole » de son programme. Le candidat compte ainsi retirer les autorisations de tous les pesticides dangereux et interdire l’importation des denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France. Il souhaite également orienter la PAC en cette direction et conditionner les subventions « au respect de hautes exigences en la matière ». Cette PAC qu’il souhaite « verte pour accompagner la transition agricole » devra elle aussi favoriser l’agroécologie, à hauteur de 400 millions d’euros. Il prône par ailleurs, au niveau européen, une harmonisation fiscale.

Plan contre la maltraitance animale
« Nos objectifs en matière de qualité de vie et de qualité de l’alimentation ne justifient pas les maltraitances qui se sont multipliées récemment dans les abattoirs, à des seules fins de rendement économique », explique Benoît Hamon dans ses propositions pour une transition écologique. C’est pourquoi il propose de lancer un grand plan contre la maltraitance animale, qu’il semble réserver à la seule question des abattoirs.

Revenu universel
Si elle ne concerne pas spécifiquement les agriculteurs, cette mesure, qui donne « un revenu universel d’existence » à tous les Français, est un moyen de lutter contre la précarité et l’absence de revenu, une problématique qui peut concerner le monde agricole. Benoît Hamon prévoit à terme un montant de 750 € par personne à la fin du quinquennat. Il serait financé entre autres par une taxe sur les robots et les machines (dont font probablement partie les robots et machines utilisés en agriculture).

Ruralité
Enfin, Benoît Hamon propose certaines mesures en faveur des territoires ruraux et faiblement peuplés. Pour lutter contre les déserts médicaux, il entend retirer le conventionnement aux médecins qui s’installent en zone surdotée et encourager le développement de maisons de santé pluridisciplinaires rassemblant des médecins libéraux, « appuyés par une société de service pour les fonctions support », précise son programme. Le candidat souhaite également rouvrir des centres d’accueil du Planning familial dans toute la France pour contrer « les inégalités territoriales sont encore très fortes, notamment dans les milieux ruraux ou pour les jeunes qui ne peuvent pas se déplacer seuls ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3703 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3703 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui