Le Syndicat Agricole 13 mars 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

L’agriculture à l’heure du « Big data »

Les techniques de gestion de données en grand nombre commencent à gagner l’agriculture. Associées aux nouvelles technologies, elles ont un rôle à jouer pour la profession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Associées à des équipements tels que les drones ou les capteurs, les techniques de gestion de données devraient permettre de respecter davantage l’environnement sans sacrifier la productivité agricole.
Associées à des équipements tels que les drones ou les capteurs, les techniques de gestion de données devraient permettre de respecter davantage l’environnement sans sacrifier la productivité agricole. - © V. Motin

Ce fut un des thèmes dominants des entretiens de l’agriculture écologiquement intensive les 4 et 5 mars à Angers. « L’intensification écologique va se traduire par la nécessité d’une plus grande précision dans la gestion des terres ou des troupeaux », explique Michel Griffon, président de l’AEI (association pour l’agriculture écologiquement intensive) qui tenait ses entretiens 2015 à Angers les 4 et 5 mars. Une plus grande précision, cela signifie que l’information va devoir s’affiner et se multiplier. D’où l’importance que ces entretiens, consacrés aux transitions vers l’AEI, ont accordé à la gestion des données en grand nombre, dite aussi « Big Data ». Une présentation par Gilles Babinet, un entrepreneur spécialiste de la question, conseillé auprès de la Commission européenne a fait forte impression. La gestion des données multiples pourrait bien rendre d’immenses services à la paysannerie africaine par exemple.

Ouganda et Irlande
En Ouganda, à l’initiative de la fondation Grameen, des chefs de village sont équipés de téléphones PDA satellitaires. Ils reçoivent des informations sur la météo et les menaces sur les récoltes qu’ils transmettent aux villageois et en échange, ils transmettent des informations sur la situation de leur récolte, de l’eau, etc. Ces multiples données permettent de les conseiller dans la gestion des troupeaux et des récoltes et donc, d’améliorer leur efficience. « En Irlande, raconte par ailleurs Michel Griffon, des informations multiples sur les prairies et leur état a permis, lors d’une expérimentation, de faire évoluer les clôtures afin de déplacer les troupeaux de bovins vers les parcelles les plus riches ». Gain de productivité laitière : 15 à 20 %. « Demain, grâce à des capteurs biométriques sur les bovins, poursuit Michel Griffon, il sera peut-être possible d’adapter l’alimentation à la configuration de chaque bovin ». D’ores et déjà, à entendre Gilles Babinet, des capteurs permettent de déceler une poussée de fièvre sur une vache laitière, préfigurant peut-être une mammite à soigner préventivement.

Des stocks en flux
« Il ne faut pas faire de promesses qu’on ne pourra tenir », prévient cependant Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, toujours attentive à ces nouvelles opportunités technologiques. Mais, le Big data, ce n’est pas de la science-fiction. De nombreuses entreprises se sont créées dans ces domaines, tant dans les équipements que dans la gestion de données. Le principe de base est de transformer des stocks de données en flux. Un agriculteur reçoit une information ou un conseil et en échange, envoie une information à son tour. Elle peut être personnalisée ou anonyme, voire envoyée sous pseudonyme. Agrégées, ces informations permettent à leur tour de délivrer des préconisations. Reste à spécifier la nature juridique de ces données, leur caractère confidentiel, opposable ou non.

Monsanto vendeur de données
L’opportunité fait saliver bon nombre d’industriels. Monsanto, qui a récemment fait l’acquisition d’une société de traitement de données sera-t-il demain un vendeur de données plutôt que d’agrochimie ? Ou, plus sûrement des deux ? Dans un domaine voisin, les grandes surfaces de distribution sont déjà devenues des grandes habituées de ces Big data. Mais pour Michel Griffon, la nécessité d’une très grande précision dans la conduite des parcelles implique forcément une démarche de cette nature si on veut associer rendement et écologie. En effet, toute l’agriculture s’est développée sur le principe de la concentration des exploitations et de l’agrandissement des parcelles. Si l’on ne peut ou ne veut pas remettre en cause cette tendance, il faut trouver des techniques de suivi détaillé des surfaces. « On a agrandi les parcelles, dit-il, et pourtant il faut des traitements différenciés : c’est une des clés de la productivité et de l’écologie ». Donc, « l’information devient à son tour un élément clé des rendements ». Capteurs, drones, Big data... de nouveaux champs technologiques apparaissent pour le moment agricole. Des technologies qui devraient l’aider à répondre à une multiplicité de fonctions telles que les décrivait Maximilien Rouer, DG délégué de Greenflex et fondateur de BeCitizen : alimentation de masse, produits de qualité, dépollution, énergie, lien social, stockage de carbone, maintien de la biodiversité. « Je n’ai jamais vécu une période aussi favorable à l’agriculture alors que les agriculteurs eux-mêmes doutent », constatait Jean-Marie Séronie, conseiller du réseau CerFrance.

HP

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui