Le Syndicat Agricole 27 juin 2015 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

L'Afdi accompagne des agriculteurs au Togo

L'Afdi Nord-Pas de Calais a mis en place un partenariat avec la première coopérative céréalière du Togo.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Association de professionnels de l'agriculture, l'Afdi Nord-Pas de Calais développe depuis plus de 30 ans des partenariats entre agriculteurs de la région et agriculteurs de pays en voie de développement. © Afdi Nord-Pas de Calais Le président de l'Afdi Nord-Pas de Calais Luc Desbuquois reçoit un cadeau de la part du président de l'UROPC-M, Laurent Gbetchi : un tableau représentant le partenariat entre les deux structures. © DR

Après être intervenue auprès d'agriculteurs du Burkina Faso, d'Arménie ou plus récemment de Guinée (cf. encadré « Zoom sur... »), l'Afdi Nord-Pas de Calais a développé un nouveau partenariat avec le Togo. Et plus précisément avec l'UROPC-M, Union régionale des organisations de producteurs de céréales de la région maritime. Ce partenariat était au coeur de l'assemblée générale de l'antenne régionale de l'Afdi qui s'est déroulée lundi 22 juin à la Cité de l'agriculture à Saint-Laurent-Blangy. Laurent Gbetchi, le président de l'UROPC-M, et Mawuli Agbagnon, ingénieur agronome, étaient présents pour l'occasion et ont pu faire découvrir aux agriculteurs d'ici la culture du maïs au Togo (Afrique de l'Ouest).
Mis en place en 2014, le partenariat entre l'UROPC-M et l'Afdi Nord-Pas de Calais s'articule autour de plusieurs axes : il se concrétise par un appui institutionnel à travers le renforcement de l'organisation coopérative ainsi qu'un appui à la commercialisation à travers le développement de la contractualisation et la recherche de nouveaux débouchés. L'Afdi accompagne également l'UROPC-M dans la mise en place d'un service de conseil à l'exploitation familiale pour renforcer les capacités de gestion et de décision des producteurs. Dernier objectif, l'amélioration de la gestion du petit matériel en commun.


20 paysans-relais
Créée en 2008, l'UROPC-M est une coopérative qui compte 2 431 membres, dont 53 % de femmes et 68 % de jeunes. « Sa mission est de défendre les intérêts des producteurs et de garantir la promotion des céréales, principalement le maïs, afin d'assurer la sécurité alimentaire des producteurs », détaille Mawuli Agbagnon. La coopérative facilite ainsi l'approvisionnement en intrants et en équipements afin de renforcer les capacités des producteurs et les rendre plus professionnels. La surface moyenne des producteurs togolais est de 2 ha. « Il y a une forte pression démographique et les terres ne sont pas très fertiles, notamment parce que pendant de nombreuses années nous avons pratiqué la monoculture », précise Laurent Gbetchi. Depuis une dizaine d'années, les agriculteurs utilisent des produits phytosanitaires, mais, faute de moyens, appliquent souvent en dessous de la dose recommandée.
En 5 ans, le rendement maïs des agriculteurs de la coopérative a cependant fortement augmenté, passant de 800 à 2 500 kg/ha. En 2008, l'UROPC-M commercialisait 36 t de maïs, elle en vend 206 t aujourd'hui et son chiffre d'affaires est en augmentation. Ces progrès sont dus notamment à une équipe de 20 paysans-relais qui assurent la diffusion de l'information et le conseil. En 2014, la coopérative a réalisé l'achat d'une égraineuse, qui devrait permettre de faciliter un peu le travail des agriculteurs qui réalisent presque tout à la main. « La coopérative étudie également la question de l'achat d'un ou deux tracteurs », précise Luc Desbuquois, président de l'Afdi Nord-Pas de Calais. « Quelques producteurs essaient enfin d'associer élevage et culture, poursuit le président de l'UROPC-M, mais seulement pour des besoins ponctuels, avec quelques poules par exemple. » La production avicole semble toutefois commencer à se développer au Togo, avec l'arrivée de quelques gros élevages.


Amélioration de la compétitivité
« Nous avons défini nos orientations stratégiques pour la période 2015-2019 avec l'appui de l'Afdi, poursuit Mawuli Agbagnon. Elles peuvent se résumer ainsi : le renforcement organisationnel, l'amélioration de la compétitivité de l'UROPC-M et l'amélioration du fonctionnement de la coopérative. » « Nous avons également la volonté de diversifier nos cultures et donc le revenu de nos producteurs, ajoute l'ingénieur agronome. Nous avons déjà commencé avec le soja, qui permet aussi de mettre en place une rotation des cultures. »
« Nous espérons voir dans 10 ans une belle réussite au Togo comme nous l'avons vu en Guinée, conclu le président Luc Desbuquois. Nous espérons poursuivre nos actions pour les accompagner afin de structurer les filières agricoles dans ce pays. » Pour cela, l'association Afdi, dont « les comptes sont juste à l'équilibre », a besoin du soutien des différentes OPA qui s'impliquent déjà auprès d'elle. Cette année l'association travaillera en outre à un autre chantier, mais sur le sol français cette fois, celui de la régionalisation : « Nous allons travailler avec nos homologues picards et présenter nos projets communs au futur Conseil régional ».

Laura Béheulière

Zoom sur... Le point sur le partenariat en Guinée

En Guinée, le partenariat entre l'Afdi et la Fédération des paysans du Fouta Djallon (FPFD), qui regroupe 31000 membres, se poursuit depuis plusieurs années. Toutefois, en raison de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui a sévit l'année dernière, les missions sur le terrain ont été suspendues. Le contact a été gardé par mail et téléphone afin de poursuivre les projets en cours.
Le bâtiment de stockage réfrigéré installé grâce à un financement de la Banque mondiale et grâce à un appui technique de la Chambre d'agriculture de région Nord-Pas de Calais et de l'Afdi, fonctionne bien et est utilisé au maximum de ses capacités. Malgré les difficultés, l'année pour la pomme de terre est « normale », les prix ne sont pas considéré comme bas. Certains producteurs se sont également lancés dans la production d'oeufs, avec l'achat de 15000 poules venues de France.

L'UROPC-M en chiffres

- Création de la coopérative en 2008.
- 2 431 producteurs adhérents.
- 53 % de femmes.
- 68 % de jeunes.
- 2 ha, la surface moyenne des exploitations des producteurs de la coopérative.
- 2 500 kg/ha de rendement.
- 206 t, le volume de maïs que commercialise la coopérative.
- 20 paysans-relais.
- 3 salariés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui