Le Syndicat Agricole 10 décembre 2015 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

Pommes de terre : Journée technique le 16 décembre

Le 16 décembre, les producteurs de pommes de terre ont rendez-vous à Fresnes-les-Montauban.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une collection de 101 variétés sera exposée lors de la journée technique.
Une collection de 101 variétés sera exposée lors de la journée technique. - © DR

Dans le cadre du Comité technique pommes de terre du Nord-Pas de Calais, la Chambre d’agriculture de région et le Gappi, en collaboration avec l’UNPT, le Sral/DGAL, Arvalis, Mc Cain et avec le soutien du CNIPT, invitent l’ensemble des professionnels de la pomme de terre à la journée technique annuelle. Celle-ci se déroulera le mercredi 16 décembre au restaurant l’Aquarium à Fresnes-les-Montauban de 9 h à 17 h.
Face à une campagne 2015 une fois de plus particulière, caractérisée par un été sec et un automne pluvieux et globalement trop doux, la journée technique pommes de terre offre aux professionnels une occasion de s’informer et d’échanger sur les dernières actualités liées à la production du tubercule en région Nord-Pas de Calais. Entretien avec Alain Dequeker, président du Comité technique pommes de terre.

Le marché de la pomme de terre est dans la moyenne cette année, quelles en sont les raisons ?
François-Xavier Broutin de l’UNPT réalisera un point précis de campagne, celle-ci est plutôt dans la moyenne au niveau de la production avec des rendements en nette baisse par rapport à 2014 mais dans la moyenne pluriannuelle. Les prix en sont le reflet autour des prix de contrat. Le marché de l’industrie de plus en plus contractualisé, est peu enclin aux achats pour le moment. Il absorbe prioritairement ses contrats ainsi que les lots dont la conservation pose problème. Pour le marché du frais, la demande est qualitative, les beaux lots se valorisent correctement. Concernant les qualités intermédiaires, les prix sont plus discutés et la demande tarde à se concrétiser. La commercialisation de la Bintje est parfois compliquée en particulier en cas de présence de tubercules de petit calibre et de flottantes. Les plantations 2016 se réaliseront dans un contexte agricole délicat, le mot d’ordre reste inchangé : être raisonnable et n’implanter que les surfaces pour lesquelles on a un débouché.

Quelles ont été les conséquences de cet automne doux ?
L’année 2015 s’est caractérisée par un printemps froid, un été sec et un automne variable avec des secteurs très corrects et d’autres très humides. Chaque année est différente, la pression mildiou a été faible, mais l’arrivée de la pluie à partir du 15 août a permis un rattrapage des rendements pour les variétés tardives et a provoqué des défanages tardifs. L’automne a été très doux depuis des semaines et n’a pas permis un bon refroidissement des tubercules. Des problèmes de conservation ont été observés et beaucoup de producteurs s’interrogent sur leurs équipements de stockage pour lesquels, sans groupe froid, il s’avère compliqué de sécher et refroidir son tas.

Dans le programme de la journée, Gilles Maréchal, directeur du réseau Farre interviendra afin de donner les clés pour mieux communiquer. Pourquoi ce choix ?
Chaque année, nous invitons une personnalité pour échanger sur un sujet d’actualité pas toujours directement en lien direct avec la pomme de terre. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, la lutte contre le dérèglement climatique doit être une priorité. De plus, les orientations des producteurs seront d’abord et avant tout liées à la demande sociétale autant que réglementaire. Que répondre face aux attaques visant nos modes de production ? Nous devons faire connaître notre métier différemment en expliquant tout ce que nous mettons déjà en œuvre en faveur de la réduction des intrants, la diminution de nos consommations énergétiques, le maintien de la biodiversité sur nos parcelles, la valorisation de l’agronomie, de la protection des sols et la vie du sol, la préservation de la ressource en eau ou encore la chasse au gaspillage. Ces quelques exemples doivent être portés à la connaissance du grand public. Mc Do pose clairement ces enjeux auprès des fournisseurs que nous sommes, et Greenpeace auprès des distributeurs. Nous devons aussi atteindre des objectifs dans ce sens.

Quels seront les autres sujets abordés ?
Les questions réglementaires seront abordées par Sophie Silsvasi et Perrine Coulomb, puis plusieurs sujets techniques liés à la professionnalisation de notre métier dans le cadre de la filière pomme de terre :
- calculer les coûts de production et les impacts environnementaux avec Systerre : quels sont les premiers enseignements à en tirer ;
- peut-on encore aujourd’hui traiter systématiquement contre le mildiou sans outils d’aide à la décision (AOD) ? Miléos permet de réelles économies, c’est bon pour le portefeuille et c’est mieux pour l’environnement ;
- comment professionnaliser la relation commerciale et le transfert de propriété entre le producteur et son acheteur pour limiter les litiges d’appréciation de la qualité ; et entre le vendeur et son acheteur notamment quand ce dernier réside en Espagne ou en Grèce, grâce à la méthode Eurocelp ;
- après les satellites et le drone, de quoi demain sera fait en matière en d’innovation technique pour gagner en efficacité, en performance économique et environnementale ?
- enfin, comment lutter contre les endommagements lors de l’arrachage et de la mise en stockage souvent synonyme de perte économique, d’insatisfaction des clients et des consommateurs… et de gaspillage alimentaire.
Cette journée technique est placée avant tout sous le signe de la convivialité et de l’échange.

Quels sont vos autres projets ?
Régulièrement, des rencontres avec l’administration sont réalisées avec pour objectif de rendre les différentes règles cohérentes, réalistes et facilement applicables sur le terrain.
Nous sommes actuellement en préparation de notre traditionnel espace de concertation mais aussi en réflexion pour améliorer la lisibilité de la filière régionale de la pomme de terre en rassemblant au sein d’une seule structure les différentes organisations régionales avec en ligne de mire la grande région. Petit clin d’œil, avec notre participation à Terres en fête qui se déroulera en juin 2016, mais avant cela, j’invite toutes celles et ceux qui le souhaitent à nous rejoindre le 16 décembre, l’entrée est gratuite.

Découvrez la vitrine variétale

Une collection de 101 variétés sera exposée : 42 variétés de consommation (frais, export), 19 variétés transformation frite, 13 variétés chair ferme pour vous permettre de bien choisir. Une synthèse des essais variétés de la Chambre d’agriculture menée sur les plateformes d’essai situées à Bonnières (Ternois) et Broxeele (Flandres intérieure) sera diffusée.
Renseignement : Benoît Houilliez, responsable du service pommes de terre au 03 21 65 32 13.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui