Le Syndicat Agricole 20 janvier 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Innovation et recherche pour répondre aux attentes sociétales et environnementales

Interview d’Éric Thirouin, responsable de la commission Environnement à la FNSEA, sur le plan Ecophyto 2 après la publication du rapport Potier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Éric Thirouin, responsable de la commission Environnement à la FNSEA.
Éric Thirouin, responsable de la commission Environnement à la FNSEA. - © Actuagri

Fin décembre, le député Dominique Potier a remis au Premier ministre et aux ministres de l’Agriculture et de l’Écologie son rapport sur la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, en proposant 68 recommandations pour une nouvelle version du plan Ecophyto. Interview d’Éric Thirouin, responsable de la commission Environnement à la FNSEA, sur le plan Ecophyto 2.

Comment se positionne la FNSEA face aux objectifs de réduction des phytosanitaires proposés par le rapport Potier, qui servira de base à la nouvelle version du plan Ecophyto ?
Dans son rapport, le député Dominique Potier confirme l’objectif du premier plan Ecophyto, à savoir réduire de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires, sous conditions d’un nouveau cadre socio-économique. Pour 2020, le cap affiché est de - 25 %. Or, pour la FNSEA, il importe de viser prioritairement une réduction des risques santé en environnement et non une réduction des quantités consommées. Cette approche est d’ailleurs celle de tous les autres pays européens à l’exception du Danemark et de la France. La réponse aux attentes sociétales, à la demande des consommateurs, au défi de la préservation de l’environnement passe par plus d’innovations et de recherche, pour continuer à progresser en termes de formulation des produits phytosanitaires, d’amélioration des pulvérisateurs pour éviter tout contact avec les phytosanitaires au moment du remplissage et limiter les dérives au moment de la pulvérisation ou encore de stockage des denrées alimentaires.

Les objectifs initiaux n’ont pas été atteints : faut-il en conclure que le plan n’a pas été efficace ?
Certes, en termes de Nombre de doses utilisées (Nodu), les résultats sont stables, voire en légère augmentation par rapport au passé, en lien avec les récentes années pluvieuses marquées par un fort développement des adventices et des maladies fongiques, l’absence d’alternatives crédibles à ce jour pour les agriculteurs et le retrait des produits les plus dangereux, qui a contraint les agriculteurs à utiliser des produits moins efficaces en plus grande quantité. A contrario, ces retraits ont conduit à une baisse de 80 % entre 2008 et 2013 de l’utilisation des produits classés CMR1, et de 15 % de celle des produits CMR2. De même, l’indicateur relatif à l’impact des pesticides dans les cours d’eau s’améliore. Cette évolution favorable des indicateurs d’impacts est la preuve que le travail engagé par les agriculteurs et l’ensemble de la filière agricole est positif pour la santé et l’environnement. Il faut le communiquer. Malheureusement, ces constats sont absents du rapport du député Potier. De même, le rapport n’explicite pas l’utilité des produits vis-à-vis de la santé humaine et de l’environnement, en permettant de lutter contre les ravageurs, d’éviter des allergies, ou encore d’éliminer les mycotoxines qui, sans cela, se retrouvent dans l’assiette du consommateur, avec des risques sanitaires élevés. Pour la FNSEA, il y a un équilibre à trouver.

Le rapport prend-il suffisamment en compte les impératifs économiques liés à l’activité agricole ?
En introduction au rapport, l’impératif de nourrir 10 milliards de personnes en 2050 est rappelé. Cependant, l’économie des exploitations et des filières est la grande oubliée des recommandations du rapport. Aucune des 68 recommandations ne vise la compétitivité des exploitations et des filières, il n’y a pas d’évaluation de leurs impacts économiques, ni a fortiori d’analyse de leurs coûts/bénéfices. En outre, les propositions sont juxtaposées, sans priorisation.

Vous serez donc vigilants quant à la déclinaison opérationnelle de ces propositions ?
Nombre de recommandations sont encore très floues, comme mettre l’entreprise au cœur du plan, la stratégie de recherche et innovation ou encore le plan de communication sur le thème « producteurs d’aliments, d’environnement et de santé ». La déclinaison proposée pour Ecophyto 2 nous interpelle également : alors que la mise en place du Feader dans les régions n’est déjà pas facile, le rapport préconise de déléguer davantage aux instances régionales, aux agences de l’eau, aux collectivités locales... ce qui conduira à des divergences en termes de plan d’actions et de financement en fonction des régions.
Par ailleurs, est-ce bien par l’offre d’un conseil de transition agro-écologique, l’expérimentation des certificats d’économie de produits phytosanitaires et la validation obligatoire des acquis pour l’obtention du Certiphyto tous les cinq ans que nous réduirons les risques pour la santé et l’environnement au meilleur coût ? Rien n’est moins sûr. Parmi les autres difficultés que nous relevons, se trouve aussi le financement du nouveau plan. Le rapport propose de faire passer la taxe de redevance pour pollution diffuse de 0,65 % du résultat courant des exploitations à 1,5 %, ce qui est plus du double. Le budget total passerait ainsi de 43 millions d’euros à 100 millions, avec toujours plus de taxation des agriculteurs ! Enfin, alors que la ministre de l’Écologie ne cesse de répéter qu’elle ne veut pas d’une économie punitive, nous sommes surpris des propositions qui visent à renforcer les contrôles et les sanctions sans proposer de solutions alternatives. Pour la FNSEA, l’urgence reste de développer au maximum la recherche-innovation, chantier permanent dans lequel nous nous investissons, de façon à être de plus en plus précis dans notre maîtrise du recours aux phytosanitaires, et à trouver de vraies alternatives.

Les propositions clés du plan Ecophyto 2 (2015-2020)

Maintenir l’objectif de - 50 % de pesticides
L’objectif de réduction de l’utilisation des pesticides est maintenu à une baisse de 50 % de l’usage des pesticides à l’horizon 2025 (au lieu de 2018). Dominique Potier rappelle qu’un objectif intermédiaire est proposé : celui de diminuer de 25 % à horizon 2020.

Augmenter le financement du plan
Les parlementaires proposent d’augmenter la contribution de la redevance pour pollutions diffuses (RPD), « au minimum à 100 millions d’euros ». Pour rappel, la loi de finances pour 2012 a fixé à 41 millions d’euros le plafond annuel de la contribution au plan Ecophyto de la RPD pour la période 2012-2018. Mais à compter du 1er janvier 2015, l’assiette de la RPD va s’élargir. Les parlementaires estiment que « la recette supplémentaire escomptée serait de l’ordre de 30 millions d’euros ». Cela porterait donc la contribution de la RPD au plan Ecophyto à 70 millions d’euros. Pour atteindre le minimum de 100 millions d’euros, il manque encore 30 millions d’euros.

...et en faire profiter les agriculteurs « directement »
Les parlementaires souhaitent que d’éventuels financements supplémentaires viennent soutenir en priorité des actions « mises en œuvre directement par les utilisateurs plutôt que pour les organismes qui sont dans leur environnement ». Toute augmentation du produit de la RPD qui résultera d’une évolution de l’assiette de cette redevance devra servir à financer des « retours à la terre » au bénéfice des agriculteurs engagés dans des démarches vertueuses.

Une gouvernance régionale
Les parlementaires proposent que les orientations des actions régionales du plan Ecophyto soient inscrites dans le « plan régional de l’agriculture durable », déclinaison territoriale de l’agro-écologie. Ils recommandent d’accroître les moyens d’action de cet échelon. Ils proposent que la gouvernance régionale s’organise autour d’un comité régional de pilotage (CRP) du plan Ecophyto qui sera l’instance unique de pilotage stratégique, de décision et de suivi auquel rapporteront les responsables des actions, et d’un groupe régional de programmation réunira la Draaf, le conseil régional et la ou les agences de l’eau.

Lutter contre les fraudes
La mission propose de renforcer et de mieux coordonner les contrôles sur les produits phytosanitaires qu’il s’agisse de ceux effectués par les services du ministère de l’Agriculture au titre de la conditionnalité PAC ou chez les distributeurs, ou de ceux pratiqués par les autres services. Des taux élevés de non conformité sont constatés lors des différents types de contrôles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui