Le Syndicat Agricole 18 décembre 2014 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Infrastructures - Canal Seine Nord : une énième annonce de lancement du projet

Le secrétaire d’État aux Transports a réuni les acteurs territoriaux du projet canal Seine Nord Europe à Amiens le 11 décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le secrétaire d’État aux Transports a réuni les acteurs territoriaux du projet canal Seine Nord Europe à Amiens le 11 décembre.
Le secrétaire d’État aux Transports a réuni les acteurs territoriaux du projet canal Seine Nord Europe à Amiens le 11 décembre. - © J.C. Gutner

Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, a réuni les acteurs territoriaux du projet canal Seine Nord Europe le 11 décembre, à Amiens. Les représentants des régions Nord-Pas de Calais, Picardie, Normandie, Île-de-France, de plusieurs départements, des ports concernés par le projet et de Voies navigables de France (VNF) étaient présents. « Cette réunion fait suite à la déclaration du Premier ministre à Arras le 26 septembre dernier, et confirme l’engagement du gouvernement sur ce grand projet qui s’inscrit dans la politique de relance souhaitée par le Président de la République », a-t-il précisé.
La grande annonce du jour a été la création d’une société de projet pour faire aboutir la réalisation du canal. Il s’agit d’une structure juridique qui permet aux financeurs de décider et qui ne constitue pas simplement un apport de subventions de la part des collectivités territoriales. Cette société devra faire l’objet d’une loi soumise au Parlement en 2015. « Le projet doit se faire pour vous et avec vous », a affirmé Alain Vidalies aux acteurs du projet.


Une aide de l’Europe déterminante
Le secrétaire d’État a ensuite expliqué que la France allait déposer un dossier de demande de financement à Bruxelles fin février. Le protocole d’intention de financement pour permettre la recevabilité du dossier doit être finalisé au mois de janvier. La décision de l’Europe va être déterminante, car elle a promis d’apporter 40 % des 4,8 milliards d’euros que coûte le canal.
Pour l’instant, l’État n’a aucune garantie mais reste très optimiste car le projet fait partie des 34 priorités recensées par l’Europe en matière de grandes infrastructures de transports. Concernant la part financée par l’État français, Alain Vidalies s’est voulu rassurant : « Même si l’écotaxe a été supprimée, l’AFITF (l’agence de financement des infrastructures de transport de France) va quand même verser la quote-part qui lui revient ». Le budget de 4 milliards d’euros sera réparti de la façon suivante : 2 milliards pour l’Europe ; 1 milliard pour l’État ; 1 milliard pour les collectivités locales : 500 M€ pour les Régions (Nord-Pas de Calais, Île-de-France et Picardie) et 500 M€ pour les Départements (Nord (cf. encadré), Pas-de-Calais, Oise et Somme). Le solde serait apporté par des prêts longue durée à des taux d’intérêt intéressants.
« Cette réunion importante et utile s’est déroulée dans une ambiance et un état d’esprit volontariste », s’est félicité Alain Vidalies. La profession agricole reste toutefois sceptique car ce n’est pas la première annonce qui est faite sur ce projet.

Odile Dalle

Zoom sur... Le Nord et le Pas-de-Calais s’engagent financièrement

À la quasi unanimité, les conseillers généraux du Nord ont approuvé, le lundi 15 décembre 2014, l’engagement financier du département dans la réalisation du canal Seine Nord Europe. Au total, le Nord mettra la plus forte participation, à hauteur de 200 millions d’euros (M€). Pourquoi une si forte somme, s’est interrogé Guy Bricout, maire de Caudry et conseiller UPN (Union pour le Nord), alors qu’il n’était prévu que 100 M€ au départ ? Et comment ces 200 M€ seront-ils budgétés ? « Les deux régions et les quatre départements, a répondu Didier Manier, se sont concertés sur la clé de répartition du milliard d’euros à supporter par les collectivités territoriales. Le paramètre retenu a été les retombées économiques à attendre pour chacun ». Quant aux ressources, elles viendront, pour le Nord, d’un emprunt de 200 M€ remboursable en 60 ans, soit une charge de 3-4 M€ par an.
Dans le Pas-de-Calais, le budget a été débattu et voté les 15 et 16 décembre. Comme dans le Nord, les conseillers généraux ont été unanimes concernant la participation de la collectivité à la construction du canal. Le Département est prêt à s’engager pour un montant de 130 M€. L’inscription des autorisations de programme et des crédits de paiement sera prévue par tranches sur les exercices budgétaires suivants, en fonction de l’avancée du projet. Par ailleurs, l’Oise et la Somme doivent respectivement participer à hauteur de 100 M€ et 70 M€.
Des milliers d’emplois découleront de ce « chantier du siècle » dont le premier coup de pioche devrait avoir lieu en 2016 pour une ouverture en 2023, avait précisé récemment le Premier Ministre Manuel Vals. Il reste à attendre les votes des autres collectivités territoriales mais ils ne font, a priori, pas de doute. Le chantier semble enfin sur les rails.

P.F. et V.CH.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3674 | août 2016

Dernier numéro
N° 3674 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui