Le Syndicat Agricole 30 janvier 2015 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

« Garder de la cohérence et défendre la proximité »

Nouvelle carte, compétences... Les régions et les territoires vont profondément évoluer. Un point sur ces sujets avec Xavier Beulin, président de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
" Il reste une question essentielle qui n'a pas été posée : quelle solidarité financière organisera-t-on entre les territoires au regard de la capacité fiscale de chacun d'entre eux ? ", s'interroge Xavier Beulin. (© V. Marmuse) Pour Xavier Beulin, l'enjeu est de développer des bassins de vie, des territoires de cohérence avec des habitants qui s'y retrouvent en termes d'identité, de services... © Actuagri  © V. Marmuse

Le 15 janvier, le Conseil constitutionnel a validé la nouvelle carte à 13 régions et le calendrier des élections départementales et régionales, premier volet de la réforme territoriale adopté par l'Assemblée nationale le 25 novembre. Xavier Beulin, président de la FNSEA, s'interroge sur les conséquences concrètes, à court et moyen terme, de cette réforme pour ceux qui vivent dans les territoires ruraux.

La nouvelle carte des régions de France a été adoptée. Qu'en pensez-vous ?
Au préalable, permettez-moi de faire remarquer que sur ce sujet, on a mis la charrue avant les boeufs : nous aurions préféré avoir un vrai débat sur les compétences (générales, plein exercice, délégation...) des régions et un vrai débat sur la fiscalité les concernant avant d'avoir à se prononcer sur une carte. De toute façon, il reste une question essentielle qui n'a pas été posée : quelle solidarité financière organisera-t-on entre les territoires au regard de la capacité fiscale de chacun d'entre eux ? Deux autres questionnements restent sur la table à nos yeux : est-ce que la réforme est source d'économie ou non et est-ce que l'efficience est liée à la taille ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que demain, il s'agira de gérer des grands territoires pour lesquels les populations, dans certains cas, ne semblent pas convaincues par les assemblages proposés. Il ne nous semble pas que tout ceci aille vers une simplification et nous estimons que dans les régions regroupées, on se prépare à quelques années difficiles, au moins du point de vue des lieux de gouvernance de ces nouvelles régions. La disparition, les fusions ou regroupements de départements ou encore la notion de département rural ne nous apparaissent pas non plus comme une bonne piste. À cette approche, nous préférons la notion de territoires ruraux qui ont des besoins et qui portent des projets bien souvent innovants. Il faudra aussi surveiller l'apparition des métropoles (ndlr : effectives depuis le 1er janvier 2015) : que se passe-t-il pour les territoires sans métropole ? Et là où se situe une grosse métropole, n'y a-t-il pas un risque d'aspiration des moyens financiers pour le développement de ces métropoles au détriment du monde rural ? Enfin, nous constatons que les plans État/régions ont été négociés avec l'ancienne organisation régionale. Que se passe-t-il pour les régions regroupées ? Il reste que nous sommes convaincus qu'il faut renforcer les régions notamment autour des notions d'aménagement du territoire, de développement économique, d'enseignement supérieur et de recherche. L'idée est de trouver, à travers des bassins de vie, des territoires de cohérence avec des habitants qui s'y retrouvent en termes d'identité, de services...

Quid du monde rural et du monde agricole ?
Au sein des grands territoires nouvellement créés, une question nous intéresse particulièrement : comment va-t-on traiter la proximité ? Nous avons une crainte : c'est que cette réforme se traduise par un développement à deux vitesses avec un monde rural qui se sente à l'écart des grandes orientations. Un autre point nous paraît important : avec un échelon comme l'intercommunalité passant à une taille de 20 000 habitants minimum, on va devoir procéder, dans certains cantons, à des regroupements de 60 à 70 communes, un véritable casse-tête. C'est une mesure qui est du reste fort contestée en ce moment. Il faut bien prendre la mesure de ce qui est exprimé dans les différentes élections : pour les ruraux, c'est le risque et la peur de l'isolement, d'être laissés pour compte avec des interrogations fortes sur la présence des services publics comme les écoles, la formation, la santé, les loisirs et la culture, le très haut débit.
Sur ce dernier sujet, par exemple, les collectivités font de gros efforts pour implanter de la fibre mais il ne faut pas se leurrer, on ne pourra pas installer de la fibre partout. Il y aura donc des inégalités entre les territoires face au très haut débit. D'où la convention signée entre Orange, Nordnet, Intelsat et la FNSEA pour installer cette technologie dans un certain nombre d'exploitations agricoles, à titre expérimental. Si cela fonctionne bien, nous essaierons d'équiper systématiquement les fermes très isolées. Il faut trouver les moyens d'exister au niveau régional.

Quelle vision proposez-vous de la régionalisation par rapport au monde agricole ?
Nous sommes naturellement décentralisateurs. Mais il faut garder la spécificité de l'agriculture française à travers son organisation par filière. Ce que nous attendons des régions à travers leurs futures compétences propres et les compétences déléguées, c'est de ne pas perdre, par excès de régionalisation, de leur cohérence d'intervention. Cette notion de cohérence est particulièrement importante. Les grands enjeux du développement territorial agricole, comme par exemple la modernisation des bâtiments d'élevage ou encore l'équipement en outil d'aide à la décision, doivent transcender les particularismes régionaux. Nous pensons aussi, de façon plus globale, qu'une réforme réussie des régions ne se fera pas sans réforme de la fiscalité des régions.

Quelles évolutions envisagez-vous pour le réseau FNSEA ?
Il est bien entendu un peu tôt pour définir fermement ce que sera l'avenir. Lors de nos deux derniers congrès, nous avons déjà choisi l'option de renforcer les échelons régionaux. Mais de nouvelles adaptations seront à faire, absolument. L'idée sera bien de défendre des projets locaux avec des services interlocuteurs à l'échelle régionale. Notre prochain congrès traitera du fonctionnement du réseau et des orientations seront prises pour améliorer son organisation. Nous devrons déterminer qui seront nos futurs interlocuteurs et savoir comment être plus efficace et présent là ou se prendront les décisions dans l'avenir. L'une de nos responsabilités sera de préserver la notion de proximité.

Propos recueillis par Thierry Michel et Michel Bourdoncle

- © DR

Des territoires à penser

Après « la fin des paysans n'est pas pour demain », « Comment nourrir le monde ? », « Le bonheur est dans les blés », Passion Céréales publie un nouvel ouvrage intitulé « Des territoires à penser » aux éditions de l'Aube.

Passion Céréales a réuni une quinzaine d'auteurs, responsables politiques, sociologues, géographes, économistes et autres experts... pour expliquer leur conception des territoires, leur vision de l'avenir et quelles décisions seraient en mesure de promouvoir leur développement. Sans oublier bien entendu la place que peuvent jouer les filières agricoles et notamment les filières céréalières. Préfacé par Jean-François Gleizes, le président de Passion Céréales, cet ouvrage a notamment bénéficié des contributions de personnalités bien connues comme Henri Nallet, ancien ministre de l'Agriculture et ancien élu local dans l'Yonne, de Jean Viard, sociologue, d'Alain Rousset, président de la région Aquitaine et de l'Assemblée des régions de France, de Dominique Reynié, politologue, Christian Saint-Etienne, économiste, d'Anne-Claire Vial, secrétaire générale de l'AGPM et présidente de Sol et Civilisation...

Disponible en librairie, auprès des principaux libraires en ligne et sur le site de Passion Céréales à partir du 6 février 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui