Le Syndicat Agricole 16 mai 2016 à 08h00 | Par Le syndicat agricole

Fonds porcin : les industriels de la charcuterie réservés

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Aujourd’hui, il est évident que l’industrie de la charcuterie-salaison ne peut à elle seule collecter les sommes nécessaires à la mise en place du fonds », déclare la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs, transformateurs de viande (Fict). Elle met notamment en avant « le décrochage des prix » à la consommation des charcuteries françaises « gonflés par la contribution au fonds » et le boulevard qui serait donné aux charcuteries étrangères que ce dispositif ne manquerait pas de produire. « Ces mesures censées résoudre un problème au niveau d’un maillon et la filière (élevage) pourraient déséquilibrer et affaiblir les autres (les industries de l’abattage et de la transformation), ce qui se traduirait au final de façon négative pour le secteur de l’élevage », explique la Fict. D’ailleurs elle s’interroge sur la pertinence d’une cotisation interprofessionnelle et préfère réfléchir, au-delà des aspects conjoncturels, à « des solutions pérennes individuellement et collectivement », en se fixant « des axes stratégiques » et en conduisant « des réformes structurelles ». La FNSEA et la Fédération nationale porcine n’ont pas tardé à réagir au blocage des intermédiaires : les industriels certes, mais aussi des abatteurs découpeurs qui ne veulent pas d’un prélèvement en pied de facture. « Après avoir dit oui sur le principe, les « intermédiaires font marche arrière, se cachant les uns derrière les autres, à coup d’arguments qui contredisent même l’alternative qu’ils préconisent », déplorent ces organisations agricoles. « Nous prenons acte du désengagement des intermédiaires », poursuivent –elles. Mais elles ne renoncent pas à la mise en place d’un fonds porcin. « Nous restons déterminés à aboutir cet été », insistent elles. Avant de conclure : « il en va de la survie de nombreux éleveurs de porcs français, des emplois qui en dépendent dans la filière, et de notre capacité demain à continuer à proposer nos produits aux consommateurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui