Le Syndicat Agricole 07 avril 2016 à 14h00 | Par Le Syndicat Agricole

Festival de l’oiseau et de la nature : saison 26

Du 9 au 17 avril, le festival met à l’honneur l’oiseau et la nature en Baie de Somme, mais aussi, pour la première fois, dans une partie du Nord-Pas de Calais. Suivez le guide.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Rien de plus emblématique que l’oiseau en Baie de Somme, haut lieu ornithologique en Europe, avec plus de 300 espèces qui y transitent chaque année. Pourtant, quand les élus de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Abbeville décident, il y a presque 30 ans, de créer un événement renforçant l’image de la région et, de surcroît, source de bénéfices pour l’économie locale en avant-saison, c’est à l’aéromodélisme qu’ils pensent en premier lieu. « On était déjà dans quelque chose qui volait, raconte Marie-Agnès Boche, conseillère en entreprise à la CCI et coordinatrice du festival. Mais il nous fallait des structures existantes sur lesquelles prendre appui. Le thème de l’oiseau s’est imposé tant par sa présence en Baie de Somme que par celle de la réserve ornithologique de Grand-­Laviers, du parc du Marquenterre et de la Maison de l’oiseau. »
Partenaires du festival, tout comme différents syndicaux intercommunaux de l’époque et l’Office de tourisme d’Abbeville, ils décident ensemble de construire le festival autour d’un concours sur le documentaire animalier. La BBC vient à leur secours en la personne du documentariste Mike Kendal, qui leur fournit noms et adresses de professionnels. S’ajoutent un concours d’art animalier, un concours de dessins auprès des scolaires de Picardie, des animations pour les enfants, et les premières sorties nature, le tout sur quatre jours. Viendront se greffer ultérieurement des expositions photos. Le succès est au rendez-vous et n’a de cesse de se développer au fil des années. « Le fait que notre littoral soit particulièrement préservé, qu’il propose une authenticité dans l’offre de tourisme de nature et que le festival colle parfaitement au territoire explique en grande partie notre réussite », dit Marie-Agnès Boche. Sans oublier une adéquation avec les préoccupations contemporaines d’une population sensible à l’environnement et à la nature. De quatre jours, le festival passe à neuf jours.

Les valeurs sûres
Comme toujours, le documentaire animalier tiendra le haut du pavé avec des projections au cinéma de Fort-Mahon, à celui de Crécy-en-Ponthieu, au théâtre municipal d’Abbeville, avec des films en compétition sur les thèmes oiseau et vie sauvage, environnement, amateur et hors compétition. Sans oublier des soirées spéciales (lire ci-dessous), et la soirée de gala, le 16 avril, à partir de 20 h 45, avec la fanfare « Les Seventies Gang », qui clôturera la soirée en interprétant les plus grands succès disco et funk. C’est au cours de cette soirée que seront dévoilés par Henri Sannier, le président du festival, les noms des lauréats des concours film et photo.
La photographie ne sera pas en reste, avec une quarantaine d’expositions présentées à Abbeville, Saint-Valéry-sur-Somme, Cayeux-sur-Mer et Le Crotoy. Le concours « Mon plus beau coin nature de Picardie », lancé en 2015, sera reconduit avec pas moins de 400 clichés présentés à Cayeux, à la chapelle des marins. De même, les Rencontres de la photo nature seront reconduites, du 15 au 17 avril, au Crotoy, avec 1 500 m2 d’expositions, mais aussi la présentation et la vente de matériel, ainsi que des conférences. « C’est un lieu d’échanges qui marche bien. L’an dernier, nous avons accueilli 2 600 personnes », précise Marie-Agnès Coche.
L’art animalier, présenté à l’office de tourisme d’Abbeville, vous fera découvrir des artistes peintres et des sculpteurs au regard aiguisé et singulier sur les oiseaux, usant de techniques différentes. Seront croisées les œuvres de François Gruson, dessinateur au crayon qui recrée les oiseaux par quelques traits minutieux, précis et mesurés, celles de Maggy Anciaux de Faveaux, sculptrice en raku, et celles de Jean-Luc Seigneur, graveur sur métaux. Ce pour quoi les festivaliers se déplacent aussi : les sorties nature guidées. De six au lancement du festival, elles sont aujourd’hui au nombre de 400, avec une centaine de thèmes différents abordés. À pied, à cheval, en canoë, en pirogue, en solo comme en famille, à l’aube comme au crépuscule, les guides vous feront découvrir des sites présentant un intérêt naturaliste. Parmi les curiosités à ne pas manquer, la sortie à Grand- Laviers, baptisée « À l’écoute des oiseaux de la réserve ». En compagnie d’un guide muni d’une parabole, d’un micro et d’un magnétophone, vous apprendrez à écouter et à reconnaître le chant des oiseaux.
Enfin, nouvelle grande région oblige, le festival ouvre son horizon du côté du Nord-Pas de Calais, en proposant des sorties nature en Baie d’Authie, à Berck-sur-Mer, à Auxi-le-­Château, à Conchil-le-Temple… « C’est la première fois que l’on sort de Picardie, dit Marie-Agnès Boche. Tous les lieux ont été choisis parce qu’ils représentent un intérêt naturaliste et qu’il y a un guide passionné et passionnant. » Gageons que les 37000 entrées enregistrées en 2015 seront dépassées.

Florence Guilhem

Pour en savoir plus : www.festival-oiseau-nature.com – Tél. : 03 22 24 02 02
Accueil et réservation : 20, rue du Chevalier de la Barre, Abbeville. De 9 h à 18 h 30.

- © DR

Les enfants ne sont pas oubliés...

Les Zoizillons : c’est l’événement au parc d’Emonville, à Abbeville, pour les enfants, du 12 au 14 avril. Au menu : grimpe dans les arbres, le manège à plumes, le festijeux, l’aventure équestre, spectacle de marionnettes, spectacles déambulatoires et une conférence tous publics. Entrée libre. Et si cela ne suffisait pas, durant tout le festival, des sorties guidées et des ateliers nature sont proposés aux enfants pour les sensibiliser à la découverte et à la protection de l’environnement. Parmi les ateliers juniors à ne pas manquer : du 11 au 15 avril, à la salle des fêtes d’Abbeville, la fabrication de nichoirs et mangeoires en bois, ou encore la collection de petites bêtes, qui permet aux enfants de se mettre dans la peau d’un entomologiste. Parmi les nouveautés : « Le Bal des elfes » conté sous une tente, la fabrication d’huile de lavande, peinture végétale, duo cap vie…

Des soirées très spéciales

- La conférence des oiseaux ou conférence ornitho- décalée, le 9 avril, à 21 h, au théâtre municipal d’Abbeville. Avec Jean Boucault et Johnny Rasse, chanteurs d’oiseaux, et Philippe Braquart, saxophoniste. Les deux conteurs, compères depuis l’enfance, viennent nous raconter l’histoire des oiseaux, entre ornithologie et humour, musique et sciences…
- « Le silence des oiseaux » de Sally Blake, documentaire projeté le 12 avril, à 20 h 45, au théâtre municipal d’Abbeville. Ce documentaire raconte l’histoire de la disparition massive des oiseaux sur tous les continents et de ceux qui se battent contre ce phénomène. Quelles seraient les conséquences pour l’homme et pour les écosystèmes si les oiseaux venaient à disparaître ? Projection en présence de l’auteur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui