Le Syndicat Agricole 31 janvier 2013 à 14h49 | Par Le Syndicat Agricole

Fertilisation - Reliquats azotés, mode d’emploi

Quelques rappels pratiques pour réussir ses prélèvements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réglementation impose désormais au moins 1 reliquat sur l’une des 3 principales cultures de chaque exploitation de plus de 3 ha en zones vulnérables.
La réglementation impose désormais au moins 1 reliquat sur l’une des 3 principales cultures de chaque exploitation de plus de 3 ha en zones vulnérables. - © S. Leitenberger
Le reliquat sortie hiver reste une donnée incontournable dans le raisonnement de la fertilisation azotée. La réglementation en zones vulnérables vient d’évoluer, imposant la mesure d’au moins un reliquat par exploitation. Quelques rappels pour ne pas payer une analyse… pour rien !

Pourquoi faire des reliquats ?
Le reliquat azoté sortie hiver correspond à une quantité d’azote minéral présente dans les sols (reliquats post-récolte de la culture précédente + minéralisation automnale - lessivage), et utilisable par les cultures. Cette fourniture varie fortement selon les années et les situations culturales (climat, précédent, type de sol, apports organiques…). La mesurer sur vos parcelles permet de gagner en précision par rapport à l’utilisation de valeurs moyennes, fiables à plus ou moins 20-30 uN :
• 30 uN (environ 30 €/ha) en dessous de l’optimum, c’est le besoin de 10 quintaux de blé (soit environ 220 €/ha au prix moyen 2012) ;
• 30 uN au-dessus, c’est 30 €/ha de marge en moins, sans compter d’éventuels problèmes de verse en céréales ou lin, de richesse en betteraves, de maladies en endives, de nitrates en pommes de terre...
Un reliquat à 3 horizons pour une parcelle de 6 ha, c’est moins de 5 €/ha pour l’analyse (et autant si vous déléguez le prélèvement). La réglementation a également changé la donne, imposant désormais au moins un reliquat sur l’une des 3 principales cultures de chaque exploitation de plus de 3 ha en zones vulnérables.

Quand prélever ?
La prise d’échantillons de terre doit s’effectuer avant toute fertilisation minérale, mais également le plus tard possible pour intégrer au mieux le climat de l’année.
En cas d’apport organique, prélever avant d’épandre, ou respecter un délai d’un mois et demi entre épandage et prélèvement (augmenter le nombre de prises dans l’horizon de surface).
• Céréales : prélever du 15 février au 15 mars (le prélèvement peut être réalisé juste avant un éventuel premier apport, l’objectif étant d’avoir le conseil avant fin mars pour l’apport épi 1 cm).
• Betterave, chicorée, lin : prélever la seconde quinzaine de février.
• Maïs, pommes de terre : prélever la seconde quinzaine de mars.

Comment prélever ?
Les prélèvements sont réalisés à l’aide de tarières (vrilles, gouges...), éventuellement montées sur quad. L’échantillon de terre doit être constitué d’un minimum de 8 à 10 prises élémentaires au sein d’une parcelle ou partie de parcelle homogène et jugée représentative (même type de sol et même historique). Les prélèvements élémentaires sont réalisés le plus souvent en diagonale ou en croix dans le champ pour obtenir une valeur moyenne, en évitant les fourrières, les mouillères, les anciens dépôts de fumier, les veines différentes de sol... Lorsque le prélèvement est réalisé par passes successives, veiller à ne pas mélanger les horizons par retombées de terre dans le trou (tasser le sol au préalable avec le pied). En cas de délégation de l’opération à un préleveur, l’accompagner pour valider le plan d’échantillonnage et vérifier le nombre de prises élémentaires.

Profondeur des prélèvements
Veiller à disposer d’autant de seaux, pots ou sachets que d’horizons à doser (les numéroter), en s’assurant qu’ils soient parfaitement propres (proscrire les seaux ayant contenu engrais, aliments…). Prélever sur la profondeur exploitable par les racines (difficultés en cas d’horizons caillouteux), qui dépend elle-même de la profondeur du sol et de l’enracinement potentiel de la culture en place :
• Céréales, betteraves, chicorées, endives : 3 horizons de 30 cm (0-30 cm, 30-60 cm, 60-90 cm).
• Maïs, lin : 2 horizons de 30 cm (0-30 cm, 30-60 cm).
• Pommes de terre, haricots : 1 horizon de 45 cm, voire 2 de 30 cm (ne comptabiliser que la moitié du second horizon).

Conservation et acheminement des échantillons
Chaque échantillon prélevé doit être soigneusement mélangé (éventuellement sous-échantillonné pour atteindre environ 250 grammes), puis conditionné dans un sachet plastique fermé hermétiquement. Il faut noter sur chaque sachet le nom de l’horizon (0-30 cm, 30-60 cm, 60-90 cm, 0-45 cm...), puis mettre les 1, 2 ou 3 horizons prélevés sur une même parcelle dans un sac plastique unique, accompagné de la fiche de renseignements. Il faut conserver les échantillons au frais (4 °C) et les amener rapidement au laboratoire si le délai n’excède pas 24 heures, le plus sûr étant de les congeler (le froid permet en effet d’empêcher toute reprise de minéralisation au sein de l’échantillon).

La fiche de renseignements
Elle doit impérativement accompagner chaque profil azoté, sous peine de ne pas obtenir de conseil de fumure ! Cette feuille comprend vos coordonnées complètes (les numéros de portable ou adresses e-mails peuvent accélérer les délais de retour des résultats), le nom de la parcelle, éventuellement les coordonnées du technicien habituel, mais aussi un certain nombre d’informations qui permettront de calculer les différents postes du bilan azoté (précédent cultural, culture à venir et rendement visé, fréquence des amendements organiques...). Faites attention notamment lors du remplissage des dates et des taux d’argile, de calcaire ou de matières organiques (à faire idéalement à partir de vos propres analyses), et visez des rendements moyens réalistes. Il est impératif de remplir avec soin toutes les cases de la fiche de renseignements, la fiabilité du conseil de fertilisation en dépend !

Pierre MORTREUX, Chambre d’agriculture de région Nord-Pas de Calais

Article rédigé dans le cadre du projet Interreg SUN.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui