Le Syndicat Agricole 27 septembre 2012 à 14h22 | Par Le Syndicat Agricole

Doux - La Région ne rachètera pas Graincourt pour 1 €

Le Conseil régional apportera uniquement son soutien à « une initiative cohérente et économiquement viable, émanant du territoire ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 13 septembre dernier, plus de la moitié des 254 salariés ont voté pour l’occupation du site de Graincourt, condamné à la fermeture faute de repreneur.
Le 13 septembre dernier, plus de la moitié des 254 salariés ont voté pour l’occupation du site de Graincourt, condamné à la fermeture faute de repreneur. - © P. Le Douarin

« Il en est hors de question. » Jean-Louis Robillard, vice-président du Conseil régional du Nord-Pas de Calais chargé de l’agriculture, tient à corriger le tir après le communiqué de la CGT du 21 septembre dernier. Le syndicat y annonce le possible rachat de l’abattoir Doux de Graincourt par la Région. Le site, condamné à la fermeture faute de repreneur, est occupé par une quinzaine de salariés. Ces derniers réclament un repreneur et la remise en état des bâtiments. Alors qu’il en était exclu, le gouvernement a indiqué le 13 septembre qu’il débloquerait un million d’euros dans le cadre de la « revitalisation industrielle » du site, sous forme de prêts sans garantie. La CGT avait considéré ce geste comme un premier pas.


Rencontre avec la CGT
Lors d’une réunion avec des salariés, qui s’est déroulée la semaine dernière, le Conseil régional ce serait selon la CGT engagé sur plusieurs points. Notamment « l’acquisition des terrains, bâtiments et outil industriel pour l’euro symbolique ». Et d’ajouter: « Le commissaire au redressement productif régional – mis en place par Arnaud Montebourg – doit prendre contact, dans les plus brefs délais, avec le liquidateur judiciaire pour concrétiser cette acquisition ». Jean-Louis Robillard confirme la rencontre entre Pierre de Saintignon et les représentants locaux, régionaux et nationaux de la CGT. « Ils attendent effectivement des collectivités comme la Région d’être partie prenante des suites possibles pour Graincourt », reconnaît-il. Néanmoins, ce dernier insiste: « On ne peut pas racheter l’abattoir. La Région ne peut être propriétaire d’un site industriel. »


Un rôle d’engineering
Par contre, l’une des options avancées serait une reprise de l’abattoir par la Communauté de communes de Marquion. Dès lors, « La Région interviendrait plutôt en appui, dans un rôle d’engineering, afin de réaliser l’étude économique ou le montage juridique du projet », explique Jean-Louis Robillard.
« Nous serons au rendez-vous si le territoire est capable de proposer un projet cohérent et économiquement viable », poursuit-il. D’autant que selon lui, « il y a matière: le Nord-Pas de Calais est déficitaire en production de volailles, notamment en bio.
La Région a vocation à maintenir les éleveurs, avec peut-être un cahier des charges qualité. Un mix volailles bio et conventionnelle assurerait un débouché, et permettrait de monter une filière régionale de poulet de chair. »


MDS

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui