Le Syndicat Agricole 29 septembre 2016 à 11h00 | Par Le Syndicat Agricole

Désherbage colza : les solutions de rattrapage

À cause des conditions climatiques exceptionnelles, il sera peut-être nécessaire d’intervenir à nouveau sur certaines parcelles. Quelques conseils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le colza est une culture qui permet d’alterner les modes d’actions. En effet, la résistance aux sulfonylurées, « fop », « dim », complique la gestion du vulpin et du ray-grass.
Le colza est une culture qui permet d’alterner les modes d’actions. En effet, la résistance aux sulfonylurées, « fop », « dim », complique la gestion du vulpin et du ray-grass. - © V. Marmuse

Les conditions climatiques exceptionnelles de début septembre n’ont pas permis de réaliser les interventions herbicides sur la culture de colza dans des conditions optimales. Pour certaines parcelles avec flore difficile ou échec du désherbage, il sera peut-être nécessaire d’intervenir à nouveau. Quelles sont les solutions de post-levée possibles ?

Solutions contre les dicotylédones
Atic-Aqua

Dose d’usage : 1 à 2 l/ha avec un coût de traitement de 14 à 28 €/­ha.
Autorisé uniquement pour lutter contre le coquelicot, ce produit apportera également une efficacité sur véronique, stellaire, au stade jeune sur mercuriale et lamier. La matière active est bien connue car il s’agit de la pendiméthaline. À employer en programme avec pré-levée ou un rattrapage, applicable à partir de 2 feuilles du colza à 1 l/ha (stade du coquelicot : levée à 6 feuilles). La dose est de 2 l/ha pour le stade 6-8 feuilles. Au-delà, l’efficacité baisse significativement. Applicable jusqu’au stade rosette compris. Attention à l’effet parapluie sur culture développée.

Ielo
Dose d’usage : 1,5 l/ha pour un coût de traitement de 51 €/ha.
Ce produit est composé de deux matières actives : l’aminopyralide (Garlon star) et la propizamide (Kerb flo).
Il est fortement recommandé d’utiliser ce produit par temps froid (dès 5 °C) car la propizamide se dégrade à la chaleur. Pour son action contre les dicotylédones, les applications peuvent débuter en octobre (meilleure efficacité sur chardon-marie, géraniums, fumeterre…). Stade limite d’application BBCH 18. En effet, une application au stade rosette permet de respecter la limite maximale de résidus (LMR), qui a une valeur réglementaire. Efficace sur matricaires (2 à 4 feuilles), laiterons, légumineuses, après une pré-levée sur coquelicot et géraniums, sur graminées (brome, pâturin, ray-grass, vulpin, repousses de céréales).

Callisto
Dose d’usage : 0,15 l/ha à 6 feuilles du colza, suivi ou pas d’une deuxième application. Coût du traitement de 7 à 13 €/­ha.
Efficace sur sanve, capselle, sysimbre, lamier, stellaire, véronique, feuille de lierre…
Applicable à partir de 6 feuilles, sur des colzas en bon état végétatif, légèrement endurcis (après les premiers froids, mi- octobre, petites gelées, maximales inférieures à 15-18 °C) et jusqu’au stade rosette, repos végétatif. Le colza présente une forte décoloration blanchâtre à jaune sans réduction de vigueur durant 3 à 4 semaines. La deuxième application se fait 2 à 3 semaines plus tard et marque très peu la culture. L’efficacité décline sur des stades trop développés en l’absence de gel.

Lontrel SG
Dose d’usage : 140 à 174 g/ha + huile 1 l/ha. Coût du traitement 42-52 €/ha.
Efficace sur matricaire, féverole, lentille.
Applicable à partir du 15 février, du stade C1 (début d’élongation de la tige) au stade D1 (boutons accolés visibles). Limité à une application de 174 g/ha tous les deux ans (fractionnement possible). Conditions optimales d’application : hygrométrie supérieure à 60 % et température supérieure à 12 °C. Évitez les périodes d’amplitude thermique supérieure à 15 °C. Le temps doit être poussant. Il ne doit pas pleuvoir dans les 4 heures suivant l’application. La dose peut être modulée à 100-140 g/ha sur légumineuses et très jeunes matricaires (et bonnes conditions d’emploi).

Solutions contre les graminées
Le colza est une culture qui permet d’alterner les modes d’actions. En effet, la résistance aux sulfonylurées, « fop », « dim », complique la gestion du vulpin et du ray-grass. En situation de non résistance, il sera possible d’employer des produits comme le Centurion, le Fusilade max ; si vous observez une baisse d’efficacité de ce dernier, orientez-vous plutôt vers la Cléthodime. Si la cible est plus orientée vers les repousses, le Fusilade fera l’affaire. En situation de résistances aux sulfos, « fop » et « dim », la propyzamide (Kerb flo, Ielo..) sera la meilleure des solutions.

Noémie Hertault, Conseillère en Productions végétales
Chambre d’Agriculture du Nord-Pas de Calais


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui