Le Syndicat Agricole 07 juillet 2016 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

De bonnes nuits sans écrans

L’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) a étudié l’impact des nouvelles technologies sur le sommeil. Conclusion : les écrans nuisent aux bonnes nuits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Le soir, pas de repos pour les nouvelles technologies : 91 % des Français utilisent leur ordinateur, tablette ou smartphone – avant ou après le dîner et dans leur lit – les jours de repos et en vacances. Et c’est encore pire les jours de travail : 96 % des actifs et des étudiants s’adonnent à cette pratique. Ils sont même 36 % à utiliser leur appareil le soir au lit les jours de repos ou pendant les vacances, dont certain plus d’une heure. Là encore, le taux s’élève à 39 % d’utilisateurs les jours de travail. « Autant de temps au lit et devant un écran détériore la qualité du sommeil et altère la vigilance le lendemain », met en garde le docteur Joëlle Adrien, neurobiologiste et présidente de l’INSV. La télévision envahit aussi le lit mais en perdant du terrain par rapport aux autres appareils : 28 % des personnes interrogées regardent la télévision le soir les jours de repos et 26 % les jours de travail. Le désir de s’informer et de communiquer semble donc primer sur le sommeil : 97 % envoient et reçoivent des mails, 79 % téléphonent, 76 % envoient des SMS, chattent, tweetent ou publient sur les réseaux sociaux et professionnels. Et 46 % jouent en ligne.
Par ailleurs, 20 % des Français ont au moins un smartphone en fonctionnement dans leur chambre pendant qu’ils dorment. Les sonneries de ces appareils réveillent la moitié de ces dormeurs qui consultent à 92 % tous leurs messages et y répondent sur-le-champ à 79 %. Ces personnes mettent plus longtemps pour s’endormir après avoir éteint la lumière et leur temps de sommeil, plus long le week-end (8 h 25) trahit un besoin de récupération. La lumière des écrans est éveillante et ce signal lumineux délivré à contretemps perturbe l’horloge biologique qui n’est plus capable d’assurer un endormissement rapide ni un sommeil récupérateur.

Dormeurs sentinelles
Le docteur Sylvie Royant-Parola, psychiatre et vice-présidente de l’INSV explique : « Les nouvelles technologies ont donné naissance à une société sur le qui-vive, où tout le monde est sur le pont, de jour comme de nuit. Elles fabriquent des "dormeurs sentinelles" ». Afin de retrouver un sommeil récupérateur, plusieurs conseils, souvent de bon sens, sont bons à suivre. Il ne faut pas s’exposer aux écrans le soir dans son lit et prendre le temps de se détendre en se déconnectant des nouvelles technologies au moins 1 h 30 avant l’heure du coucher. Sauf situation exceptionnelle, il est nécessaire de bannir portables et smartphones de la chambre et de les mettre en mode avion et d’apprendre à se déconnecter les jours de repos, les week-ends et les vacances. Il peut également être utile de s’imposer des limites d’heure ou de jour pour se connecter avec les autres. Le savoir-vivre digital conduit au savoir dormir. Le soir, il faut savoir éviter la lumière en minimisant la luminosité de l’écran et en utilisant les applications qui réduisent le pourcentage de lumière bleue à partir d’une certaine heure. Dans la journée, il est vivement recommandé de sortir à l’air libre pour s’exposer à la lumière du jour et bouger, et de pratiquer une activité physique le jour pour bien dormir la nuit. Il faut mentionner qu’au moins 73 % des individus se réveillent au moins une fois par nuit et que ces éveils durent au total 30 minutes ; 25 % des Français déclarent être somnolents dans la journée, un tiers déclare souffrir d’au moins un trouble du sommeil.

Valérie Godement

Les jeunes plus touchés

Les jeunes de 18 à 34 ans sont les plus « accros » aux nouvelles technologies et leur sommeil s’en ressent. En moyenne, leur temps au lit avant d’éteindre est plus long (36 minutes en moyenne). Ce temps est en augmentation depuis 2012. Ils sont aussi plus nombreux à être somnolents dans la journée et leurs réveils nocturnes sont plus longs (24 minutes en moyenne). Plus inquiétant encore, les 18-34 ans passent le plus de temps devant leur écran le soir et le moins longtemps à l’extérieur pendant la journée, se privant d’une exposition bénéfique à la lumière du jour.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui