Le Syndicat Agricole 16 février 2017 à 16h00 | Par Le Syndicat Agricole

Dans l’antre de la croquette

Reine de la croquette, l’usine Nestlé Purina de Marconnelle (62) vient d’accroître sa capacité de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© DR) L’ensemble de la gamme produit par l’unité Nestlé Purina de Marconnelle. © DR Andrea Sutti, directeur du site. © DR L’atelier de conditionnement où sont emballés les croquettes. © DR Sur tapis roulant, les sacs d’aliments défilent dans l’usine durant toute leur production. © DR  © DR Le nouveau dépôt du site de Marconnelle. © DR

Nos amis à quatre pattes s’en lécheraient volontiers les babines. Des montagnes de croquettes sortent chaque année de l’usine Nestlé Purina de Marconnelle. Implanté dans l’Hesdinois depuis 1972, le site dédié à la fabrication d’aliments secs pour chiens et chats vient d’inaugurer ses nouveaux équipements. Près de 90 millions d’euros ont été investis en six ans pour moderniser l’outil de production.

De l’enrobage à l’emballage
La quasi-totalité des ateliers de l’usine ont été renouvelés ou agrandis. À commencer par la zone de préparation des mélanges. Une fois strictement contrôlées (taux d’humidité, présence de corps étrangers…), les matières premières sont incorporées dans une toute nouvelle tour de formulation. « L’assemblage se fait suivant des recettes bien définies en fonction des animaux, des marques et de la spécificité des produits, indique Andrea Sutti, directeur du site. Les ingrédients utilisés sont des farines de céréales (blé, maïs…) et animales (volailles, poissons) ». La pâte obtenue est envoyée sous haute pression au centre d’un extrudeur où se façonnent les croquettes. Dans cette zone, un nouvel atelier d’extrusion vient aussi de voir le jour. « Les croquettes sont ensuite séchées, enrobées puis refroidies », explique Vincent Chevalier, responsable de la maintenance. Dans la cellule de conditionnement, les aliments de nos fidèles compagnons sont pesés, filtrés et emballés dans différents pochons (de quelques grammes à plus de 20 kg).

L’hygiène au cœur du process
En bout de ligne, le service qualité intervient alors pour examiner les propriétés des produits. « Le laboratoire d’analyses est composé d’experts, de contrôleurs et d’un hygiéniste, souligne Lionel Chemineau, responsable qualité. Les protéines, les matières grasses ou encore l’aspect microbiologique des croquettes sont vérifiés ». Des prélèvements sur les aliments sont réalisés toutes les 30 minutes. Sur tapis roulant, les sacs arrivent un à un dans un immense dépôt de stockage, dernièrement agrandit, ou 50 salariés travaillent à la logistique. Entre 45 et 70 camions chargés de croquettes sont expédiés chaque jour de l’usine.

Pourquoi un tel investissement ?
La fin de ce vaste chantier permet d’une part à Nestlé Purina de moderniser son unité de production grâce à l’accès à de nouvelles technologies, et d’autre part, la fabrication de nouveaux produits. En effet, en complément de sa gamme historique Friskies, le site du Pas-de-Calais s’est vu confier le confectionnement de nouvelles marques « haut de gamme » comme Fortiflora et Purina One depuis octobre 2016. « Il s’agit de la première marque de croquettes pour chats en France », déclare Andrea Sutti. Les dirigeants régionaux comptent donc sur le succès du marché national mais également sur l’exportation, à laquelle sont destinés 25 % des produits, pour dynamiser l’usine de Marconnelle. Cette dernière peut aujourd’hui produire 300 000 tonnes d’aliments à l’année, contre 250 000 tonnes auparavant. Avec 300 salariés et une quarantaine d’intérimaires, c’est la plus grande unité Purina en France sur la partie croquettes.

Simon Playoult

45 ans d’histoire

1972 : la société Gloria se lance sur le marché de la production animale, sous la marque Friskies.
1985 : l’entreprise Gloria est rachetée par Nestlé.
1987 : extension des ateliers et développement des exportations vers l’Europe.
1992 à 2009 : mécanisation du site qui compte désormais 260 salariés.
2014 à 2016 : investissement de 88 M€ dans les nouveaux équipements : construction d’une nouvelle tour de formulation, installation d’un nouvel atelier d’extrusion et d’un atelier de conditionnement, ainsi que l’extension du dépôt (capacité de 36 000 palettes) et de nouveaux locaux sociaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui