Le Syndicat Agricole 17 novembre 2016 à 15h00 | Par Le Syndicat Agricole

Créer son hébergement touristique : tout un concept !

Comment se lancer dans l’hébergement touristique ? Les questions à se poser avant de s’engager dans cette voie de diversification.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Ces dernières années, de nombreux agriculteurs du Nord-Pas de Calais ont mis en place sur leurs exploitations agricoles des activités de diversification. Certains ont choisi de transformer leur production agricole et de se lancer dans la vente directe à la ferme, d’autres ont décidé de communiquer sur leur métier en organisant des visites d’exploitation. Et d’autres encore ont opté pour la valorisation de leur patrimoine bâti par la création d’un hébergement touristique.

À chaque type d’hébergement sa définition réglementaire
Le meublé de tourisme est une villa, un appartement ou un studio meublé, à l’usage exclusif du locataire, offert en location à une clientèle de passage qui y effectue un séjour caractérisé par une location, à la journée, à la semaine ou au mois et qui n’y élit pas domicile (article D.324-1 du Code du tourisme). Le gîte rural est une appellation d’usage correspondant à tout meublé de tourisme indépendant situé en milieu rural.
La chambre d’hôte est une chambre meublée située chez l’habitant en vue d’accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées, assortie de prestations (article L.324-3). L’activité de location de chambres d’hôtes mentionnée à l’article L.324-3 est la fourniture groupée de la nuitée et du petit-déjeuner. Elle est limitée à un nombre maximal de cinq chambres pour une capacité maximale d’accueil de quinze personnes. L’accueil est assuré par l’habitant (article D.324-13). Chaque chambre d’hôte doit donner accès à une salle d’eau et à un w.-c. La location doit être assortie, au minimum, de la fourniture du linge de maison.

Créer un hébergement touristique est un processus qui se déroule en plusieurs étapes
La faisabilité du projet : est-ce que mon projet est réalisable ? De quelle manière ?
Avant de décider d’investir dans la création d’un hébergement touristique, il convient de se poser plusieurs questions fondamentales préalables aux études de bâtiment et d’aménagement à proprement parler :
1. Réaliser un autodiagnostic
Quels sont mes objectifs ? Quelle est la situation actuelle de mon exploitation agricole ?
2. Effectuer une étude de ­marché
Quelle est la clientèle potentielle sur mon secteur ? Quelles sont ses attentes ? Quelle est l’offre locale (d’hébergements similaires ou d’autres équipements de loisirs, de restauration…) ? Quels sont mes concurrents ? Quels sont mes atouts et ceux de mon secteur géographique ? Mes contraintes ? Quelles sont les prestations non couvertes sur mon secteur ?
3. Quel va être mon projet ?
En fonction de l’analyse précédente : quel type d’hébergement, quels services ? Est-ce que je valorise ma ferme via mon activité d’hébergement touristique ?
4. Comment va s’organiser ma structure d’accueil ?
Quelle est la capacité d’accueil , quel agencement et quelles surfaces ? Quels équipements vais-je implanter selon les espaces ? Quel aménagement général ?
5. Comment va fonctionner mon activité ?
Quelles sont mes prévisions de remplissage, pour quelles périodes ? Quels seront mes prix, mes recettes et mes charges prévisionnelles ? Qui fera quoi ? Comment sera gérée mon activité (nature juridique, données fiscales…) ?
6. Comment vais-je commercialiser mes services ?
En fonction des séjours type que j’envisage de proposer : quels moyens de communication vais-je employer ? Quel budget vais-je y consacrer ? Ai-je intérêt à pratiquer des tarifs variables en fonction des périodes de l’année ?
7. Mon projet est-il réalisable ?
Finalement, mon projet est-il réaliste par rapport à mes désirs, ma capacité d’investissement, ma disponibilité ? Mes charges et mes recettes seront-elles équilibrées ? Mes prévisions d’activité sont-elles fiables ?
Le service diversification de la Chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais accompagne individuellement les agriculteurs dans leur réflexion et propose des formations permettant aux propriétaires d’hébergements touristiques de se professionnaliser.

Zoom sur... « Le professionnalisme des acteurs touristiques : un élément incontournable »

En 2014, Virginie et Rodrigue Fovet, agriculteurs à Hocquinghen (62), ont créé deux gîtes de huit personnes dans une maison déjà existante sur l’exploitation. Dans un premier temps, le couple a effectué des travaux de rafraîchissement puis s’est lancé dans la location de leur hébergement touristique. Progressivement, Virginie a souhaité développer un concept touristique cohérent avec la situation géographie du site qui se trouve à l’orée d’un bois. Tout a commencé par la création d’un logo et d’un slogan « Les sens des bois – Relaxez-vous au milieu de la nature », reflet du cadre et des objectifs visés par Virginie pour sa clientèle. Ensuite, est venue l’adéquation des aménagements intérieurs et extérieurs des gîtes avec l’appellation « commerciale » choisie. Pour y parvenir, Virginie a suivi avec la Chambre d’agriculture deux sessions de formation ; l’une portant sur l’aménagement intérieur et l’autre sur l’aménagement extérieur avec l’intervention de deux professionnelles, l’une décoratrice et l’autre paysagère. La mise en application des conseils donnés a conduit au changement de clientèle souhaité par le couple, à savoir des gens respectueux des lieux, appréciant les petites attentions à leur égard pour l’amélioration de leur confort et de leur bien-être. Dans le cadre de ces formations, Virginie a aussi développé l’aménagement d’un espace SPA privatif comprenant jacuzzi, sauna et un jardin zen ! Ce choix permet de proposer des séjours thématiques et de se démarquer des autres prestataires sur le secteur. Pour développer la notoriété, la visibilité de ses prestations, Virginie s’est implantée sur les réseaux sociaux. Ils permettent une prospection et une acquisition de nouveaux clients mais aussi le développement du nombre de visiteurs sur son site internet et l’optimisation du référencement naturel de ce dernier. Pour ce faire, Virginie a suivi les formations proposées par la Chambre d’agriculture dans le domaine de la commercialisation de ses prestations.
Elle insiste sur le fait que les formations sont complémentaires et indispensables si l’on souhaite donner une image professionnelle de son activité d’hébergements touristiques. Il est important de proposer une prestation cohérente dans son ensemble.
Pour tout renseignement relatif aux hébergements touristiques, vous pouvez contacter Valérie Louchez, conseillère Diversification dans le Pas-de-Calais au 03 21 60 48 80 et Noémie Boutiller, conseillère diversification dans le Nord 03 21 60 48 52.

Chiffres clés du tourisme en Nord-Pas de Calais

Le Nord-Pas de Calais dispose de 167 800 lits touristiques marchands dont 65 % en hôtellerie de plein air (camping 1 à 5 étoiles et non classés), 24 % en hôtellerie (hôtels de 1 à 5 étoiles et non classés) et 11 % pour les autres hébergements (auberges de jeunesse, meublés de tourisme classés, meublés labellisés, chambres d’hôtes labellisées, villages de vacances, aires naturelles de campings…).
28 % des voyages personnels en Nord-Pas de Calais sont réalisés en location de gîte rural et chambre d’hôtes.
Les étrangers représentent 28 % de la clientèle totale. Le palmarès des principales clientèles en août 2016, dans l’ordre : les Belges, les Britanniques, les Allemands et Néerlandais.

Prochaines formations relatives aux hébergements touristiques

- La décoration d’intérieur, un souffle nouveau pour vos hébergements touristiques, les 22 et 28 novembre 2016.
- Réaliser une étude de marché : outils et méthodes, les 24 et 31 janvier 2017.
- Apprendre à créer, gérer, animer, optimiser et référencer un site internet vitrine, les 10 et 17 janvier ainsi que les 7 et 28 février 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui