Le Syndicat Agricole 22 février 2016 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

« Conditionner un milliard d’œufs par an dès 2020 »

Cocorette et Œufs Nord Europe ne font plus qu’un et prévoient un doublement de la production en quatre ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Coudrette, nouveau directeur général du groupe Cocorette, et Pascal Lemaire, créateur d’Œufs Nord Europe (ONE) et nouveau président du groupe Cocorette.
Olivier Coudrette, nouveau directeur général du groupe Cocorette, et Pascal Lemaire, créateur d’Œufs Nord Europe (ONE) et nouveau président du groupe Cocorette. - © Le Syndicat Agricole

Petite révolution dans la filière avicole du Nord-Pas de Calais – Picardie et grande acquisition pour Œufs Nord Europe (ONE). Comme annoncé fin novembre, le conditionneur régional, basé depuis 2010 à Doullens (80), a acquis le 15 janvier dernier l’ensemble de l’entreprise Cocorette, créé en 1983 par la famille Gluszak à Sainte-Catherine-les-Arras (62). À elles deux, ces entreprises, désormais regroupées sous la même appellation « groupe Cocorette », ont conditionné 530 millions (M) d’œufs en 2015 pour un chiffre d’affaires de 75 MÄ. Une production appelée à s’accroître dans les prochaines années.

Le marché grandissant de l’œuf fermier, de plein air ou bio
Avec ce regroupement d’entreprises spécialisées dans l’œuf de plein air, Label rouge ou bio, le nouveau groupe Cocorette représente aujourd’hui 13 % des parts de marché de l’œuf alternatif en France. « Les œufs de type industriel, issus d’élevages intensifs, ont presque disparu des rayons en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas, explique Pascal Lemaire, créateur de ONE et nouveau président du groupe Cocorette. En France, leur part de marché continue aussi de diminuer au profit des œufs alternatifs qui bénéficient de plus en plus de notoriété. » Une conjoncture et des arguments qui ont convaincu la coopérative céréalière Noriap de s’associer fin 2015 à ONE pour « constituer une filière régionale d’excellence de l’œuf alternatif en vue d’accompagner la demande grandissante », souligne le président. Le collecteur de la Somme, et fournisseur d’aliments, est entré au capital du groupe afin de mener à bien l’opération de reprise. Pascal Lemaire précise qu’en accord avec Noriap, tant la coopérative que le groupe Cocorette se s’interdisent pas de travailler avec d’autres coopératives et d’autres entreprises spécialisées dans le conditionnement. Deux autres opérateurs régionaux ont aussi accompagné l’entreprise : BPI France (Banque publique d’investissement) et le Conseil régional Nord-Pas de Calais – Picardie via le fonds d’investissement.

« Relooker » la marque et travailler à plus grande échelle
Pour 2016, le leitmotiv du groupe est de développer la « marque » Cocorette. « Le packaging des boîtes d’œufs va être entièrement relooké, annonce Olivier Coudrette, nouveau directeur général du groupe Cocorette. Nous souhaitons donner une autre dimension à l’enseigne et creuser notre sillon face aux autres acteurs nationaux. » Une stratégie de développement qui devrait s’élaborer à plus grande échelle dès cette année. « Cocorette est reconnue du grand public de notre région, poursuit Olivier Coudrette. L’objectif est de faire connaître davantage nos produits dans les autres bassins de consommation français, en particulier en région parisienne. » Pour cela, le groupe compte atteindre progressivement la capacité totale de ses six centres de conditionnement en France (180 salariés) : Arras et Doullens (370 M d’œufs conditionnés et une capacité actuelle de 700 M), Laval (25 M d’œufs produits et une capacité de 60 M), Valence (60 M d’œufs pour une prédisposition à 80 M), Montauban (40 M d’œufs conditionnés et une capacité de 80 M) et Nancy (35 M d’œufs conditionnés et une capacité totale de 80 M). Il s’agira aussi pour le distributeur de renforcer ses liens avec les distributeurs. « Nous espérons franchir la barre des 600 millions d’œufs conditionnés sur nos sites fin 2016 puis atteindre un milliard d’œufs par an dès 2020 pour devenir le leader de l’œuf alternatif en France », indique le directeur.

L’ouverture de nouveaux poulaillers
Pour les 400 éleveurs, anciennement fournisseurs pour ONE ou Cocorette, le cahier des charges reste le même pour le moment. « Quelques évolutions pourront être effectuées à l’avenir afin de rassembler les deux modèles de production, mais nos grandes valeurs resteront inchangées », affirme Pascal Lemaire, faisant référence aux poules en liberté (1 à 3 ha de prairie), aux poulaillers « familiaux » (de 150 à 575 m²), aux nids en bois, au ramassage à la main et à l’alimentation 100 % végétale et minérale. L’ensemble des éleveurs Cocorette a été convié les 4 et 5 février derniers sur les deux sites régionaux de conditionnement afin de rencontrer les nouveaux dirigeants et prendre connaissance des évolutions de l’entreprise. Pour satisfaire les ambitions du groupe sur un marché porteur, Cocorette souhaite ouvrir de nouveaux poulaillers dans ces différents secteurs de production. « La priorité sera donnée aux producteurs déjà engagés en contrat chez Cocorette et qui souhaitent étendre leur activité et leurs volumes, rassure Pascal Lemaire. Mais nous désirons, à court terme, développer de nouveaux bâtiments et sommes à la recherche de nouveaux éleveurs. » Le groupe annonce qu’il sera présent sur plusieurs salons agricoles de la région et notamment à Terres en fête en juin prochain.

Simon Playoult


 

De ONE au groupe Cocorette

1996 : 1er bâtiment de production à Boffles (62).

2003 : création d’œuf Nord Europe.

2010 : lancement du site du Doullens, premier centre de conditionnement d’œufs alternatifs de France (pouvant traiter 500 M d’œufs par an), et de l’usine d’aliments Cap bio Nord sur la zone d’activité de Rouval (80).

2014 : robotisation du site de conditionnement.

2016 : acquisition de l’entreprise Cocorette.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3699 | février 2017

Dernier numéro
N° 3699 | février 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui