Le Syndicat Agricole 16 mai 2013 à 13h45 | Par Le Syndicat Agricole

Chasse - Les chasseurs du Nord ont changé leur équipe dirigeante

L’Assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs du Nord s’est déroulée le 4 mai dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le chapiteau dressé était archi plein le 4 mai dernier, pour l’Assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs du Nord.
Le chapiteau dressé était archi plein le 4 mai dernier, pour l’Assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs du Nord. - © Le Syndicat Agricole

Le chapiteau dressé dans le parc du château de Chéreng était archi plein, le 4 mai dernier, pour l’Assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs du Nord. L’atmosphère était tendue, le ton agressif et les invectives prêtes à jaillir à la première occasion. Il faut dire que l’assemblée était élective : il fallait renouveler la moitié des administrateurs. Sept postes étaient donc à pourvoir : quatorze candidats étaient en lice. Mais à quoi bon s’énerver puisque de toute façon, les jeux étaient faits par le biais des pouvoirs dont le compte avait été envoyé à la Fédération bien avant l’assemblée ?
Évidemment, il peut toujours y avoir un retournement de dernière minute mais c’était bien improbable, le sort était certain. C’est en tout cas ce qu’a dû penser le président sortant de la Fédération, Michel Marcotte. Il était sortant et avait décidé de se représenter mais le 22 avril, coup de théâtre ! On apprend que Michel Marcotte a remis au préfet du Nord sa démission de président et qu’il retire sa candidature au poste d’administrateur. Il part en vacances, ne sera pas là pour présider l’assemblée, ni pour faire comptabiliser les pouvoirs qu’il a reçus de nombreux chasseurs. Du jamais vu dans une Fédération française de chasseurs ! À la surprise s’ajoute la désapprobation de beaucoup, qu’ils soient ou non ses partisans.
C’est donc Marcel Binoit, vice-président et lui-même candidat à sa propre succession, qui va présider et mener l’assemblée. Pour lui aussi ce sera la dernière, mais on ne le saura officiellement qu’après le dépouillement des votes. S’il s’en doutait fortement, il n’en aura pas moins assumé ses responsabilités jusqu’au bout...
Marcel Binoit présente donc le rapport moral de l’année écoulée. Le plan qualitatif de gestion des canards a donné satisfaction. Le tir des ramiers a pu se poursuivre jusqu’au 28 février. Il se tue une centaine de grands cervidés par an sur le massif de Mormal. Pour les chevreuils, le plan de chasse triennal fonctionne bien.

Une gestion problématique du sanglier
Le sanglier pose problème. La gestion de ses populations n’est pas aussi simple que certains voudraient le faire croire : il n’en faut pas trop pour limiter les dégâts aux cultures, mais il en faut toutefois suffisamment pour en maintenir la chasse, surtout en forêt domaniale où les locations de chasse sont très élevées. L’agrainage en forêt permet d’y maintenir les bêtes noires quand les récoltes sont encore sur pied. Il n’est donc sans doute pas utile toute l’année. Lors de la dernière saison, la facture des dégâts passera tout de même les 70 000 €...
Le vice-président se félicite des excellentes relations du monde de la chasse avec les institutions : Conseil général du Nord, Conseil régional, Office national de la chasse et de la faune sauvage, Communauté urbaine de Dunkerque. C’est indispensable quand on parle de trame verte et bleue, de Schéma régional de cohérence écologique, de préservation de la chasse sur les territoires et de préservation des territoires eux-mêmes. « Il nous faut une équipe soudée et efficace, insiste Marcel Binoit. Il faut nous rassembler autour de la préservation de la chasse. Elle a besoin de compétences et de dévouement. Elle a besoin d’un dialogue avec le monde agricole. »
Puis vient le moment de l’ouverture du bureau de vote. Les électeurs qui viennent d’entendre les candidats s’exprimer, parfois de façon vive, partent ranger par rangée vers les urnes. Les conversations vont bon train et le brouhaha couvre les explications du trésorier puis du commissaire aux comptes sur les divers budgets passés, présents et futurs. Même la fixation des prix des timbres, taxes et cotisations (cf. encadré) ne semble plus passionner les chasseurs. Ce qui compte c’est le vote ! Un peu d’attention revient quand on parle des dates de chasse. Mais ce ne sont que des propositions : le préfet décidera.
À midi moins le quart, le bureau de vote est fermé, l’assemblée quasi finie. Il ne reste plus qu’à attendre les résultats. Heureusement, des sandwiches et de la bière largement distribués permettent de prendre son mal en patience et les discussions en petits groupes repartent de plus belle. Le verdict tombe enfin : l’équipe opposée au conseil sortant l’emporte largement pour tous les postes. Quelque 10 000 chasseurs sur les 27 000 que compte la fédération du Nord en ont décidé : le changement, c’est maintenant ! Quant à « l’état de grâce », nul ne sait combien de temps il durera…

Paul FROISSART

Zoom sur... Les nouveaux administrateurs

L’équipe se présentant contre le Conseil d’administration en place l’a emporté avec plus de 2 fois plus de voix que les candidats sortants et ceux qu’ils soutenaient.
Ont ainsi été élus Gérard Saniez (Avesnes), Pierre Laude (Cambrai), Jean-Marc Dujardin (Douai), Joël Deswarte (Dunkerque), Éric Tirant (Hazebrouck), Adrien Moreau (Valenciennes) et Jean-Louis Begard (Lille). Ils ont eu entre 5 995 et 6 526 voix.
Ont été battus les administrateurs sortants Marcel Binoit, Louis Saint-Ghislain, Philippe Mégueule et les candidats soutenus par des administrateurs sortants qui ne se représentaient pas : Henri-Claude Sardanal et Pierre Gryson. Ils ont obtenu entre 2 823 et 3 211 voix.

Précisions : Les prix des timbres et cotisations

• Le timbre fédéral pour le Nord a été fixé à 85 € (29 € pour le 1er permis d’un nouveau chasseur).
• Le timbre du permis national est à 95 €.
• Le timbre national grand gibier est à 72 €.
• Le timbre sanglier pour le Nord reste à 45 €, le prix du bracelet grands cervidés reste à 50 €, et celui du bracelet chevreuil à 15 €.
• Les formations dispensées par la Fédération du Nord coûtent à ceux qui les suivent :
- 85 € pour la formation au permis de chasser ;
- 20 € pour la formation de garde particulier ;
- et 15 € pour la formation de piégeur.
• Les contrats d’adhésion facturent 41,50 € pour l’affiliation, 83 € pour le forfait de base et 0,60 € par ha.

À savoir : Les dates de chasse

L’Assemblée générale des chasseurs du Nord a décidé de proposer au préfet du Nord le calendrier d’ouverture de la chasse suivant :
- ouverture générale le 15 septembre, fermeture générale le 28 février ;
- lièvre : du 15 septembre au 1er décembre ;
- perdrix : du 15 septembre au 27 octobre ;
- faisan commun : du 6 octobre au 31 janvier ;
- cerf, chevreuil, sanglier : du 15 septembre au 28 février.
De nombreuses exceptions sont demandées selon les gibiers, les arrondissements et selon qu’il y a ou non un plan de gestion cynégétique agréé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui