Le Syndicat Agricole 08 août 2013 à 14h38 | Par Le Syndicat Agricole

Certiphyto - Vivea se mobilise pour la réussite du Certiphyto

200 000 chefs d’entreprise agricole satisfaits de leurs formations financées par Vivea.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le Nord-Pas de Calais, plus de 6 000 personnes ont suivi la formation Certyphyto
Dans le Nord-Pas de Calais, plus de 6 000 personnes ont suivi la formation Certyphyto - © S. Leitenberger

C’est le résultat de l’étude menée par BVA en 2013 : 200 000 chefs d’entreprise agricole se sont dits satisfaits de leurs formations Certiphyto financées par Vivea. Depuis 2009, ce dernier s’est engagé dans la réussite du Certiphyto (cf. encadré) en prenant en charge les formations préparatoires et en accompagnant le développement du dispositif au niveau national pour 200 000 de ses contributrices et contributeurs : chefs d’exploitation agricole, entrepreneurs du paysage, de travaux agricoles et forestiers.
Ce projet ambitieux a été rendu possible grâce à une mobilisation massive et efficace de l’ensemble des organisations agricoles. Les organisations économiques et de développement ont été très actives dans le recrutement du public, de nombreux organismes de formation se sont impliqués, et les stagiaires enthousiastes en ont parlé autour d’eux, créant ainsi une dynamique inédite.
L’étude de BVA réalisée sur la base d’interviews de chefs d’entreprise 6 mois après la formation révèle une forte évolution de leur vision et de leurs comportements sur les questions relatives à leur santé : protection de l’utilisateur (utilisation de gants, masque...), dangerosité des produits... D’une manière générale, 1 participant sur 2 dit avoir mis en œuvre une action abordée au cours de la formation, 1 sur 2 dit avoir réduit sa consommation de produits phytosanitaires au regard de l’année précédant la formation, et 60 % pensent pouvoir encore réduire les quantités utilisées.

Une obligation au 1er octobre 2013 ou 2014 selon les cas
Dans la région Nord-Pas de Calais, plus de 6 000 stagiaires (exploitants agricoles ou prestataires de services) ont suivi cette formation. 640 formations ont été financées par Vivea, France AgriMer et le Feader depuis 2010. À ce jour, 88 % des exploitations agricoles du Nord-Pas de Calais détiennent au moins 1 Certiphyto.
Aujourd’hui, les agriculteurs en grandes cultures et en cultures spécialisées, ainsi que de nombreux éleveurs, détiennent majoritairement leur Certiphyto. Celui-ci sera obligatoire à partir du 1er octobre 2013 pour tous les entrepreneurs du paysage, de travaux agricoles et forestiers, et le 1er octobre 2014 pour tous les chefs d’exploitation agricole. Pour que tous soient en conformité avec la législation, il est important que la mobilisation se poursuive.
Découvrez dès aujourd’hui des témoignages de chefs d’entreprise sur www.vivea.fr. La synthèse de l’étude réalisée par BVA pour Vivea sera publiée dans VIVE’Actu et sur www.vivea.fr en octobre.

Interview de Christiane Lambert, présidente de Vivea

« Certiphyto, un outil de gestion de l’exploitation »

95 % des stagiaires Certiphyto se disent satisfaits. Quels sont leurs centres d’intérêt ?
95 % c’est un chiffre très positif qui montre la qualité des formations Certiphyto. Le premier motif d’intérêt concerne la santé et la bonne utilisation des produits phytosanitaires. D’autre part, elle accompagne les agriculteurs pour raisonner d’avantage leur façon d’utiliser les produits. Ils améliorent aussi leurs pratiques pour mieux prendre en compte l’environnement. Ils se montrent très intéressés par les traitements alternatifs. Les groupes de stagiaires permettent une richesse d’échanges comme, par exemple, la découverte de pratique bio et de lutte intégrée par un agriculteur conventionnel.

Est-ce que les agriculteurs mettent en application ce qu’ils apprennent en stage ?
Dans le sondage, ils disent qu’ils utilisent mieux les équipements de protection comme les gants et le masque. Ils ont aussi beaucoup changé leurs pratiques. La gestion du pulvérisateur a évolué, notamment pour les phases de remplissage et de nettoyage. D’autre part, 60 % des personnes interrogées affirment avoir diminué les doses de phytosanitaires sur les exploitations.

La formation est obligatoire, est-elle vécue comme une contrainte par les agriculteurs ?
La formation Certiphyto c’est « le pied à l’étrier » pour beaucoup d’agriculteurs. Même si, au début, elle était perçue comme une contrainte, elle est aujourd’hui un outil de gestion de l’exploitation. La formation se déroule sur deux jours avec un programme de sensibilisation répondant aux exigences européennes, à savoir : apprécier les risques lors de l’acquisition et l’utilisation des produits phytosanitaires. Des modules d’optimisation d’utilisation ainsi que des stages d’approfondissement, des mises en situation sur le terrain ont été ajoutés et sont très appréciés.

Tous les agriculteurs doivent avoir leur Certiphyto d’ici novembre 2014, comment les convaincre d’y participer ?
Les coopératives et les Chambres d’agriculture sont les principaux relais du Certiphyto. Un effort doit être fait pour sensibiliser les agriculteurs qui ne l’ont pas encore, surtout dans les régions de grandes cultures comme l’Île-de-France, l’Alsace et la Bourgogne. Ceux qui ne seront pas formés en novembre 2014 ne pourront plus acheter de produits phytosanitaires. Vivea a réservé des fonds pour satisfaire les demandes toute l’année, il n’y aura pas de blocage financier.

Le Certiphyto

Tout acte professionnel et dès que l’action conduite porte sur l’utilisation, la distribution, le conseil, la vente de produits phytopharmaceutiques, sera bientôt soumis à la détention du certificat individuel pour les produits phytopharmaceutiques, dit communément Certiphyto, qui atteste de connaissances suffisantes pour utiliser les pesticides en sécurité et en réduire leur usage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui