Le Syndicat Agricole 11 octobre 2012 à 10h23 | Par Le Syndicat Agricole

Céréales - Réussir son désherbage d'automne

Il est nécessaire d’adapter sa stratégie de désherbage à chaque situation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réussite du désherbage des orges d’hiver repose prioritairement sur l’intervention d’automne.
La réussite du désherbage des orges d’hiver repose prioritairement sur l’intervention d’automne. - © P. Cronenberger

Le constat est le même d’année en année : la plaine se salit. Il est sans conteste nécessaire d’associer l’agronomie à la chimie pour réussir son désherbage. Afin d’assurer un bon niveau d’efficacité de ses interventions chimiques, il faut également veiller à adapter sa stratégie de désherbage à chaque situation.

1. Orge d’hiver : l’intervention d’automne, clé de réussite du désherbage
La réussite du désherbage des orges d’hiver repose prioritairement sur l’intervention d’automne. La période à laquelle cette culture est semée nécessite une intervention précoce pour contrôler le salissement. Ayant un tallage important, l’orge présente l’avantage d’être plus concurrente que les blés vis-à-vis des adventices, mais constitue également au printemps un écran derrière lequel les adventices sont protégées de l’impact des produits de désherbage (effet parapluie).
Les solutions de printemps présentent de ce fait une efficacité plus réduite.
Différentes solutions de désherbage sont envisageables. Dans des terres peu sales, on peut prévoir une intervention unique à l’automne à base d’Isoproturon, Chlortoluron, ou FOP (Baghéra…). Une intervention complémentaire en sortie d’hiver peut parfois être nécessaire : il faut alors viser l’alternance des matières actives pour prévenir les résistances (la vigilance est essentiellement orientée sur l’utilisation des FOP).
Sur les plus fortes infestations, surtout de vulpins, on partira plus généralement sur une intervention à l’automne à base d’Isoproturon pouvant être associé à du Flufénacet (Fosburi, Trooper…), complétée si besoin par un passage au printemps.

2. Blé : associer lutte agronomique et lutte chimique
La campagne qui vient de s’écouler a vu de nombreux échecs de désherbage, en raison notamment d’un automne exceptionnellement doux. Les désherbages dits d’automne ont été nécessaires, même pour des semis après le 20 octobre, là où classiquement un désherbage de printemps suffit. Il est toujours important de s’adapter au contexte climatique de l’année, bien que cela ne soit pas chose simple.
Avant de raisonner sa stratégie phytosanitaire, il est important d’avoir mis en œuvre un maximum de leviers agronomiques. Ceci est indispensable, notamment dans les situations à forte infestation de vulpin ou de problème de résistances aux familles d’herbicides. Les solutions chimiques à elles seules ne peuvent plus être suffisantes.
Les conséquences d’un échec en désherbage sont doubles, avec une nuisibilité directe sur le rendement de l’année en cours, et une nuisibilité indirecte avec la reconstitution d’un stock semencier important. Rotation des cultures, travail du sol en interculture, retard de la date de semis sont les premiers « outils » à utiliser, en complément de la lutte chimique, et ce pour réussir à contrôler les mauvaises herbes et ne pas être en situation d’échec.

Désherbage chimique : raisonner en fonction du salissement et de la date de semis
Sur une année « moyenne », les règles de décision concernant la stratégie de désherbage d’automne ne changent pas.
Pour des semis tardifs, après le 15-20 octobre, avec une faible infestation en graminée, un désherbage à l’automne n’est pas nécessaire. Une intervention unique au printemps sera suffisante pour maîtriser de manière satisfaisante les adventices.
Pour les situations de semis précoces ou en cas de forte infestation en adventices, un programme automne + printemps est à prévoir.
Pour les semis précoces, en terres propres, une solution à base de FOP (Vip, Célio…), d’Isoproturon ou de Chlortoluron est suffisante (s’assurer d’un complément antidicot). Pour des situations de forte infestation en vulpin, les semis tardifs sont à privilégier. Ils permettent d’éviter la période de levée préférentielle des adventices, notamment du vulpin, avec une moindre levée dans la culture. Une intervention à l’automne à base de Flufénacet (Fosburi, Trooper…) est à privilégier (complétée d’un antidicot).
Cette intervention d’automne sera complétée obligatoirement par un désherbage au printemps, alternant les modes d’action des produits (dans le cadre de la gestion des résistances).
Dans tous les cas, la réussite des traitements repose sur des conditions climatiques appropriées pendant (privilégier une bonne hygrométrie, un sol humide pour les produits racinaires…) mais aussi après l’application avec des températures favorables.

Isabelle JEAN, Conseillère cultures Chambre d’agriculture de région Nord-Pas de Calais

À noter: Prévenir les résistances

Il est indispensable d’identifier le mode d’action des produits utilisés, afin d’en réaliser l’alternance dans le cadre de la gestion de l’apparition des résistances. Notamment, beaucoup de produits de désherbage font partie de la famille des inhibiteurs d’ALS (1 seule application d’herbicide appartenant à cette famille autorisée par campagne). Cette famille comporte, entre autres, les spécialités Abak, Alister, Archipel, Atlantis WG, Droïd, Octogon, Radar et Oklar. Il s’agit essentiellement de produits utilisés au printemps. Mais certains sont utilisables également à l’automne, interdisant alors le réemploi de cette famille au printemps.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui