Le Syndicat Agricole 12 décembre 2013 à 08h00 | Par Le Syndicat Agricole

Caps et Marais d’Opale - Pérenniser l’élevage du Parc naturel régional

Avec 812 élevages sur son territoire, le Parc doit intégrer et maintenir la filière bovine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs ont soumis aux élus et responsables locaux leurs propositions pour améliorer  les conditions de leur métier. © F. Mulet/PNR des Caps et Marais d’Opale L’élevage du Parc naturel régional représente 14 % du cheptel bovin du Nord-Pas de Calais, soit 175 millions de litres de lait. © F. Mulet/PNR des Caps et Marais d’Opale Orientation technico-économique par commune © RGA - Agreste 2010, BD TOPO - IGN 2012. Réa

Le Parc naturel régional (PNR) des Caps et Marais d’Opale forme un « triangle vert » entre les territoires de Sangatte, Saint-Omer à l’intérieur des terres et Desvres au sud du Boulonnais. Le territoire se compose de 132 000 ha, dont 90 000 à vocation agricole (SAU), et de 1 385 exploitations, dont 90 % en polyculture élevage ou élevage. Les premières assises territoriales de l’élevage, qui ont eu lieu le 5 décembre à Marquise (62), ont été l’occasion pour les responsables du PNR d’établir un portrait de l’activité agricole du secteur et pour les exploitants de faire part de leurs attentes sur l’avenir de la filière.


Évolution de la présence agricole
Depuis 2000, le territoire a perdu 688 exploitations agricoles, un recul principalement lié au manque d’installation (1 pour 3 départs). « L’âge moyen des chefs d’exploitation est de 47,1 ans et près de 41 % des agriculteurs actifs au sein du Parc ont entre 50 et 60 ans. Ces données montrent qu’un nombre important d’agriculteurs vont partir à la retraite dans les années à venir. Ce qui fait de l’installation un enjeu essentiel de la charte du Parc », indique Angélique Everaere, technicienne agriculture durable au syndicat mixte du Parc. Même si elles diminuent, les formes individuelles restent majoritaires et quelques circuits courts se développent notamment dans l’Audomarois, les Deux-Caps et le Calaisis.
Une perte de 2 765 ha de SAU total a été enregistrée et la SAU moyenne des exploitations a augmenté de 50 %. « On compte 29 % de surface toujours en herbe (STH) sur les exploitations du Parc, ce qui en fait une culture à valoriser pour accroître l’autonomie des systèmes d’exploitations agricoles », estime la technicienne.


La principale filière territoriale
L’élevage du Parc naturel régional représente 14 % du cheptel bovin du Nord-Pas de Calais, soit 175 millions de litres de lait pour 812 élevages. Les élevages spécialisés en lait (182 exploitations) et lait + allaitant (179) sont en augmentation tandis que les petits engraisseurs (65) et lait + bœuf (81) diminuent sensiblement. « Les laitiers spécialisés restent les plus nombreux, avec 305 exploitations, réparties principalement dans le bocage Boulonnais et le Pays de Licques », précise Jean-Marie Lebrun, technicien de la Chambre d’agriculture. On ne compte que 40 grands troupeaux de plus de 80 vaches laitières, 44 % des élevages possèdent moins de 40 vaches laitières. Pour une partie importante de petits producteurs laitiers, les conditions de travail ont été bouleversées depuis 2007.


Des solutions à mettre en place
« La crise du lait, compilée aux mauvaises conditions climatiques des dernières années, a fait passer la production annuelle de lait par vache du Boulonnais sous la production moyenne du département », explique Jean-Marie Lebrun. Avec ces difficultés, le coût alimentaire (fourrages, concentrés et achats extérieurs) est supérieur de 10 à 20 €/t de lait dans ce secteur par rapport à la moyenne départementale. La valorisation de l’herbe selon la période de l’année, les formations au diagnostic prairial et sur l’aménagement parcellaire, la valorisation des productions locales, le renouvellement des générations, la gestion du second pilier de la PAC et faire de l’environnement une opportunité pour les éleveurs sont autant de pistes à suivre pour perpétuer la tradition de l’élevage sur le territoire des Caps et Marais d’Opale.


Simon Playoult

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui