Le Syndicat Agricole 15 novembre 2012 à 11h35 | Par Le Syndicat Agricole

Brasserie - Bières de Noël: un petit goût amer pour les brasseurs

Cette année, le lancement des Bières de Noël s’est déroulé dans un contexte particulier: celui de l’augmentation des droits d’accises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si le projet est adopté sans modifications, le prix moyen d’un demi acheté dans un café devrait augmenter de 20 à 40 centimes.
Si le projet est adopté sans modifications, le prix moyen d’un demi acheté dans un café devrait augmenter de 20 à 40 centimes. - © Le Syndicat Agricole

Avec un record de 18 brasseries régionales participantes, le 27e lancement des Bières de Noël s’annonçait prometteur. Mais depuis que le gouvernement a annoncé l’augmentation des droits d’accises (voir notre numéro du 29 octobre), les brasseurs gardent comme un goût d’amertume en bouche. Le 25 octobre dernier, l’Assemblée nationale votait la hausse des droits d’accises à 3,60 €/hl/degré d’alcool pour l’ensemble des brasseries (moins de 200 000 hl), et à 7,20 € pour les plus grandes. Soit une augmentation de 160 % pour les plus petites (- de 10 000 hl) et les plus grandes brasseries, et de 75 à 120 % pour les autres. De quoi gâcher la fête. Lundi, le projet de loi était en discussion au Sénat. Des amendements ont été apportés au texte, visant à réduire la hausse des accises à 80 % au lieu de 160, avec report sur la vodka, les boissons énergisantes, l’huile de palme et les bières supérieures à 8 % vol, en boites égales ou supérieures à 50 cl. « Mais d’après la sénatrice du Pas-de-Calais Catherine Génisson, rapporte Gérard Sonnet, secrétaire général du Syndicat des brasseurs de la région du Nord de la France, les amendements ne seront pas votés car les sénateurs du PCF, du Front de gauche et les Verts refusent de voter le projet de loi de financement pour 2013 (dans lequel s’inscrit l’article sur la bière, ndlr), pour se démarquer du PS et manifester leur mécontentement. » Quant à la décision de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale qui avait accepté de ne pas augmenter la taxe pour les petites brasseries, elle serait incompatible avec le droit européen. « Le taux d’accise minimal ne peut pas être en dessous de 3,6 si le taux maximal est à 7,20, car il ne peut pas être inférieur de 50 % au taux normal », explique Gérard Sonnet.

« Que l’on paye oui, mais avec modération »
« Les brasseurs subissent déjà l’augmentation des prix des matières premières et de l’énergie, et ils vont encore devoir diminuer leur marge », souligne Jean-Paul Vandenbroucke, président du Syndicat des brasseurs, qui rappelle que les brasseries ont investi plus de 20 millions d’euros ces 5 dernières années. Le consommateur devra lui aussi payer : le prix moyen d’un demi acheté dans un café devrait augmenter de 20 à 40 centimes. « Je vais modifier mes étiquettes pour alerter les consommateurs et j’espère qu’ils s’en souviendront lors des prochaines municipales », averti Annick Castelain, à la tête de la brasserie éponyme. « C’est une source de revenu qui va diminuer pour toute la filière », poursuit Valentine Brau de la brasserie Heineken. Et Sébastien Butez, responsable de la brasserie des Sources, d’ajouter : « Que l’on paye oui, mais avec modération ». Les brasseurs disent avoir l’impression d’être des parias, cette taxe renvoyant une mauvaise image de la bière, boisson pourtant ancrée dans le patrimoine régional. En parlant d’image, la mairie de Lille avait d’ailleurs rechigné à prêter, comme chaque année, la Halle aux sucres aux brasseurs pour le lancement de la Bière de Noël. S’il y a tout de même eu lieu mercredi, c’était probablement pour la dernière fois.

Laura Béheulière

Zoom sur... La bière de Noël, tradition aromatique

Le 27e lancement des Bières de Noël s’est effectué sous le parrainage de Philippe Vasseur, ancien ministre de l’Agriculture et président de la Chambre de commerce Région Nord de France. Fruit d’une tradition brassicole de plusieurs siècles, la bière de Noël est une bière plus aromatique, forte et dense, et un peu plus alcoolisée. Cette année, 18 brasseries ont créé leur bière de Noël, contre une dizaine habituellement. La région brasse environ 5,5 millions d’hl, soit près de 30 % de la production nationale. Les bières de Noël représentent environ 1 % de cette production.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui