Bovins laitDes éléments pour choisir son installation de traite

Quatre types d’équipements ont été comparés en termes de coûts d’investissement et de fonctionnement.

Du 4 au 26 février, le Contrôle laitier du Nord a rassemblé près de 400 éleveurs pour ses réunions d’hiver annuelles. Les participants ont pu découvrir 9 exploitations du département au travers d’ateliers animés par des spécialistes sur les thèmes suivants :
- bien observer ses vaches pour les nourrir efficacement ;
- des nouveautés pour les installations de traite : comment choisir ?
Le premier faisait un inventaire précis des points à surveiller pour vérifier la bonne valorisation de l’alimentation. Le second cherchait, en s’appuyant sur les résultats d’une étude menée par le pôle Herbivore des Chambres d’agriculture de Bretagne, à pointer les éléments à intégrer lors d’une réflexion sur le choix d’un nouvel équipement de traite.

4 sortes d’équipements à la loupe
Ainsi, plusieurs systèmes différents (épi ligne haute et basse, TPA et robot) ont été comparés en termes de coûts d’investissement et de fonctionnement. Pour avoir une idée de la démarche, développons le raisonnement sur le cas 60 VL/450 000 litres de quota.
Au-delà du simple calcul sur le coût du matériel, ont également été pris en compte dans un premier temps les coûts liés à l’aménagement du bâtiment de traite, de la laiterie et de l’aire d’attente.
À ce niveau, on note sans surprise que le robot coûte le plus cher à 183 500 € en moyenne, contre 110 100 € pour l’épi ligne haute 2 x 8.
Pour vraiment comparer des données comparables, ont ensuite été intégrées au calcul les technologies intégrées d’office au robot, à savoir le DAC et la détection des cellules par conductivité. Le différentiel se réduit alors nettement ; puisque l’épi ligne haute passe à 136 700 € et la TPA de 128 700 € à 160 100 €.


Prendre en compte maintenance, main-d’œuvre et produits d’hygiène
Parallèlement, il convient aussi de compter l’aspect maintenance qui, s’il est du même ordre (3,5 à 4 €/1000 litres) pour les 3 installations de traite manuelle, coûte environ 3 fois plus cher pour le robot (12 € /1000 litres), à niveaux technologique et de main-d’œuvre identiques.
Ce calcul aux 1000 litres a été fait en estimant que bâtiment et équipement de traite sont amortis sur 10 ans.


Le robot : moins d’astreinte et de pénibilité
Enfin, le coût de la main-d’œuvre a été également intégré. On estime en effet que le robot fait gagner 1 h 30 d’astreinte par rapport à un système de traite traditionnel, soit le gain d’une traite. Lorsque l’on ajoute cette donnée, sur la base de 15 € de l’heure, on constate que le coût annuel d’un bloc traite quel qu’il soit varie de 55 € à 62,7 € pour 1 000 litres (62 € pour le robot). Un différentiel finalement assez réduit (voir graphique ci-contre) au regard des sommes en jeu. Sans parler de la notion de pénibilité et de confort de travail difficilement quantifiable...
Pour être complet sur le sujet, il faudra également compter l’achat des consommables et des produits d’hygiène, mais également la consommation d’énergie pour le bloc traite et le fonctionnement du bâtiment : une étude menée par l’Institut de l’Élevage estime la consommation moyenne à 926 KWh/VL en robot mono-stalle (anciennes générations), 460 en TPA et 405 en Épi.


Impact cellulaire et coût alimentaire
Une analyse plus fine des résultats cellulaires de 8 élevages équipés d’un robot depuis plus d’un an dans le département du Nord a montré que leurs niveaux cellulaires étaient restés comparables à la moyenne départementale. Une étude bretonne sur 154 robots confirme par ailleurs ces résultats.
Du côté alimentaire, des concentrés plus appétents et légèrement plus chers, associés à des quantités distribuées plus importantes, induisent un coût plus élevé à production identique. Enfin, il est indispensable qu’une telle réflexion soit conduite en incluant la notion de « système fourrager » qui peut parfois s’avérer incompatible avec certaines options : faire des économies de temps et d’argent d’un côté génère peut-être d’autres dépenses ou un autre mode d’organisation qu’il convient d’identifier et de chiffrer.

 


 

 
les adresses emails ne sont pas affichées dans les commentaires

Caractères restants - Le HTML n'est PAS accepté

Recopiez le code dans ce champ :
Code de sécurité anti spam charger un nouveau code

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

* = obligatoire !
Vous avez aimé cet article et vous désirez le faire connaître ?
Vous pouvez facilement intégrer un lien vers celui-ci sur votre site en copiant ce code : Permalien :
Cet article vous a plu ?
Retrouvez, chaque semaine, toute l'information dans votre journal Le Syndicat Agricole
Ne passez plus à côté de l'info : » Abonnez-vous

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Copyright 2014 - Groupe Reussir Le Syndicat Agricole.
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.

 

A VOIR

L'actualité de la semaine

 

L'ACTU EN PHOTO

Dans le Nord-Pas de Calais, près de 50 % de la récolte de colza est effectuée, mais les rendements sont pour le moment plutôt décevants par rapport au potentiel évalué au printemps.
Dans le Nord-Pas de Calais, près de 50 % de la ...
Dans le Nord-Pas de Calais, près de 50 % de la ...
Thierry Roquefeuil, président de la ...
« Il y a des évolutions de marges brutes ...
La campagne 2014 s’annonce sous de beaux auspices, tant en ...
Au sein de l’association Belle Bleue Promotion s’est ...
Ludovic Cauchois, président du GIE Lait-Viande ...
Le SRCE a été adopté le vendredi 5 ...
François Desmons, directeur général de ...
Le nombre de bovins « nouveaux ...
C’est en production végétale que la baisse ...
Pour les prairies, il faut revenir aux règles du 4e ...
Laurent Verhaeghe, président de la FDSEA du Nord.
La coopérative a mis en place un contrat innovant ...
Les essais vont s’étendre sur 5 ans, permettant de ...
Julien Lenoir, responsable achats céréales, ...
Au premier plan, de gauche à droite : ...
Le Pacte de responsabilité va permettre de ...
Les messages passés ont été nombreux ...
De manière plus transversale, ...
Les symptômes de l’aternaria : sur feuille, ...
Les FDSEA de la région Nord-Pas de Calais et les ...
« La commission européenne, dans sa ...
L'inquiétude générale est de ...
Dans le pire des cas, l’Ukraine pourrait perdre tous ses ...
La Nuit Verte, pour voir l’agriculture sous un autre jour.
La consommation de produits de plus en plus ...
L’année dernière le marché des terres ...
Rencontre avec Dominique Riquet, qui s’est rendu à ...
Le chardon a la capacité de se reproduire non ...
La décision de la cour d'appel de Paris pourrait ...
La qualité d’un produit est un concept large qui ...
La nouvelle PAC, qui démarre en 2015, peut ...

Recherche par mots-clés

Les articles les plus...

Les derniers commentaires