Le Syndicat Agricole 27 septembre 2012 à 14h41 | Par Le Syndicat Agricole

Blé - Le mélange variétal : quel intérêt ?

Mélanger les variétés peut présenter un intérêt dans une perspective de réduction des produits phytosanitaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le mélange limite la pression maladie.
Le mélange limite la pression maladie. - © G. Omnès

L’atout principal d’associer des variétés de blé est de limiter la pression des maladies foliaires en misant sur la complémentarité des profils génétiques des variétés.
Dans le mélange, la répartition des individus d’une variété sensible à une maladie au sein d’autres individus moins sensibles permet de limiter les contaminations entre plantes.


Au moins 3 variétés, plutôt 4 ou 5
Les études scientifiques montrent qu’un tiers de plantes sensibles peuvent être protégées par deux tiers de plantes résistantes. Dans la pratique, cela signifie que ce bénéfice attendu nécessite d’avoir un mélange composé d’au moins 3 variétés. La littérature fait d’ailleurs plus souvent référence à des mélanges de 4 à 5 variétés.
Pour constituer un mélange, le principe est de toujours compenser une sensibilité d’une variété à une maladie, en l’associant à d’autres variétés résistantes à cette même maladie. Cette complémentarité des résistances n’est cependant pas facile à mettre en œuvre si l’on veut trouver les résistances complémentaires sur l’ensemble des maladies. Le mélange parfait est donc difficile à trouver. Il faudra souvent se contenter de trouver le bon partenariat sur la ou les principales maladies de la région, la septoriose et la rouille jaune par exemple.
Globalement, le bénéfice réel sur les maladies reste faible et se limitera à freiner la progression des maladies, en permettant ainsi de décaler la première intervention fongicide. Les travaux de l’INRA en la matière ont permis de chiffrer ce bénéfice à une diminution de 6 % de la sévérité de la septoriose.


Un intérêt dans des itinéraires à faible utilisation d’intrants
Cet effet bénéfique sur la pression des maladies a donc toute sa place dans des itinéraires où l’utilisation des fongicides est à priori réduite, comme c’est le cas par exemple avec la conduite intégrée. Le mélange variétal pourrait donc présenter un intérêt dans la perspective de réduction des produits phytosanitaires du plan Écophyto 2018.
D’autres bénéfices sont parfois avancés, comme une meilleure tolérance à la verse, voire même aux aléas climatiques, grâce notamment au pouvoir de compensation en cas de problème sur l’une des variétés au sein du mélange.


Quelques résultats d’essais dans la région
Voir les tableaux 1 et 2. En 2009, le gain de rendement s’est avéré non significatif sur l’essai de Crevecœur-sur-Escaut, tant en conduite conventionnelle (3 passages fongicides) qu’en conduite intégrée (1 seul fongicide au gonflement).
En 2010 puis 2011, le mélange à 4 variétés a toujours fait mieux que la moyenne arithmétique des variétés pures. Notons que dans ces essais, l’amplitude de rendement entre les variétés de base était aussi plus importante qu’en 2009.
En conclusion : le principal atout du mélange variétal est l’apport de rusticité qui permet de réduire la protection fongicide. Dans la pratique, il semble aussi jouer le rôle de tampon en cas de coup dur sur une variété. Pour autant, le gain de rendement à attendre reste modeste, et il faut plus y voir une fonction de stabilisateur.


Denis Risbourg, Chambre d’agriculture de région Nord-Pas de Calais

 

Zoom sur... Quelques règles à respecter pour les mélanges

Il faut prendre garde à ne pas mélanger n’importe quelles variétés, tout d’abord en n’associant que des variétés de même classe de qualité, comme par exemple que des BPS entre eux. Il faut néanmoins savoir que les meuneries ont une préférence pour les variétés pures, en associant elles-mêmes ces dernières pour optimiser la panification.
Par ailleurs, la précocité doit être assez proche entre les variétés du mélange, en particulier à maturité, pour que tout soit mûr en même temps. La hauteur des plantes doit être aussi assez proche pour éviter un phénomène de concurrence entre les variétés.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui